A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 20000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
je veux que tu vives!... Ne parle
plus, laisse-moi faire!

Cependant, lorsque Henriette eut examin le bras travers, les
ctes atteintes, elle s'assombrit, ses yeux se troublrent.
Vivement, elle prenait possession de la chambre, parvenait
trouver un peu d'huile, dchirait de vieilles chemises pour en
faire des bandes, tandis que Jean descendait chercher une cruche
d'eau. Il n'ouvrait plus la bouche, il la regarda laver les
blessures, les panser adroitement, incapable de l'aider, ananti,
depuis qu'elle tait l. Quand elle eut fini, voyant son
inquitude, il offrit pourtant de se mettre en qute d'un mdecin.
Mais elle avait toute son intelligence nette: non, non! Pas le
premier mdecin venu, qui livrerait peut-tre son frre! Il
fallait un homme sr, on pouvait attendre quelques heures. Enfin,
comme Jean parlait de s'en aller, pour rejoindre son rgiment, il
fut entendu que, ds qu'il lui serait possible de s'chapper, il
reviendrait, en tchant de ramener un chirurgien avec lui.

Il ne partit pas encore, il semblait ne pouvoir se rsoudre
quitter cette chambre, toute pleine du malheur qu'il avait fait.
Aprs avoir t referme un instant, la fentre venait d'tre
ouverte de nouveau. Et, de son lit, la tte haute, le bless
regardait, tandis que les deux autres avaient, eux aussi, les
regards perdus au loin, dans le lourd silence qui avait fini par
les accabler.

De cette hauteur de la butte des moulins, toute une grande moiti
de Paris s'tendait sous eux, d'abord les quartiers du centre, du
faubourg Saint-Honor jusqu' la Bastille, puis le cours entier de
la Seine, avec le pullulement lointain de la rive gauche, une mer
de toitures, de cimes d'arbres, de clochers, de dmes et de tours.
Le jour grandissait, l'abominable nuit, une des plus affreuses de
l'histoire, tait finie. Mais, dans la pure clart du soleil
levant, sous le ciel rose, les incendies continuaient. En face, on
apercevait les Tuileries qui brlaient toujours, la caserne
d'Orsay, les palais du Conseil d'tat et de la Lgion d'Honneur,
dont les flammes, plies par la pleine lumire, donnaient au ciel
un grand frisson. Mme, au del des maisons de la rue de Lille et
de la rue du Bac, d'autres maisons devaient flamber, car des
colonnes de flammches montaient du carrefour de la Croix-Rouge,
et plus loin encore, de la rue Vavin et de la rue Notre-Dame-des-
Champs. Sur la droite, tout prs, s'achevaient les incendies de la
rue Saint-Honor, tandis que, sur la gauche, au Palais-Royal et au
nouveau Louvre, avortaient des feux tardifs, mis vers le matin.
Mais, surtout, ce qu'ils ne s'expliqurent pas d'abord, c'tait
une grosse fume noire que le vent d'ouest poussait jusque sous la
fentre. Depuis trois heures du matin, le ministre des finances
brlait, sans flammes hautes, se consumait en pais tourbillons de
suie, tellement le prodigieux amas des paperasses s'touffait,
sous les plafonds bas, dans ces constructions de pltre. Et, s'il
n'y avait plus l, au-dessus du rveil de la grande ville,
l'impression tragique de la nuit, l'pouvante d'une destruction
totale, la Seine roulant des braises, Paris allum aux quatre
bouts, une tristesse dsespre et morne passait sur les quartiers
pargns, avec cette paisse fume continue, dont le nuage
s'largissait toujours. Bientt le soleil, qui s'tait lev
limpide, en fut cach; et il ne resta que ce deuil, dans le ciel
fauve.

Maurice, que le dlire devait reprendre, murmura, avec un geste
lent qui embrassait l'horizon sans bornes:

-- Est-ce que tout brle? Ah! que c'est long!

Des larmes taient montes aux yeux d'Henriette, comme si son
malheur s'tait accru encore de ces dsastres immenses, o avait
tremp son frre. Et Jean, qui n'osa ni lui reprendre la main, ni
embrasser son ami, partit alors d'un air fou.

