A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 20000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
L-bas, on tirait
toujours. Elle se remit un instant la fentre. Maintenant,
renseigne, bien que le mur des brumes matinales restt
impntrable, elle se rendait parfaitement compte de la lutte
engage Bazeilles, le craquement des mitrailleuses, les voles
fracassantes des batteries Franaises rpondant aux voles
lointaines des batteries allemandes. On aurait dit que les
dtonations se rapprochaient, la bataille s'aggravait de minute en
minute.

Pourquoi Weiss ne revenait-il pas? Il avait si formellement promis
de rentrer, la premire attaque! Et l'inquitude d'Henriette
croissait, elle s'imaginait des obstacles, la route coupe, les
obus rendant dj la retraite trop dangereuse. Peut-tre mme
tait-il arriv un malheur. Elle en cartait la pense, trouvant
dans l'espoir un ferme soutien d'action. Puis, elle forma un
instant le projet d'aller l-bas, de partir la rencontre de son
mari. Des incertitudes la retinrent: peut-tre se croiseraient-
ils; et que deviendrait-elle, si elle le manquait? Et quel serait
son tourment, lui, s'il rentrait sans la trouver? Du reste, la
tmrit d'une visite Bazeilles en ce moment lui apparaissait
naturelle, sans hrosme dplac, rentrant dans son rle de femme
active, faisant en silence ce que ncessitait la bonne tenue de
son mnage. O son mari tait, elle devait tre, simplement.

Mais elle eut un brusque geste, elle dit tout haut, en quittant la
fentre:

-- Et Monsieur Delaherche... Je vais voir...

Elle venait de songer que le fabricant de drap, lui aussi, avait
couch Bazeilles, et que, s'il tait rentr, elle aurait par lui
des nouvelles. Promptement, elle redescendit. Au lieu de sortir
par la rue des Voyards, elle traversa l'troite cour de la maison,
elle prit le passage qui conduisait aux vastes btiments de la
fabrique, dont la monumentale faade donnait sur la rue Maqua.
Comme elle dbouchait dans l'ancien jardin central, pav
maintenant, n'ayant gard qu'une pelouse entoure d'arbres
superbes, des ormes gants du dernier sicle, elle fut d'abord
tonne d'apercevoir, devant la porte ferme d'une remise, un
factionnaire qui montait la garde; puis, elle se souvint, elle
avait su la veille que le trsor du 7e corps tait dpos l; et
cela lui fit un singulier effet, tout cet or, des millions ce
qu'on disait, cach dans cette remise, pendant qu'on se tuait
dj, l'entour. Mais, au moment o elle prenait l'escalier de
service pour monter la chambre de Gilberte, une autre surprise
l'arrta, une rencontre si imprvue, qu'elle en redescendit les
trois marches dj gravies, ne sachant plus si elle oserait aller
frapper l-haut. Un soldat, un capitaine venait de passer devant
elle, d'une lgret d'apparition, aussitt vanoui; et elle avait
eu pourtant le temps de le reconnatre, l'ayant vu Charleville,
chez Gilberte, lorsque celle-ci n'tait encore que Madame Maginot.
Elle fit quelques pas dans la cour, leva les yeux sur les deux
hautes fentres de la chambre coucher, dont les persiennes
restaient closes. Puis, elle se dcida, elle monta quand mme.

Au premier tage, elle comptait frapper la porte du cabinet de
toilette, en petite amie d'enfance, en intime qui venait parfois
causer ainsi le matin. Mais cette porte, mal ferme dans une hte
de dpart, tait reste entr'ouverte. Elle n'eut qu' la pousser,
elle se trouva dans le cabinet, puis dans la chambre. C'tait une
chambre trs haut plafond, d'o tombaient d'amples rideaux de
velours rouge, qui enveloppaient le grand lit tout entier. Et pas
un bruit, le silence moite d'une nuit heureuse, rien qu'une
respiration calme, peine distincte, dans un vague parfum de
lilas vapor.

-- Gilberte! appela doucement Henriette.

