A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 20000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
dclara Bouroche, ils vous ont bien arrang!

Il ttait le pied, le trouvait froid, n'y sentait plus battre le
pouls. Son visage tait devenu trs grave, avec un pli de la
lvre, qui lui tait particulier, en face des cas inquitants.

-- Fichtre! rpta-t-il, voil un mauvais pied!

Le capitaine, que l'anxit tirait de sa somnolence, le regardait,
attendait; et il finit par dire:

-- Vous trouvez, major?

Mais la tactique de Bouroche tait de ne jamais demander
directement un bless l'autorisation d'usage, quand la ncessit
d'une amputation s'imposait. Il prfrait que le bless s'y
rsignt de lui-mme.

-- Mauvais pied, murmura-t-il, comme s'il et pens tout haut.
Nous ne le sauverons pas.

Nerveusement, Beaudoin reprit:

-- Voyons, il faut en finir, major. Qu'en pensez-vous?

-- Je pense que vous tes un brave, capitaine, et que vous allez
me laisser faire ce qu'il faut.

Les yeux du capitaine Beaudoin plirent, se troublrent d'une
sorte de petite fume rousse. Il avait compris. Mais, malgr
l'insupportable peur qui l'tranglait, il rpondit simplement,
avec bravoure:

-- Faites, major.

Et les prparatifs ne furent pas longs. Dj, l'aide tenait la
serviette imbibe de chloroforme, qui fut tout de suite applique
sous le nez du patient. Puis, au moment o la courte agitation qui
prcde l'anesthsie se produisait, deux infirmiers firent glisser
le capitaine sur le matelas, de faon avoir les jambes libres;
et l'un d'eux garda la gauche, qu'il soutint; tandis qu'un aide,
saisissant la droite, la serrait rudement des deux mains, la
racine de la cuisse, pour comprimer les artres.

Alors, quand elle vit Bouroche s'approcher avec le couteau mince,
Gilberte ne put en supporter davantage.

-- Non, non, c'est affreux!

Et elle dfaillait, elle s'appuya sur Madame Delaherche, qui avait
d avancer le bras pour l'empcher de tomber.

-- Mais pourquoi restez-vous?

Toutes deux, cependant, demeurrent. Elles tournaient la tte, ne
voulant plus voir, immobiles et tremblantes, serres l'une contre
l'autre, malgr leur peu de tendresse.

Ce fut srement cette heure de la journe que le canon tonna le
plus fort. Il tait trois heures, et Delaherche, dsappoint,
exaspr, dclarait n'y plus rien comprendre. Maintenant, il
devenait hors de doute que, loin de se taire, les batteries
Prussiennes redoublaient leur feu. Pourquoi? Que se passait-il?
C'tait un bombardement d'enfer, le sol tremblait, l'air
s'embrasait. Autour de Sedan, la ceinture de bronze, les huit
cents pices des armes allemandes tiraient la fois,
foudroyaient les champs voisins d'un tonnerre continu; et ce feu
convergent, toutes les hauteurs environnantes frappant au centre,
aurait brl et pulvris la ville en deux heures. Le pis tait
que des obus recommenaient tomber sur les maisons. Des fracas
plus frquents retentissaient. Il en clata un rue des Voyards Un
autre corna une chemine haute de la fabrique, et des gravats
dgringolrent devant le hangar.

Bouroche leva les yeux, grognant:

-- Est-ce qu'ils vont nous achever nos blesss? ... C'est
insupportable, ce vacarme!

Cependant, l'infirmier tenait allonge la jambe du capitaine; et,
d'une rapide incision circulaire, le major coupa la peau, au-
dessous du genou, cinq centimtres plus bas que l'endroit o il
comptait scier les os. Puis, vivement, l'aide du mme couteau
mince, qu'il ne changeait pas pour aller vite, il dtacha la peau,
la releva tout autour, ainsi que l'corce d'une orange qu'on ple.
Mais, comme il allait trancher les muscles, un infirmier
s'approcha, lui parla l'oreille.

-- Le numro deux vient de couler.

Dans l'effroyable bruit, le major n'entendit pas.

-- Parlez donc plus haut, nom de Dieu! J'ai les oreilles en sang,
avec leur sacr canon.