-- Au revoir, tout l'heure!

Il ne put revenir que le soir, vers huit heures, aprs la nuit
tombe. Malgr sa grande inquitude, il tait heureux: son
rgiment, qui ne se battait plus, venait de passer en seconde
ligne, et avait reu l'ordre de garder le quartier; de sorte que,
bivouaquant avec sa compagnie sur la place du carrousel, il
esprait pouvoir monter, chaque soir, prendre des nouvelles du
bless. Et il ne revenait pas seul, un hasard lui avait fait
rencontrer l'ancien major du 106e, qu'il amenait dans un coup de
dsespoir, n'ayant pu trouver un autre mdecin, en se disant que,
tout de mme, ce terrible homme, tte de lion, tait un brave
homme.

Quand Bouroche, qui ne savait pour quel bless ce soldat suppliant
le drangeait, et qui grognait d'tre mont si haut, eut compris
qu'il avait sous les yeux un communard, il entra d'abord dans une
violente colre.

-- Tonnerre de Dieu! est-ce que vous vous fichez de moi? ... Des
brigands qui sont las de voler, d'assassiner et d'incendier!...
Son affaire est claire, votre bandit, et je me charge de le
faire gurir, oui! avec trois balles dans la tte!

Mais la vue d'Henriette, si ple dans sa robe noire, avec ses
beaux cheveux blonds dnous, le calma brusquement.

-- C'est mon frre, monsieur le major, et c'est un de vos soldats
de Sedan.

Il ne rpondit pas, dbanda les plaies, les examina en silence,
tira des fioles de sa poche et refit un pansement, en montrant
la jeune femme comment on devait s'y prendre. Puis, de sa voix
rude, il demanda tout coup au bless:

-- Pourquoi t'es-tu mis du ct des gredins, pourquoi as-tu fait
une salet pareille?

Maurice, les yeux luisants, le regardait depuis qu'il tait l,
sans ouvrir la bouche. Il rpondit ardemment, dans sa fivre:

-- Parce qu'il y a trop de souffrance, trop d'iniquit et trop de
honte!

Alors, Bouroche eut un grand geste, comme pour dire qu'on allait
loin, quand on entrait dans ces ides-l. Il fut sur le point de
parler encore, finit par se taire. Et il partit, en ajoutant
simplement:

-- Je reviendrai.

Sur le palier, il dclara Henriette qu'il n'osait rpondre de
rien. Le poumon tait touch srieusement, une hmorragie pouvait
se produire, qui foudroierait le bless.

Lorsque Henriette rentra, elle s'effora de sourire, malgr le
coup qu'elle venait de recevoir en plein coeur. Est-ce qu'elle ne
le sauverait pas, est-ce qu'elle n'allait pas empcher cette
affreuse chose, leur ternelle sparation tous les trois, qui
taient l runis encore, dans leur ardent souhait de vie? De la
journe, elle n'avait pas quitt cette chambre, une vieille
voisine s'tait charge obligeamment de ses commissions. Et elle
revint reprendre sa place, prs du lit, sur une chaise.

Mais, cdant son excitation fivreuse, Maurice questionnait
Jean, voulait savoir. Celui-ci ne disait pas tout, vitait de
conter l'enrage colre qui montait contre la Commune agonisante,
dans Paris dlivr. On tait dj au mercredi. Depuis le dimanche
soir, depuis deux grands jours, les habitants avaient vcu au fond
de leurs caves, suant la peur; et, le mercredi matin, lorsqu'ils
avaient pu se hasarder, le spectacle des rues dfonces, les
dbris, le sang, les effroyables incendies surtout, venaient de
les jeter une exaspration vengeresse. Le chtiment allait tre
immense. On fouillait les maisons, on jetait aux pelotons des
excutions sommaires le flot suspect des hommes et des femmes
qu'on ramassait. Ds six heures du soir, ce jour-l, l'arme de
Versailles tait matresse de la moiti de Paris, du parc de
Montsouris la gare du nord, en passant par les grandes voies. Et
les derniers membres de la Commune, une vingtaine, avaient d se
rfugier boulevard Voltaire, la mairie du XIe arrondissement.