La jeune femme s'tait tout de suite rendormie; et, sous le faible
jour qui pntrait entre les rideaux rouges des fentres, elle
avait sa jolie tte ronde, roule de l'oreiller, appuye sur l'un
de ses bras nus, au milieu de son admirable chevelure noire
dfaite.

-- Gilberte!

Elle s'agita, s'tira, sans ouvrir les paupires.

-- Oui, adieu... Oh! Je vous en prie... Ensuite, soulevant la
tte, reconnaissant Henriette:

-- Tiens! c'est toi... Quelle heure est-il donc?

Quand elle sut que six heures sonnaient, elle prouva une gne,
plaisantant pour la cacher, disant que ce n'tait pas une heure
venir rveiller les gens. Puis, la premire question sur son
mari:

-- Mais il n'est pas rentr, il ne rentrera que vers neuf heures,
je pense... Pourquoi veux-tu qu'il rentre sitt?

Henriette, en la voyant souriante, dans son engourdissement de
sommeil heureux, dut insister.

-- Je te dis qu'on se bat Bazeilles depuis le petit jour, et
comme je suis trs inquite de mon mari...

-- Oh! Ma chre, s'cria Gilberte, tu as bien tort... Le mien est
si prudent, qu'il serait depuis longtemps ici, s'il y avait le
moindre danger... Tant que tu ne le verras pas, va! tu peux tre
tranquille.

Cette rflexion frappa beaucoup Henriette. En effet, Delaherche
n'tait pas un homme s'exposer inutilement. Elle en fut toute
rassure, elle alla tirer les rideaux, rabattre les persiennes; et
la chambre s'claira de la grande lumire rousse du ciel, o le
soleil commenait percer et dorer le brouillard. Une des
fentres tait reste entr'ouverte, on entendait maintenant le
canon, dans cette grande pice tide, si close et si touffe tout
l'heure.

Gilberte, souleve demi, un coude dans l'oreiller, regardait le
ciel, de ses jolis yeux clairs.

-- Alors, on se bat, murmura-t-elle.

Sa chemise avait gliss, une de ses paules tait nue, d'une chair
rose et fine, sous les mches parses de la noire chevelure;
tandis qu'une odeur pntrante, une odeur d'amour s'exhalait de
son rveil.

-- On se bat si matin, mon Dieu! Que c'est ridicule, de se battre!

Mais les regards d'Henriette venaient de tomber sur une paire de
gants d'ordonnance, des gants d'homme oublis sur un guridon; et
elle n'avait pu retenir un mouvement. Alors, Gilberte rougit
beaucoup, l'attira au bord du lit, d'un geste confus et clin.
Puis, se cachant la face contre son paule:

-- Oui, j'ai bien senti que tu savais, que tu l'avais vu...
Chrie, il ne faut pas me juger svrement. C'est un ami ancien,
je t'avais avou ma faiblesse, Charleville, autrefois, tu te
souviens...

Elle baissa encore la voix, continua avec un attendrissement o il
y avait comme un petit rire:

-- Hier, il m'a tant supplie, quand je l'ai revu... Songe donc,
il se bat ce matin, on va le tuer peut-tre... Est-ce que je
pouvais refuser?

Et cela tait hroque et charmant, dans sa gaiet attendrie, ce
dernier cadeau de plaisir, cette nuit heureuse donne la veille
d'une bataille. C'tait de cela dont elle souriait, malgr sa
confusion, avec son tourderie d'oiseau. Jamais elle n'aurait eu
le coeur de fermer sa porte, puisque toutes les circonstances
facilitaient le rendez-vous.

-- Est-ce que tu me condamnes?

Henriette l'avait coute, trs grave. Ces choses la surprenaient,
car elle ne les comprenait pas. Sans doute, elle tait autre.
Depuis le matin, son coeur tait avec son mari, avec son frre,
l-bas, sous les balles. Comment pouvait-on dormir si paisible,
s'gayer de cet air amoureux, quand les tres aims se trouvaient
en pril?

