A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 20000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
Tu m'as sauv deux fois des pattes des
Prussiens. Nous tions quittes, c'tait mon tour de donner ma
vie, et je te massacre... Ah! tonnerre de Dieu! j'tais donc sol,
que je ne t'ai pas reconnu, oui! Sol comme un cochon, d'avoir
dj trop bu de sang!

Des larmes avaient jailli de ses yeux, au souvenir de leur
sparation, l-bas, Remilly, lorsqu'ils s'taient quitts en se
demandant si l'on se reverrait un jour, et comment, dans quelles
circonstances de douleur ou de joie. Ca ne servait donc rien
d'avoir pass ensemble des jours sans pain, des nuits sans
sommeil, avec la mort toujours prsente? C'tait donc, pour les
amener cette abomination, ce fratricide monstrueux et
imbcile, que leurs coeurs s'taient fondus l'un dans l'autre,
pendant ces quelques semaines d'hroque vie commune? Non, non! il
se rvoltait.

-- Laisse-moi faire, mon petit, il faut que je te sauve.

D'abord, il devait l'emmener de l, car la troupe achevait les
blesss. La chance voulait qu'ils fussent seuls, il s'agissait de
ne pas perdre une minute. Vivement, l'aide de son couteau, il
fendit la manche, enleva ensuite l'uniforme entier. Du sang
coulait, il se hta de bander le bras solidement, avec des
lambeaux arrachs de la doublure. Ensuite, il tamponna la plaie du
torse, attacha le bras par-dessus. Il avait heureusement un bout
de corde, il serra avec force ce pansement barbare, qui offrait
l'avantage d'immobiliser tout le ct atteint et d'empcher
l'hmorragie.

-- Peux-tu marcher?

-- Oui, je crois.

Mais il n'osait l'emmener ainsi, en manches de chemise. Une
brusque inspiration le fit courir dans une rue voisine, o il
avait vu un soldat mort, et il revint avec une capote et un kpi.
Il lui jeta la capote sur les paules, l'aida passer son bras
valide, dans la manche gauche. Puis, quand il l'eut coiff du
kpi:

-- L, tu es des ntres... O allons-nous?

C'tait le grand embarras. Tout de suite, dans son rveil d'espoir
et de courage, l'angoisse revint. O trouver un abri assez sr?
Les maisons taient fouilles, on fusillait tous les communards
pris les armes la main. Et, d'ailleurs, ni l'un ni l'autre ne
connaissait quelqu'un dans ce quartier, pas une me qui demander
asile, pas une cachette o disparatre.

-- Le mieux encore, ce serait chez moi, dit Maurice. La maison est
l'cart, personne au monde n'y viendra... Mais c'est de l'autre
ct de l'eau, rue des Orties.

Jean, dsespr, irrsolu, mchait de sourds jurons.

-- Nom de Dieu! Comment faire?

Il ne fallait pas songer filer par le pont royal, que les
incendies clairaient d'une clatante lumire de plein soleil.
chaque instant, des coups de feu partaient des deux rives.
D'ailleurs, on se serait heurt aux Tuileries en flammes, au
Louvre barricad, gard, comme une barrire infranchissable.

-- Alors, c'est foutu, pas moyen de passer! dclara Jean, qui
avait habit Paris pendant six mois, au retour de la campagne
d'Italie.

Brusquement, une ide lui vint. S'il y avait des barques, au bas
du pont royal, comme autrefois, on allait pouvoir tenter le coup.
Ce serait trs long, dangereux, pas commode; mais on n'avait pas
le choix, et il fallait se dcider vite.

-- coute, mon petit, filons toujours d'ici, ce n'est pas sain...
Moi, je raconterai mon lieutenant que des communards m'ont pris
et que je me suis chapp.

Il l'avait saisi par son bras valide, il le soutint, l'aida
franchir le bout de la rue du Bac, au milieu des maisons qui
flambaient maintenant de haut en bas, comme des torches
dmesures. Une pluie de tisons ardents tombait sur eux, la
chaleur tait si intense, que tout le poil de leur face grillait.
Puis, quand ils dbouchrent sur le quai, ils restrent comme
aveugls un instant, sous l'effrayante clart des incendies,
brlant en gerbes immenses, aux deux bords de la Seine.

