A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 20000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
Elle est bonne, elle fait
son oeuvre...

Jean l'interrompit d'un cri de haine et de remords.

-- Sacr bon Dieu! quand je te vois l, et quand c'est par ma
faute... Ne la dfends plus, c'est une sale chose que la guerre!

Le bless eut un geste vague.

-- Oh! moi, qu'est-ce que a fait? il y en a bien d'autres!...
C'est peut-tre ncessaire, cette saigne. La guerre, c'est la vie
qui ne peut pas tre sans la mort.

Et les yeux de Maurice se fermrent, dans la fatigue de l'effort
que lui avaient cot ces quelques mots. D'un signe, Henriette
avait pri Jean de ne pas discuter. Toute une protestation la
soulevait elle-mme, sa colre contre la souffrance humaine,
malgr son calme de femme frle et si brave, avec ses regards
limpides o revivait l'me hroque du grand-pre, le hros des
lgendes napoloniennes.

Deux jours se passrent, le jeudi et le vendredi, au milieu des
mmes incendies et des mmes massacres. Le fracas du canon ne
cessait pas; les batteries de Montmartre, dont l'arme de
Versailles s'tait empare, canonnaient sans relche celles que
les fdrs avaient installes Belleville et au Pre-Lachaise;
et ces dernires tiraient au hasard sur Paris: des obus taient
tombs rue Richelieu et la place Vendme. Le 25 au soir, toute
la rive gauche tait entre les mains des troupes. Mais, sur la
rive droite, les barricades de la place du Chteau-D'eau et de la
place de la Bastille tenaient toujours. Il y avait l deux
vritables forteresses que dfendait un feu terrible, incessant.
Au crpuscule, dans la dbandade des derniers membres de la
Commune, Delescluze avait pris sa canne, et il tait venu, d'un
pas de promenade, tranquillement, jusqu' la barricade qui fermait
le boulevard Voltaire, pour y tomber foudroy, en hros. Le
lendemain, le 26, ds l'aube, le Chteau-D'eau et la Bastille
furent emports, les communards n'occuprent plus que la Villette,
Belleville et Charonne, de moins en moins nombreux, rduits la
poigne de braves qui voulaient mourir. Et, pendant deux jours,
ils devaient rsister encore et se battre, furieusement.

Le vendredi soir, comme Jean s'chappait de la place du Carrousel,
pour retourner rue des Orties, il assista, au bas de la rue
Richelieu, une excution sommaire, dont il resta boulevers.
Depuis l'avant-veille, deux cours martiales fonctionnaient, la
premire au Luxembourg, la seconde au thtre du Chtelet. Les
condamns de l'une taient passs par les armes dans le jardin,
tandis que l'on tranait ceux de l'autre jusqu' la caserne Lobau,
o des pelotons en permanence les fusillaient, dans la cour
intrieure, presque bout portant. Ce fut l surtout que la
boucherie devint effroyable: des hommes, des enfants, condamns
sur un indice, les mains noires de poudre, les pieds simplement
chausss de souliers d'ordonnance; des innocents dnoncs faux,
victimes de vengeances particulires, hurlant des explications,
sans pouvoir se faire couter; des troupeaux jets ple-mle sous
les canons des fusils, tant de misrables la fois, qu'il n'y
avait pas des balles pour tous, et qu'il fallait achever les
blesss coups de crosse. Le sang ruisselait, des tombereaux
emportaient les cadavres, du matin au soir. Et, par la ville
conquise, au hasard des brusques affolements de rage vengeresse,
d'autres excutions se faisaient, devant les barricades, contre
les murs des rues dsertes, sur les marches des monuments. C'tait
ainsi que Jean venait de voir des habitants du quartier amenant
une femme et deux hommes au poste qui gardait le thtre-Franais.
Les bourgeois se montraient plus froces que les soldats, les
journaux qui avaient reparu poussaient l'extermination. Toute
une foule violente s'acharnait contre la femme surtout, une de ces
ptroleuses dont la peur hantait les imaginations hallucines,
qu'on accusait de rder le soir, de se glisser le long des
habitations riches, pour lancer des bidons de ptrole enflamm
dans les caves. On venait, criait-on, de surprendre celle-l,
accroupie devant un soupirail de la rue Sainte-Anne. Et, malgr
ses protestations et ses sanglots, on la jeta, avec les deux
hommes, au fond d'une tranche de barricade qu'on n'avait pas
comble encore, on les fusilla dans ce trou de terre noire, comme
des loups pris au pige. Des promeneurs regardaient, une dame
s'tait arrte avec son mari, tandis qu'un mitron, qui portait
une tourte dans le voisinage, sifflait un air de chasse.

