A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 20000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
Et le
ciel aussi tait mort, les flammes montaient si haut, qu'elles
teignaient les toiles.

Maurice, que le dlire de la fivre soulevait, eut un rire de fou.

-- Une belle fte au Conseil d'tat et aux Tuileries... On a
illumin les faades, les lustres tincellent, les femmes
dansent... Ah! dansez, dansez donc, dans vos cotillons qui fument,
avec vos chignons qui flamboient...

De son bras valide, il voquait les galas de Gomorrhe et de
Sodome, les musiques, les fleurs, les jouissances monstrueuses,
les palais crevant de telles dbauches, clairant l'abomination
des nudits d'un tel luxe de bougies, qu'ils s'taient incendis
eux-mmes. Soudain, il y eut un fracas pouvantable. C'tait, aux
Tuileries, le feu, venu des deux bouts, qui atteignait la salle
des marchaux. Les tonneaux de poudre s'enflammaient, le pavillon
de l'horloge sautait, avec une violence de poudrire. Une gerbe
immense monta, un panache qui emplit le ciel noir, le bouquet
flamboyant de l'effroyable fte.

-- Bravo, la danse! cria Maurice, comme une fin de spectacle,
lorsque tout retombe aux tnbres.

Jean, bgayant, le supplia de nouveau, en phrases perdues. Non,
non! Il ne fallait point vouloir le mal! Si c'tait la destruction
de tout, eux-mmes allaient donc prir? Et il n'avait plus qu'une
hte, aborder, chapper au terrible spectacle. Pourtant, il eut la
prudence de dpasser encore le pont de la Concorde, de faon ne
dbarquer que sur la berge du quai de la confrence, aprs le
coude de la Seine. Et, ce moment critique, au lieu de laisser
aller le canot, il perdit quelques minutes l'amarrer solidement,
dans son respect instinctif du bien des autres. Son plan tait de
gagner la rue des Orties, par la place de la Concorde et la rue
Saint-Honor. Aprs avoir fait asseoir Maurice sur la berge, il
monta seul l'escalier du quai, il fut repris d'inquitude, en
comprenant quelle peine ils auraient franchir les obstacles
entasss l. C'tait l'imprenable forteresse de la Commune, la
terrasse des Tuileries arme de canons, les rues royale, Saint-
florentin et de Rivoli barres par de hautes barricades,
solidement construites; et cela expliquait la tactique de l'arme
de Versailles, dont les lignes, cette nuit-l, formaient un
immense angle rentrant, le sommet la place de la Concorde, les
deux extrmits, l'une, sur la rive droite, la gare des
marchandises de la compagnie du nord, l'autre, sur la rive gauche,
un bastion des remparts, prs de la porte d'Arcueil. Mais le
jour allait natre, les communards avaient vacu les Tuileries et
les barricades, la troupe venait de s'emparer du quartier, au
milieu d'autres incendies, douze autres maisons qui brlaient
depuis neuf heures du soir, au carrefour de la rue Saint-Honor et
de la rue royale.

En bas, lorsque Jean fut redescendu sur la berge, il trouva
Maurice somnolent, comme hbt aprs sa crise de surexcitation.

-- Ca ne va pas tre facile... Au moins, pourras-tu marcher
encore, mon petit?

-- Oui, oui, ne t'inquite pas. J'arriverai toujours, mort ou
vivant.

Et il eut surtout de la peine monter l'escalier de pierre. Puis,
en haut, sur le quai, il marcha lentement, au bras de son
compagnon, d'un pas de somnambule. Bien que le jour ne se levt
pas encore, le reflet des incendies voisins clairait la vaste
place d'une aube livide. Ils en traversrent la solitude, le coeur
serr de cette morne dvastation. Aux deux bouts, de l'autre ct
du pont et l'extrmit de la rue royale, on distinguait
confusment les fantmes du Palais-Bourbon et de la Madeleine,
labours par la canonnade. La terrasse des Tuileries, battue en
brche, s'tait en partie croule. Sur la place mme, des balles
avaient trou le bronze des fontaines, le tronc gant de la statue
de Lille gisait par terre, coup en deux par un obus, tandis que
la statue de Strasbourg, ct, voile de crpe, semblait porter
le deuil de tant de ruines. Et il y avait l, prs de l'oblisque
intact, dans une tranche, un tuyau gaz, fendu par quelque coup
de pioche, qu'un hasard avait allum, et qui lchait, avec un
bruit strident, un long jet de flamme.