-- Le numro deux vient de couler.

-- Qui a, le numro deux?

-- Le bras.

-- Ah! bon!... Eh bien! vous apporterez le trois, la mchoire.

Et, avec une adresse extraordinaire, sans se reprendre, il trancha
les muscles d'une seule entaille, jusqu'aux os. Il dnuda le tibia
et le pron, introduisit entre eux la compresse trois chefs,
pour les maintenir. Puis, d'un trait de scie unique, il les
abattit. Et le pied resta aux mains de l'infirmier qui le tenait.

Peu de sang coula, grce la compression que l'aide exerait plus
haut, autour de la cuisse. La ligature des trois artres fut
rapidement faite. Mais le major secouait la tte; et, quand l'aide
eut enlev ses doigts, il examina la plaie, en murmurant, certain
que le patient ne pouvait encore l'entendre:

-- C'est ennuyeux, les artrioles ne donnent pas de sang.

Puis, d'un geste, il acheva son diagnostic: encore un pauvre
bougre de fichu! Et, sur son visage en sueur, la fatigue et la
tristesse immenses avaient reparu, cette dsesprance de l' quoi
bon?, puisqu'on n'en sauvait pas quatre sur dix. Il s'essuya le
front, il se mit rabattre la peau et faire les trois sutures
d'approche.

Gilberte venait de se retourner. Delaherche lui avait dit que
c'tait fait, qu'elle pouvait voir. Pourtant, elle aperut le pied
du capitaine que l'infirmier emportait derrire les cytises. Le
charnier s'augmentait toujours, deux nouveaux morts s'y
allongeaient, l'un la bouche dmesurment ouverte et noire, ayant
l'air de hurler encore, l'autre rapetiss par une abominable
agonie, redevenu la taille d'un enfant chtif et contrefait. Le
pis tait que le tas des dbris finissait par dborder dans
l'alle voisine. Ne sachant o poser convenablement le pied du
capitaine, l'infirmier hsita, se dcida enfin le jeter sur le
tas.

-- Eh bien! voil qui est fait, dit le major Beaudoin qu'on
rveillait. Vous tes hors d'affaire.

Mais le capitaine n'avait pas la joie du rveil, qui suit les
oprations heureuses. Il se redressa un peu, retomba, bgayant
d'une voix molle:

-- Merci, major. J'aime mieux que ce soit fini.

Cependant, il sentit la cuisson du pansement l'alcool. Et, comme
on approchait le brancard pour le remporter, une terrible
dtonation branla la fabrique entire: c'tait un obus qui venait
d'clater en arrire du hangar, dans la petite cour o se trouvait
la pompe. Des vitres volrent en clats, tandis qu'une paisse
fume envahissait l'ambulance. Dans la salle, une panique avait
soulev les blesss de leur couche de paille, et tous criaient
d'pouvante, et tous voulaient fuir.

Delaherche se prcipita, affol, pour juger des dgts. Est-ce
qu'on allait lui dmolir, lui incendier sa maison, prsent? Que
se passait-il donc? Puisque l'empereur voulait qu'on cesst,
pourquoi avait-on recommenc?

-- Nom de Dieu! remuez-vous! cria Bouroche aux infirmiers figs de
terreur. Lavez-moi la table, apportez-moi le numro trois!

On lava la table, on jeta une fois encore les seaux d'eau rouge
la vole, au travers de la pelouse. La corbeille de marguerites
n'tait plus qu'une bouillie sanglante, de la verdure et des
fleurs haches dans du sang. Et le major, qui on avait apport
le numro trois, se mit, pour se dlasser un peu, chercher une
balle qui, aprs avoir fracass le maxillaire infrieur, devait
s'tre loge sous la langue. Beaucoup de sang coulait et lui
engluait les doigts.

Dans la salle, le capitaine Beaudoin tait de nouveau couch sur
son matelas. Gilberte et Madame Delaherche avaient suivi le
brancard. Delaherche lui-mme, malgr son agitation, vint causer
un moment.

-- Reposez-vous, capitaine. Nous allons faire prparer une
chambre, nous vous prendrons chez nous.

Mais, dans sa prostration, le bless eut un rveil, une minute de
lucidit.

