A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 20000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
Des soldats dbands, fous de panique,
qui traversaient Remilly, lui avaient cri que De Failly venait
encore de les vendre Bismarck. Et Maurice songeait ces marches
affoles des deux derniers jours, ces ordres du marchal De Mac-
Mahon htant la retraite, voulant passer la Meuse tout prix,
lorsqu'on avait perdu en incomprhensibles hsitations tant de
journes prcieuses. Il tait trop tard. Sans doute le marchal,
qui s'tait emport en trouvant Oches le 7e corps, qu'il croyait
la Besace, avait d tre convaincu que le 5e corps campait dj
Mouzon, lorsque celui-ci, s'attardant Beaumont, s'y laissait
craser. Mais qu'exiger de troupes mal commandes, dmoralises
par l'attente et la fuite, mourantes de faim et de fatigue?

Fouchard avait fini par se planter derrire Jean, tonn de voir
les bouches disparatre. Et, froidement goguenard:

-- Hein! a va mieux?

Le caporal leva la tte, rpondit avec sa mme carrure de paysan:

-- Ca commence, merci bien!

Honor, depuis qu'il tait l, malgr sa grosse faim, s'arrtait
parfois, tournait la tte, un bruit qu'il croyait entendre. Si,
aprs tout un combat, il avait manqu son serment de ne plus
jamais remettre les pieds dans cette maison, c'tait pouss par
l'irrsistible dsir de revoir Silvine. Il gardait sous sa
chemise, contre sa peau mme, la lettre qu'il avait reue d'elle
Reims, cette lettre si tendre o elle lui disait qu'elle l'aimait
toujours, qu'elle n'aimerait jamais que lui, malgr le cruel
pass, malgr Goliath et le petit Charlot qu'elle avait eu de cet
homme. Et il ne pensait plus qu' elle, et il s'inquitait de ne
pas l'avoir encore vue, tout en se raidissant, pour ne pas montrer
son anxit son pre. Mais la passion l'emporta, il demanda,
d'une voix qu'il s'efforait de rendre naturelle:

-- Et Silvine, elle n'est donc plus ici?

Fouchard eut, sur son fils, un regard oblique, luisant d'un rire
intrieur.

-- Si, si.

Puis, il se tut, cracha longuement; et l'artilleur dut reprendre,
aprs un silence:

-- Alors, elle est couche?

-- Non, non.

Enfin, le vieux daigna expliquer qu'il tait tout de mme all, le
matin, au march de Raucourt, avec sa carriole, en emmenant sa
servante. Ce n'tait pas une raison, parce qu'il passait des
soldats, pour que le monde cesst de manger de la viande et pour
qu'on ne ft plus ses affaires. Il avait donc, comme tous les
mardis, emport l-bas un mouton et un quartier de boeuf; et il
achevait sa vente, lorsque l'arrive du 7e corps l'avait jet au
milieu d'une bagarre pouvantable. On courait, on se bousculait.
Alors, il avait eu peur qu'on ne lui prt sa voiture et son
cheval, il tait parti, en abandonnant Silvine, qui faisait
justement des commissions dans le bourg.

-- Oh! Elle va revenir, conclut-il de sa voix tranquille. Elle a
d se rfugier chez le docteur Dalichamp, son parrain... C'est une
fille tout de mme courageuse, avec son air de ne savoir
qu'obir... Srement, elle a bien des qualits.

Raillait-il? Voulait-il expliquer pourquoi il la gardait, cette
fille qui l'avait fch avec son fils, et malgr l'enfant du
Prussien dont elle refusait de se sparer? De nouveau, il eut son
coup d'oeil oblique, son rire muet.

-- Charlot est l qui dort, dans sa chambre, et bien sr qu'elle
ne va pas tarder.

Honor, les lvres tremblantes, regarda son pre si fixement, que
celui-ci reprit sa marche. Et le silence recommena, infini,
tandis que, machinalement, il se recoupait du pain, mangeant
toujours. Jean continuait, lui aussi, sans prouver le besoin de
dire une parole. Rassasi, les coudes sur la table, Maurice
examinait les meubles, le vieux buffet, la vieille horloge, rvait
des journes de vacances qu'il avait passes Remilly
autrefois, avec sa soeur Henriette. Les minutes s'coulaient,
l'horloge sonna onze heures.