Un silence se fit, Maurice murmura, les yeux au loin sur la ville,
par la fentre ouverte l'air tide de la nuit:

-- Enfin, a continue, Paris brle!

C'tait vrai, les flammes avaient reparu, ds la tombe du jour;
et, de nouveau, le ciel s'empourprait d'une lueur sclrate. Dans
l'aprs-midi, lorsque la poudrire du Luxembourg avait saut avec
un fracas pouvantable, le bruit s'tait rpandu que le Panthon
venait de crouler au fond des catacombes. Toute la journe
d'ailleurs, les incendies de la veille avaient continu, le palais
du Conseil d'tat et les Tuileries brlaient, le ministre des
Finances fumait gros tourbillons. Dix fois, il avait fallu
fermer la fentre, sous la menace d'une nue de papillons noirs,
des vols incessants de papiers brls, que la violence du feu
emportait au ciel, d'o ils retombaient en pluie fine; et Paris
entier en fut couvert, et l'on en ramassa jusqu'en Normandie,
vingt lieues. Puis, maintenant, ce n'taient pas seulement les
quartiers de l'ouest et du sud qui flambaient, les maisons de la
rue Royale, celles du carrefour de la Croix-Rouge et de la rue
Notre-Dame-des-Champs. Tout l'est de la ville semblait en flammes,
l'immense brasier de l'Htel de Ville barrait l'horizon d'un
bcher gant. Et il y avait encore l, allums comme des torches,
le Thtre-Lyrique, la mairie du ive arrondissement, plus de
trente maisons des rues voisines; sans compter le thtre de la
Porte-Saint-Martin, au nord, qui rougeoyait l'cart, ainsi
qu'une meule, au fond des champs tnbreux. Des vengeances
particulires s'exeraient, peut-tre aussi des calculs criminels
s'acharnaient-ils dtruire certains dossiers. Il n'tait mme
plus question de se dfendre, d'arrter par le feu les troupes
victorieuses. Seule, la dmence soufflait, le Palais de Justice,
l'Htel-Dieu, Notre-Dame venaient d'tre sauvs, au petit bonheur
du hasard. Dtruire pour dtruire, ensevelir la vieille humanit
pourrie sous les cendres d'un monde, dans l'espoir qu'une socit
nouvelle repousserait heureuse et candide, en plein paradis
terrestre des primitives lgendes!

-- Ah! la guerre, l'excrable guerre! dit demi-voix Henriette,
en face de cette cit de ruines, de souffrance et d'agonie.

N'tait-ce pas, en effet, l'acte dernier et fatal, la folie du
sang qui avait germ sur les champs de dfaite de Sedan et de
Metz, l'pidmie de destruction ne du sige de Paris, la crise
suprme d'une nation en danger de mort, au milieu des tueries et
des croulements?

Mais Maurice, sans quitter des yeux les quartiers qui brlaient,
l-bas, bgaya lentement, avec peine:

-- Non, non, ne maudis pas la guerre...



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | 42 | | 43 | | 44 | | 45 | | 46 | | 47 | | 48 | | 49 | | 50 | | 51 | | 52 | | 53 | | 54 | | 55 | | 56 | | 57 | | 58 | | 59 | | 60 | | 61 | | 62 | | 63 | | 64 | | 65 | | 66 | | 67 | | 68 | | 69 | | 70 | | 71 | | 72 | | 73 | | 74 | | 75 | | 76 | | 77 | | 78 | | 79 | | 80 | | 81 | | 82 | | 83 | | 84 | | 85 | | 86 | | 87 | | 88 | | 89 | | 90 | | 91 | | 92 | | 93 | | 94 | | 95 | | 96 | | 97 | | 98 | | 99 | | 100 | | 101 | | 102 | | 103 | | 104 | | 105 | | 106 | | 107 | | 108 | | 109 | | 110 | | 111 | | 112 | | 113 | | 114 | | 115 | | Next |


Keywords:
N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.