Jean vita la barricade qui fermait la rue royale, entre le
ministre de la marine et le garde-meuble, sauvs du feu. Il
entendait, derrire les sacs et les tonneaux de terre dont elle
tait faite, de grosses voix de soldats. En avant, un foss la
dfendait, plein d'eau croupie, o nageait un cadavre de fdr;
et, par une brche, on apercevait les maisons du carrefour Saint-
Honor, qui achevaient de brler, malgr les pompes venues de la
banlieue, dont on distinguait le ronflement. droite et gauche,
les petits arbres, les kiosques des marchandes de journaux,
taient briss, cribls de mitraille. De grands cris s'levaient,
les pompiers venaient de dcouvrir, dans une cave, sept locataires
d'une des maisons, moiti carboniss.

Bien que la barricade, barrant la rue Saint-florentin et la rue de
Rivoli, part plus formidable encore, avec ses hautes
constructions savantes, Jean avait eu l'instinct d'y sentir le
passage moins dangereux. Elle tait en effet compltement vacue,
sans que la troupe et encore os l'occuper. Des canons y
dormaient, dans un lourd abandon. Pas une me derrire cet
invincible rempart, rien qu'un chien errant qui se sauva. Mais,
comme Jean se htait, dans la rue Saint-florentin, soutenant
Maurice affaibli, ce qu'il craignait arriva, ils se heurtrent
contre toute une compagnie du 88e de ligne, qui avait tourn la
barricade.

-- Mon capitaine, expliqua-t-il, c'est un camarade que ces
brigands viennent de blesser, et que je conduis l'ambulance.

La capote, jete sur les paules de Maurice, le sauva, et le coeur
de Jean sautait se rompre, pendant qu'ils descendaient enfin
ensemble la rue Saint-Honor. Le jour pointait peine, des coups
de feu partaient des rues transversales, car on se battait encore
dans tout le quartier. Ce fut un miracle, s'ils purent atteindre
la rue des frondeurs, sans faire d'autre mauvaise rencontre. Ils
n'allaient plus que trs lentement, ces trois ou quatre cents
mtres parcourir semblrent interminables. Puis, rue des
frondeurs, ils tombrent dans un poste de communards; mais ceux-
ci, effrays, croyant l'arrive de tout un rgiment, prirent la
fuite. Et il ne restait qu'un bout de la rue d'Argenteuil
suivre, pour tre rue des Orties.

Ah! cette rue des Orties, avec quelle fivre d'impatience Jean la
souhaitait, depuis quatre grandes heures! Lorsqu'ils y entrrent,
ce fut une dlivrance. Elle tait noire, dserte, silencieuse,
comme cent lieues de la bataille. La maison, une vieille et
troite maison sans concierge dormait d'un sommeil de mort.

-- J'ai les clefs dans ma poche, bgaya Maurice. La grande est
celle de la rue, la petite, celle de ma chambre, tout en haut.

Et il succomba, il s'vanouit, entre les bras de Jean, dont
l'inquitude et l'embarras furent extrmes. Il en oublia de
refermer la porte de la rue, et dut le monter ttons, dans cet
escalier inconnu, en vitant les chocs, de peur d'amener du monde.
Puis, en haut, il se perdit, il lui fallut poser le bless sur une
marche, chercher la porte, l'aide d'allumettes qu'il avait
heureusement; et ce fut seulement lorsqu'il l'eut trouve, qu'il
redescendit le prendre. Enfin, il le coucha sur le petit lit de
fer, en face de la fentre, dominant Paris, qu'il ouvrit toute
large, dans un besoin de grand air et de lumire. Le jour
naissait, il tomba devant le lit, sanglotant, assomm et sans
force, sous le rveil de cette affreuse pense qu'il avait tu son
ami.