-- Non, je crois bien que je vais mourir.

Et il les regardait tous les trois, les yeux largis, pleins de
l'pouvante de la mort.

-- Oh! Capitaine, qu'est-ce que vous dites l? murmura Gilberte en
s'efforant de sourire, toute glace. Vous serez debout dans un
mois.

Il secouait la tte, il ne regardait plus qu'elle, avec un immense
regret de la vie dans les yeux, une lchet de s'en aller ainsi,
trop jeune, sans avoir puis la joie d'tre.

-- Je vais mourir, je vais mourir... Ah! c'est affreux...

Puis, tout d'un coup, il aperut son uniforme souill et dchir,
ses mains noires, et il parut souffrir de son tat, devant des
femmes. Une honte lui vint de s'abandonner ainsi, la pense qu'il
manquait de correction acheva de lui rendre toute une bravoure. Il
russit reprendre d'une voix gaie:

-- Seulement, si je meurs, je voudrais mourir les mains propres...
Madame, vous seriez bien aimable de mouiller une serviette et de
me la donner.

Gilberte courut, revint avec la serviette, voulut lui en frotter
les mains elle-mme. partir de ce moment, il montra un trs
grand courage, soucieux de finir en homme de bonne compagnie.
Delaherche l'encourageait, aidait sa femme l'arranger d'une
faon convenable. Et la vieille Madame Delaherche, devant ce
mourant, lorsqu'elle vit le mnage s'empresser ainsi, sentit s'en
aller sa rancune. Une fois encore elle se tairait, elle qui savait
et qui s'tait jur de tout dire son fils. quoi bon dsoler la
maison, puisque la mort emportait la faute?

Ce fut fini presque tout de suite. Le capitaine Beaudoin, qui
s'affaiblissait, retomba dans son accablement. Une sueur glace
lui inondait le front et le cou. Il rouvrit un instant les yeux,
ttonna comme s'il et cherch une couverture imaginaire, qu'il se
mit remonter jusqu' son menton, les mains tordues, d'un
mouvement doux et entt.

-- Oh! j'ai froid, j'ai bien froid.

Et il passa, il s'teignit, sans hoquet, et son visage tranquille,
aminci, garda une expression d'infinie tristesse.

Delaherche veilla ce que le corps, au lieu d'tre port au
charnier, ft dpos dans une remise voisine. Il voulait forcer
Gilberte, toute bouleverse et pleurante, se retirer chez elle.
Mais elle dclara qu'elle aurait trop peur maintenant, seule, et
qu'elle prfrait rester avec sa belle-mre, dans l'agitation de
l'ambulance, o elle s'tourdissait. Dj, elle courait donner
boire un chasseur d'Afrique que la fivre faisait dlirer, elle
aidait un infirmier panser la main d'un petit soldat, une recrue
de vingt ans, qui tait venu, pied, du champ de bataille, le
pouce emport; et, comme il tait gentil et drle, plaisantant sa
blessure d'un air insouciant de parisien farceur, elle finit par
s'gayer avec lui.

Pendant l'agonie du capitaine, la canonnade semblait avoir
augment encore, un deuxime obus tait tomb dans le jardin,
brisant un des arbres centenaires.



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | 42 | | 43 | | 44 | | 45 | | 46 | | 47 | | 48 | | 49 | | 50 | | 51 | | 52 | | 53 | | 54 | | 55 | | 56 | | 57 | | 58 | | 59 | | 60 | | 61 | | 62 | | 63 | | 64 | | 65 | | 66 | | 67 | | 68 | | 69 | | 70 | | 71 | | 72 | | 73 | | 74 | | 75 | | 76 | | 77 | | 78 | | 79 | | 80 | | 81 | | 82 | | 83 | | 84 | | 85 | | 86 | | 87 | | 88 | | 89 | | 90 | | 91 | | 92 | | 93 | | 94 | | 95 | | 96 | | 97 | | 98 | | 99 | | 100 | | 101 | | 102 | | 103 | | 104 | | 105 | | 106 | | 107 | | 108 | | 109 | | 110 | | 111 | | 112 | | 113 | | 114 | | 115 | | Next |


Keywords:
N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.