-- Ce n'est pas les chandelles qui manquent, grogna Jean, ennuy
de ce plein jour.

Et il ne se sentit un peu en sret que lorsqu'il eut fait
descendre Maurice l'escalier de la berge, gauche du pont
royal, en aval. L, sous le bouquet de grands arbres, au bord de
l'eau, ils taient cachs. Pendant prs d'un quart d'heure, des
ombres noires qui s'agitaient en face, sur l'autre quai, les
inquitrent. Il y eut des coups de feu, on entendit un grand cri,
puis un plongeon, avec un brusque rejaillissement d'cume. Le pont
tait videmment gard.

-- Si nous passions la nuit dans cette baraque? demanda Maurice,
en montrant un bureau en planches de la navigation.

-- Ah! ouiche! pour tre pincs demain matin!

Jean avait toujours son ide. Il venait bien de trouver l toute
une flottille de petites barques. Mais elles taient enchanes,
comment en dtacher une, dgager les rames? Enfin, il dcouvrit
une vieille paire de rames, il put forcer un cadenas, mal ferm
sans doute; et, tout de suite, lorsqu'il eut couch Maurice
l'avant du canot, il s'abandonna avec prudence au fil du courant,
longeant le bord, dans l'ombre des bains froids et des pniches.
Ni l'un ni l'autre ne parlaient plus, pouvants de l'excrable
spectacle qui se droulait. mesure qu'ils descendaient la
rivire, l'horreur semblait grandir, dans le recul de l'horizon.
Quand ils furent au pont de Solfrino, ils virent d'un regard les
deux quais en flammes.

gauche, c'taient les Tuileries qui brlaient. Ds la tombe de
la nuit, les communards avaient mis le feu aux deux bouts du
palais, au pavillon De Flore et au pavillon de Marsan; et,
rapidement, le feu gagnait le pavillon de l'horloge, au centre, o
tait prpare toute une mine, des tonneaux de poudre entasss
dans la salle des marchaux. En ce moment, les btiments
intermdiaires jetaient, par leurs fentres creves, des
tourbillons de fume rousse que traversaient de longues flammches
bleues. Les toits s'embrasaient, gercs de lzardes ardentes,
s'entr'ouvrant, comme une terre volcanique, sous la pousse du
brasier intrieur. Mais, surtout, le pavillon De Flore, allum le
premier, flambait, du rez-de-chausse aux vastes combles, dans un
ronflement formidable. Le ptrole, dont on avait enduit le parquet
et les tentures, donnait aux flammes une intensit telle, qu'on
voyait les fers des balcons se tordre et que les hautes chemines
monumentales clataient, avec leurs grands soleils sculpts, d'un
rouge de braise.

Puis, droite, c'tait d'abord le palais de la Lgion d'Honneur,
incendi cinq heures du soir, qui brlait depuis prs de sept
heures, et qui se consumait en une large flambe de bcher dont
tout le bois s'achverait d'un coup. Ensuite, c'tait le palais du
Conseil d'tat, l'incendie immense, le plus norme, le plus
effroyable, le cube de pierre gant aux deux tages de portiques,
vomissant des flammes. Les quatre btiments, qui entouraient la
grande cour intrieure, avaient pris feu la fois; et, l, le
ptrole, vers pleines tonnes dans les quatre escaliers, aux
quatre angles, avait ruissel, roulant le long des marches des
torrents de l'enfer. Sur la faade du bord de l'eau, la ligne
nette de l'attique se dtachait en une rampe noircie, au milieu
des langues rouges qui en lchaient les bords; tandis que les
colonnades, les entablements, les frises, les sculptures
apparaissaient avec une puissance de relief extraordinaire, dans
un aveuglant reflet de fournaise. Il y avait surtout l un branle,
une force du feu si terrible, que le colossal monument en tait
comme soulev, tremblant et grondant sur ses fondations, ne
gardant que la carcasse de ses murs pais, sous cette violence
d'ruption qui projetait au ciel le zinc de ses toitures. Ensuite,
c'tait, ct, la caserne d'Orsay dont tout un pan brlait, en
une colonne haute et blanche, pareille une tour de lumire. Et
c'tait enfin, derrire, d'autres incendies encore, les sept
maisons de la rue du Bac, les vingt-deux maisons de la rue de
Lille, embrasant l'horizon, dtachant les flammes sur d'autres
flammes, en une mer sanglante et sans fin.