Jean se htait de gagner la rue des Orties, le coeur glac, quand
il eut un brusque souvenir. N'tait-ce pas Chouteau, l'ancien
soldat de son escouade, qu'il venait de voir, sous l'honnte
blouse blanche d'un ouvrier, assistant l'excution, avec des
gestes approbateurs? Et il savait le rle du bandit, tratre,
voleur et assassin! Un instant, il fut sur le point de retourner
l-bas, de le dnoncer, de le faire fusiller sur les corps des
trois autres. Ah! cette tristesse, les plus coupables chappant au
chtiment, promenant leur impunit au soleil, tandis que des
innocents pourrissent dans la terre!

Henriette, au bruit des pas qui montaient, tait sortie sur le
palier.

-- Soyez prudent, il est aujourd'hui dans un tat de surexcitation
extraordinaire... Le major est revenu, il m'a dsespre.

En effet, Bouroche avait hoch la tte, en ne pouvant rien
promettre encore. Peut-tre, tout de mme, la jeunesse du bless
triompherait-elle des accidents qu'il redoutait.

-- Ah! c'est toi, dit fivreusement Maurice Jean, ds qu'il
l'aperut. Je t'attendais, qu'est-ce qu'il se passe, o en est-on?

Et, le dos contre son oreiller, en face de la fentre qu'il avait
forc sa soeur ouvrir, montrant la ville redevenue noire, qu'un
nouveau reflet de fournaise clairait:

-- Hein? a recommence, Paris brle, Paris brle tout entier,
cette fois!

Ds le coucher du soleil, l'incendie du grenier d'abondance avait
enflamm les quartiers lointains, en haut de la coule de la
Seine. Aux Tuileries, au Conseil d'tat, les plafonds devaient
crouler, activant le brasier des poutres qui se consumaient, car
des foyers partiels s'taient rallums, des flammches et des
tincelles montaient par moments. Beaucoup des maisons qu'on
croyait teintes, se remettaient ainsi flamber. Depuis trois
jours, l'ombre ne pouvait se faire, sans que la ville part
reprendre feu, comme si les tnbres eussent souffl sur les
tisons rouges encore, les ravivant, les semant aux quatre coins de
l'horizon. Ah! cette ville d'enfer qui rougeoyait ds le
crpuscule, allume pour toute une semaine, clairant de ses
torches monstrueuses les nuits de la semaine sanglante! Et, cette
nuit-l, quand les docks de la Villette brlrent, la clart fut
si vive sur la cit immense, qu'on put la croire rellement
incendie par tous les bouts, cette fois, envahie et noye sous
les flammes. Dans le ciel saignant, les quartiers rouges,
l'infini, roulaient le flot de leurs toitures de braise.

-- C'est la fin, rpta Maurice, Paris brle!

Il s'excitait avec ces mots, redits vingt reprises, dans un
besoin fbrile de parler, aprs la lourde somnolence qui l'avait
tenu presque muet, pendant trois jours. Mais un bruit de larmes
touffes lui fit tourner la tte.

-- Comment, petite soeur, c'est toi, si brave!... Tu pleures parce
que je vais mourir...

Elle l'interrompit, en se rcriant.

-- Mais tu ne mourras pas!