-- Diable! murmura-t-il, il ne faut pas laisser partir les autres.

Et, sans que Fouchard s'y oppost, il alla ouvrir la fentre.
Toute la valle noire se creusa, roulant sa mer de tnbres.
Pourtant, lorsque les yeux s'taient habitus, on distinguait trs
nettement le pont, clair par les feux des deux berges. Des
cuirassiers passaient toujours, dans leurs grands manteaux blancs,
pareils des cavaliers fantmes, dont les chevaux, fouetts d'un
vent de terreur, marchaient sur l'eau. Et cela sans fin,
interminable, toujours du mme train de vision lente. Vers la
droite, les coteaux nus, o dormait l'arme, restaient dans une
immobilit, un silence de mort.

-- Ah bien! reprit Maurice, avec un geste dsespr, ce sera pour
demain matin.

Il avait laiss la fentre grande ouverte, et le pre Fouchard,
saisissant son fusil, enjamba l'appui, sauta dehors, avec
l'agilit d'un jeune homme. On l'entendit marcher un instant d'un
pas rgulier de factionnaire; puis, il n'y eut plus que la grande
rumeur lointaine du pont encombr: sans doute il s'tait assis au
bord de la route, plus tranquille d'tre l, voyant venir le
danger, tout prt rentrer d'un saut et dfendre sa maison.

Maintenant, chaque minute, Honor regardait l'horloge. Son
inquitude croissait. Il n'y avait que six kilomtres de Raucourt
Remilly; ce n'tait gure plus d'une heure de marche, pour une
fille jeune et solide comme Silvine. Pourquoi n'tait-elle pas l,
depuis des heures que le vieux l'avait perdue, dans la confusion
de tout un corps d'arme, noyant le pays, bouchant les routes?
Certainement, quelque catastrophe s'tait produite; et il la
voyait dans de mauvaises histoires, perdue en pleins champs,
pitine par les chevaux.

Mais, soudain, tous trois se levrent. Un galop descendait la
route, et ils venaient d'entendre le vieux qui armait son fusil.

-- Qui va l? Cria rudement ce dernier. C'est toi, Silvine?

On ne rpondit pas. Il menaa de tirer, rptant sa question.
Alors, une voix haletante, oppresse, parvint dire:

-- Oui, oui, c'est moi, pre Fouchard.

Puis, tout de suite elle demanda:

-- Et Charlot?

-- Il est couch, il dort.

-- Ah! bon, merci!

Du coup, elle ne se hta plus, poussant un gros soupir, o toute
son angoisse et toute sa fatigue s'exhalaient.

-- Entre par la fentre, reprit Fouchard. Il y a du monde.

Et, comme elle sautait dans la salle, elle resta saisie devant les
trois hommes. Sous la lumire vacillante de la chandelle, elle
apparaissait, trs brune, avec ses pais cheveux noirs, ses grands
beaux yeux, qui suffisaient sa beaut, dans son visage ovale,
d'une tranquillit forte de soumission. Mais, en ce moment, la vue
brusque d'Honor avait jet tout le sang de son coeur ses joues;
et elle n'tait pas tonne pourtant de le trouver l, elle avait
song lui, en galopant depuis Raucourt.

Lui, trangl, dfaillant, affectait le plus grand calme.

-- Bonsoir, Silvine.

-- Bonsoir, Honor.

Alors, pour ne pas clater en sanglots, elle tourna la tte, elle
sourit Maurice, qu'elle venait de reconnatre. Jean la gnait.
Elle touffait, elle ta le foulard qu'elle avait au cou. Honor
reprit, ne la tutoyant plus, comme autrefois:

-- Nous tions inquiets de vous, Silvine, cause de tous ces
Prussiens qui arrivent.