Jean, trangl, murmura:

-- Ce n'est pas Dieu possible! La rivire va prendre feu.

La barque, en effet, semblait porte par un fleuve de braise. Sous
les reflets dansants de ces foyers immenses, on aurait cru que la
Seine roulait des charbons ardents. De brusques clairs rouges y
couraient, dans un grand froissement de tisons jaunes. Et ils
descendaient toujours lentement, au fil de cette eau incendie,
entre les palais en flammes, ainsi que dans une rue dmesure de
ville maudite, brlant aux deux bords d'une chausse de lave en
fusion.

-- Ah! dit son tour Maurice, repris de folie devant cette
destruction qu'il avait voulue, que tout flambe donc et que tout
saute!

Mais, d'un geste terrifi, Jean le fit taire, comme s'il avait
craint qu'un tel blasphme ne leur portt malheur. tait-ce
possible qu'un garon qu'il aimait tant, si instruit, si dlicat,
en ft arriv des ides pareilles? Et il ramait plus fort, car
il avait dpass le pont de Solfrino, il se trouvait maintenant
dans un large espace dcouvert. La clart devenait telle, que la
rivire tait claire comme par le soleil de midi, tombant
d'aplomb, sans une ombre. On distinguait les moindres dtails avec
une prcision singulire, les moires du courant, les tas de
graviers des berges, les petits arbres des quais. Surtout, les
ponts apparaissaient, d'une blancheur clatante, si nets, qu'on en
aurait compt les pierres; et l'on aurait dit, d'un incendie
l'autre, de minces passerelles intactes, au-dessus de cette eau
braisillante. Par moments, au milieu de la clameur grondante et
continue, de brusques craquements se faisaient entendre. Des
rafales de suie tombaient, le vent apportait des odeurs empestes.
Et l'pouvantement, c'tait que Paris, les autres quartiers
lointains, l-bas, au fond de la troue de la Seine, n'existaient
plus. droite, gauche, la violence des incendies blouissait,
creusait au del un abme noir. On ne voyait plus qu'une normit
tnbreuse, un nant, comme si Paris tout entier, gagn par le
feu, ft dvor, et dj disparu dans une ternelle nuit. Et le
ciel aussi tait mort, les flammes montaient si haut, qu'elles
teignaient les toiles.

Maurice, que le dlire de la fivre soulevait, eut un rire de fou.

-- Une belle fte au Conseil d'tat et aux Tuileries...



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | 42 | | 43 | | 44 | | 45 | | 46 | | 47 | | 48 | | 49 | | 50 | | 51 | | 52 | | 53 | | 54 | | 55 | | 56 | | 57 | | 58 | | 59 | | 60 | | 61 | | 62 | | 63 | | 64 | | 65 | | 66 | | 67 | | 68 | | 69 | | 70 | | 71 | | 72 | | 73 | | 74 | | 75 | | 76 | | 77 | | 78 | | 79 | | 80 | | 81 | | 82 | | 83 | | 84 | | 85 | | 86 | | 87 | | 88 | | 89 | | 90 | | 91 | | 92 | | 93 | | 94 | | 95 | | 96 | | 97 | | 98 | | 99 | | 100 | | 101 | | 102 | | 103 | | 104 | | 105 | | 106 | | 107 | | 108 | | 109 | | 110 | | 111 | | 112 | | 113 | | 114 | | 115 | | Next |


Keywords:
N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.