-- Si, si, a vaut mieux, il le faut!... Ah! va, ce n'est pas
grand-chose de bon qui s'en ira avec moi. Avant la guerre, je t'ai
fait tant de peine, j'ai cot si cher ton coeur et ta
bourse!... Toutes ces sottises, toutes ces folies que j'ai
commises, et qui auraient mal fini, qui sait? La prison, le
ruisseau...

De nouveau, elle lui coupait la parole, violemment.

-- Tais-toi! tais-toi!... Tu as tout rachet!

Il se tut, songea un instant.

-- Quand je serai mort, oui! peut-tre... Ah! mon vieux Jean, tu
nous as tout de mme rendu tous un fier service, quand tu m'as
allong ton coup de baonnette.

Mais lui aussi, les yeux gros de larmes, protestait.

-- Ne dis pas a! tu veux donc que je me casse la tte contre un
mur!

Ardemment, Maurice continua:

-- Rappelle-toi donc ce que tu m'as dit, le lendemain de Sedan,
quand tu prtendais que ce n'tait pas mauvais, parfois, de
recevoir une bonne gifle... Et tu ajoutais que, lorsqu'on avait de
la pourriture quelque part, un membre gt, a valait mieux de le
voir par terre, abattu d'un coup de hache, que d'en crever comme
d'un cholra... J'ai song souvent cette parole, depuis que je
me suis trouv seul, enferm dans ce Paris de dmence et de
misre... Eh bien! c'est moi qui suis le membre gt que tu as
abattu...

Son exaltation grandissait, il n'coutait mme plus les
supplications d'Henriette et de Jean, terrifis. Et il continuait,
dans une fivre chaude, abondante en symboles, en images
clatantes. C'tait la partie saine de la France, la raisonnable,
la pondre, la paysanne, celle qui tait reste le plus prs de
la terre, qui supprimait la partie folle, exaspre, gte par
l'empire, dtraque de rveries et de jouissances; et il lui avait
ainsi fallu couper dans sa chair mme, avec un arrachement de tout
l'tre, sans trop savoir ce qu'elle faisait. Mais le bain de sang
tait ncessaire, et de sang Franais, l'abominable holocauste, le
sacrifice vivant, au milieu du feu purificateur. Dsormais, le
calvaire tait mont jusqu' la plus terrifiante des agonies, la
nation crucifie expiait ses fautes et allait renatre.

-- Mon vieux Jean, tu es le simple et le solide... Va, va! prends
la pioche, prends la truelle! et retourne le champ, et rebtis la
maison!... Moi, tu as bien fait de m'abattre, puisque j'tais
l'ulcre coll tes os!

Il dlira encore, il voulut se lever, s'accouder la fentre.

-- Paris brle, rien ne restera... Ah! cette flamme qui emporte
tout, qui gurit tout, je l'ai voulue, oui! elle fait la bonne
besogne... Laissez-moi descendre, laissez-moi achever l'oeuvre
d'humanit et de libert...

Jean eut toutes les peines du monde le remettre au lit, tandis
qu'Henriette, en larmes, lui parlait de leur enfance, le suppliait
de se calmer, au nom de leur adoration.



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | 42 | | 43 | | 44 | | 45 | | 46 | | 47 | | 48 | | 49 | | 50 | | 51 | | 52 | | 53 | | 54 | | 55 | | 56 | | 57 | | 58 | | 59 | | 60 | | 61 | | 62 | | 63 | | 64 | | 65 | | 66 | | 67 | | 68 | | 69 | | 70 | | 71 | | 72 | | 73 | | 74 | | 75 | | 76 | | 77 | | 78 | | 79 | | 80 | | 81 | | 82 | | 83 | | 84 | | 85 | | 86 | | 87 | | 88 | | 89 | | 90 | | 91 | | 92 | | 93 | | 94 | | 95 | | 96 | | 97 | | 98 | | 99 | | 100 | | 101 | | 102 | | 103 | | 104 | | 105 | | 106 | | 107 | | 108 | | 109 | | 110 | | 111 | | 112 | | 113 | | 114 | | 115 | | Next |


Keywords:
N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.