-- Mais ton mari, ma chre, et ce garon lui-mme, est-ce que cela
ne te retourne pas le coeur, de ne pas tre avec eux? ... Tu ne
songes donc pas qu'on peut te les rapporter d'une minute
l'autre, la tte casse?

Vivement, de son adorable bras nu, Gilberte carta l'affreuse
image.

-- Oh! Mon Dieu! qu'est-ce que tu me dis l? Es-tu mauvaise, de me
gter ainsi la matine!... Non, non, je ne veux pas y songer,
c'est trop triste!

Et, malgr elle, Henriette sourit son tour. Elle se rappelait
leur enfance, lorsque le pre de Gilberte, le commandant De
Vineuil, nomm directeur des douanes Charleville, la suite de
ses blessures, avait envoy sa fille dans une ferme, prs du
Chesne-Populeux, inquiet de l'entendre tousser, hant par la mort
de sa femme, que la phtisie venait d'emporter toute jeune. La
fillette n'avait que neuf ans, et dj elle tait d'une
coquetterie turbulente, elle jouait la comdie, voulait toujours
faire la reine, drape dans tous les chiffons qu'elle trouvait,
gardant le papier d'argent du chocolat pour s'en fabriquer des
bracelets et des couronnes. Plus tard, elle tait reste la mme,
lorsque, vingt ans, elle avait pous l'inspecteur des forts
Maginot. Mzires, resserr entre ses remparts, lui dplaisait, et
elle continuait d'habiter Charleville, dont elle aimait la vie
large, gaye de ftes. Son pre n'tait plus, elle jouissait
d'une libert entire, avec un mari commode, dont la nullit la
laissait sans remords. La malignit provinciale lui avait alors
prt beaucoup d'amants, mais elle ne s'tait rellement oublie
qu'avec le capitaine Beaudoin, dans le flot d'uniformes o elle
vivait, grce aux anciennes relations de son pre et sa parent
avec le colonel De Vineuil. Elle tait sans mchancet perverse,
adorant simplement le plaisir; et il semblait bien certain qu'en
prenant un amant, elle avait cd son irrsistible besoin d'tre
belle et gaie.

-- C'est trs mal d'avoir renou, dit enfin Henriette de son air
srieux.

Dj, Gilberte lui fermait la bouche, d'un de ses jolis gestes
caressants.

-- Oh! chrie, puisque je ne pouvais pas faire autrement et que
c'tait pour une seule fois... Tu le sais, j'aimerais mieux
mourir, maintenant, que de tromper mon nouveau mari.

Ni l'une ni l'autre ne parlrent plus, serres dans une
affectueuse treinte, si profondment dissemblables pourtant.
Elles entendaient les battements de leurs coeurs, elles auraient
pu en comprendre la langue diffrente, l'une toute sa joie, se
dpensant, se partageant, l'autre enfonce dans un dvouement
unique, du grand hrosme muet des mes fortes.

-- C'est vrai qu'on se bat! finit par s'crier Gilberte. Il faut
que je m'habille bien vite.

Depuis que rgnait le silence, en effet, le bruit des dtonations
semblait grandir.



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | 42 | | 43 | | 44 | | 45 | | 46 | | 47 | | 48 | | 49 | | 50 | | 51 | | 52 | | 53 | | 54 | | 55 | | 56 | | 57 | | 58 | | 59 | | 60 | | 61 | | 62 | | 63 | | 64 | | 65 | | 66 | | 67 | | 68 | | 69 | | 70 | | 71 | | 72 | | 73 | | 74 | | 75 | | 76 | | 77 | | 78 | | 79 | | 80 | | 81 | | 82 | | 83 | | 84 | | 85 | | 86 | | 87 | | 88 | | 89 | | 90 | | 91 | | 92 | | 93 | | 94 | | 95 | | 96 | | 97 | | 98 | | 99 | | 100 | | 101 | | 102 | | 103 | | 104 | | 105 | | 106 | | 107 | | 108 | | 109 | | 110 | | 111 | | 112 | | 113 | | 114 | | 115 | | Next |


Keywords:
N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.