Elle redevint subitement ple, la face bouleverse; et, avec un
regard involontaire vers la chambre o dormait Charlot, agitant la
main, comme pour chasser une vision abominable, elle murmura:

-- Les Prussiens, oh! Oui, oui, je les ai vus.

bout de force, tombe sur une chaise, elle raconta que, lorsque
le 7e corps avait envahi Raucourt, elle s'tait rfugie chez son
parrain, le docteur Dalichamp, esprant que le pre Fouchard
aurait l'ide de venir l'y prendre, avant de repartir. La Grande-
Rue tait encombre d'une telle bousculade, qu'un chien ne s'y
serait pas risqu. Et, jusque vers quatre heures, elle avait
patient, assez tranquille, faisant de la charpie avec des dames;
car le docteur, dans la pense qu'on enverrait peut-tre des
blesss de Metz et de Verdun, si l'on se battait par l,
s'occupait depuis quinze jours installer une ambulance dans la
grande salle de la mairie. Du monde arrivait, qui disait qu'on
pourrait bien se servir tout de suite de cette ambulance; et, en
effet, ds midi, on avait entendu le canon, du ct de Beaumont.
Mais a se passait loin encore, on n'avait pas peur, lorsque, tout
d'un coup, comme les derniers soldats Franais quittaient
Raucourt, un obus tait venu, avec un bruit effroyable, dfoncer
le toit d'une maison voisine. Deux autres suivirent, c'tait une
batterie allemande qui canonnait l'arrire-garde du 7e corps.
Dj, des blesss de Beaumont se trouvaient la mairie, on
craignit qu'un obus ne les achevt sur la paille, o ils
attendaient que le docteur vnt les oprer. Fous d'pouvante, les
blesss se levaient, voulaient descendre dans les caves, malgr
leurs membres fracasss, qui leur arrachaient des cris de douleur.

-- Et alors, continua Silvine, je ne sais pas comment a s'est
fait, il y a eu un brusque silence... J'tais monte une fentre
qui donne sur la rue et sur la campagne. Je ne voyais plus
personne, pas un seul pantalon rouge, quand j'ai entendu des gros
pas lourds; et une voix a cri quelque chose, et toutes les
crosses des fusils sont tombes en mme temps par terre...
C'taient, en bas, dans la rue, des hommes noirs, petits, l'air
sale, avec de grosses ttes vilaines, coiffes de casques, pareils
ceux de nos pompiers. On m'a dit que c'taient des Bavarois...
Puis, comme je levais les yeux, j'en ai vu, oh! J'en ai vu des
milliers et des milliers, qui arrivaient par les routes, par les
champs, par les bois, en colonnes serres, sans fin. Tout de
suite, le pays en a t noir. Une invasion noire, des sauterelles
noires, encore et encore, si bien qu'en un rien de temps, on n'a
plus vu la terre.

Elle frmissait, elle rpta son geste, chassant de la main
l'affreux souvenir.

-- Et alors, on n'a pas ide de ce qui s'est pass... Il parat
que ces gens-l marchaient depuis trois jours, et qu'ils venaient
de se battre Beaumont, comme des enrags. Aussi crevaient-ils de
faim, les yeux hors de la tte, moiti fous...



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | 42 | | 43 | | 44 | | 45 | | 46 | | 47 | | 48 | | 49 | | 50 | | 51 | | 52 | | 53 | | 54 | | 55 | | 56 | | 57 | | 58 | | 59 | | 60 | | 61 | | 62 | | 63 | | 64 | | 65 | | 66 | | 67 | | 68 | | 69 | | 70 | | 71 | | 72 | | 73 | | 74 | | 75 | | 76 | | 77 | | 78 | | 79 | | 80 | | 81 | | 82 | | 83 | | 84 | | 85 | | 86 | | 87 | | 88 | | 89 | | 90 | | 91 | | 92 | | 93 | | 94 | | 95 | | 96 | | 97 | | 98 | | 99 | | 100 | | 101 | | 102 | | 103 | | 104 | | 105 | | 106 | | 107 | | 108 | | 109 | | 110 | | 111 | | 112 | | 113 | | 114 | | 115 | | Next |


Keywords:
N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.