Des minutes durent s'couler, il fut peine surpris, en
apercevant soudain Henriette. Rien n'tait plus naturel, son frre
tait mourant, elle arrivait. Il ne l'avait pas mme vue entrer,
peut-tre se trouvait-elle l depuis des heures. Maintenant,
affaiss sur une chaise, il la regardait stupidement s'agiter,
sous le coup de mortelle douleur qui l'avait frappe, la vue de
son frre sans connaissance, couvert de sang. Il finit par avoir
un souvenir, il demanda:

-- Dites donc, vous avez referm la porte de la rue?

Bouleverse, elle rpondit affirmativement, d'un signe de tte;
et, comme elle venait enfin lui donner ses deux mains, dans un
besoin d'affection et de secours, il reprit:

-- Vous savez, c'est moi qui l'ai tu...

Elle ne comprenait pas, elle ne le croyait pas. Il sentait les
deux petites mains rester calmes dans les siennes.

-- C'est moi qui l'ai tu... Oui, l-bas, sur une barricade... Il
se battait d'un ct, moi de l'autre...

Les petites mains se mirent trembler.

-- On tait comme des hommes sols, on ne savait plus ce qu'on
faisait... C'est moi qui l'ai tu...

Alors, Henriette retira ses mains, frissonnante, toute blanche,
avec des yeux de terreur qui le regardaient fixement. C'tait donc
la fin de tout, et rien n'allait donc survivre, dans son coeur
broy? Ah! ce Jean, qui elle pensait le soir mme, heureuse du
vague espoir de le revoir peut-tre! Et il avait fait cette chose
abominable, et il venait pourtant de sauver encore Maurice,
puisque c'tait lui qui l'avait rapport l, au travers de tant de
dangers! Elle ne pouvait plus lui abandonner ses mains, sans un
recul de tout son tre. Mais elle eut un cri, o elle mit la
dernire esprance de son coeur combattu.

-- Oh! je le gurirai, il faut que je le gurisse maintenant!

Pendant ses longues veilles l'ambulance de Remilly, elle tait
devenue trs experte soigner, panser les blessures. Et elle
voulut tout de suite examiner celles de son frre, qu'elle
dshabilla, sans le tirer de son vanouissement. Mais, quand elle
dfit le pansement sommaire imagin par Jean, il s'agita, il eut
un faible cri, en ouvrant de grands yeux de fivre. Tout de suite,
d'ailleurs, il la reconnut, il sourit.

-- Tu es donc l? Ah! que je suis content de te voir avant de
mourir!

Elle le fit taire, d'un beau geste de confiance.

-- Mourir, mais je ne veux pas! je veux que tu vives!... Ne parle
plus, laisse-moi faire!

Cependant, lorsque Henriette eut examin le bras travers, les
ctes atteintes, elle s'assombrit, ses yeux se troublrent.
Vivement, elle prenait possession de la chambre, parvenait
trouver un peu d'huile, dchirait de vieilles chemises pour en
faire des bandes, tandis que Jean descendait chercher une cruche
d'eau.



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | 42 | | 43 | | 44 | | 45 | | 46 | | 47 | | 48 | | 49 | | 50 | | 51 | | 52 | | 53 | | 54 | | 55 | | 56 | | 57 | | 58 | | 59 | | 60 | | 61 | | 62 | | 63 | | 64 | | 65 | | 66 | | 67 | | 68 | | 69 | | 70 | | 71 | | 72 | | 73 | | 74 | | 75 | | 76 | | 77 | | 78 | | 79 | | 80 | | 81 | | 82 | | 83 | | 84 | | 85 | | 86 | | 87 | | 88 | | 89 | | 90 | | 91 | | 92 | | 93 | | 94 | | 95 | | 96 | | 97 | | 98 | | 99 | | 100 | | 101 | | 102 | | 103 | | 104 | | 105 | | 106 | | 107 | | 108 | | 109 | | 110 | | 111 | | 112 | | 113 | | 114 | | 115 | | Next |


Keywords:
N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.