A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 20000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
Ensuite,
Henriette, dont le tour de veille, l'ambulance, ne revenait que
le mardi, reut l'avis, trs tard, qu'elle aurait remplacer le
soir la personne de service, indispose. Et, comme Jean ne
quittait point sa chambre, quels que fussent les bruits, il ne
restait donc que Prosper, dont on pouvait craindre l'intervention.
Lui, n'tait pas pour qu'on gorget ainsi un homme, plusieurs.
Mais, quand il vit arriver son frre avec ses deux lieutenants, le
dgot qu'il avait de ce vilain monde s'ajouta son excration
des Prussiens: srement qu'il n'allait pas en sauver un, de ces
sales bougres, mme si on lui faisait son affaire d'une faon
malpropre; et il aima mieux se coucher, enfoncer sa tte dans le
traversin, pour ne pas entendre et n'tre pas tent de se conduire
en soldat.

Il tait sept heures moins un quart, et Charlot s'enttait ne
point dormir. D'habitude, ds qu'il avait mang sa soupe, il
tombait, la tte sur la table.

-- Voyons, dors, mon chri, rptait Silvine, qui l'avait port
dans la chambre d'Henriette, tu vois comme tu es bien, sur le
grand dodo bonne amie!

Mais l'enfant, gay justement par cette aubaine, gigotait, riait
s'touffer.

-- Non, non... Reste, petite mre... Joue, petite mre...

Elle patientait, elle se montrait trs douce, rptant avec des
caresses:

-- Fais dodo, mon chri... Fais dodo, pour me faire plaisir.

Et l'enfant finit par s'endormir, le rire aux lvres. Elle n'avait
pas pris la peine de le dshabiller, elle le couvrit chaudement et
s'en alla, sans l'enfermer clef, tellement, d'ordinaire, il
dormait d'un gros sommeil.

Jamais Silvine ne s'tait sentie si calme, d'esprit si net et si
vif. Elle avait une promptitude de dcision, une lgret de
mouvement, comme dgage de son corps, agissant sous cette
impulsion de l'autre, qu'elle ne connaissait point. Dj, elle
venait d'introduire Sambuc, avec Cabasse et Ducat, en leur
recommandant la plus grande prudence; et elle les conduisit dans
sa chambre, elle les posta droite et gauche de la fentre,
qu'elle ouvrit, malgr le grand froid. Les tnbres taient
profondes, la pice ne se trouvait faiblement claire que par le
reflet de la neige. Un silence de mort venait de la campagne, des
minutes interminables s'coulrent. Enfin, un petit bruit de pas
qui s'approchaient, Silvine s'en alla, retourna s'asseoir dans la
cuisine, o elle attendit, immobile, ses grands yeux fixs sur la
flamme de la chandelle.

Et ce fut encore trs long, Goliath rda autour de la ferme, avant
de se risquer. Il croyait bien connatre la jeune femme, aussi
avait-il os venir, simplement avec un revolver sa ceinture.
Mais un malaise l'avertissait, il poussa entirement la fentre,
allongea la tte, en appelant doucement:

-- Silvine! Silvine!

Puisqu'il trouvait la fentre ouverte, c'tait donc qu'elle avait
rflchi et qu'elle consentait. Cela lui causait un gros plaisir,
bien qu'il et prfr la voir l, l'accueillant, le rassurant.
Sans doute, le pre Fouchard venait de la rappeler, quelque
besogne finir. Il leva un peu la voix.

-- Silvine! Silvine!

Rien ne rpondait, pas un souffle. Et il enjamba l'appui, il
entra, avec l'ide de se fourrer dans le lit, de l'attendre sous
les couvertures, tant il faisait froid.

Tout d'un coup, il y eut une furieuse bousculade, des
pitinements, des glissements, au milieu de jurons touffs et de
rles. Sambuc et les deux autres s'taient rus sur Goliath; et,
malgr leur nombre, ils n'arrivaient pas matriser le colosse,
dont le danger dcuplait les forces. Dans les tnbres, on
entendait les craquements des membres, l'effort haletant des
treintes. Heureusement, le revolver tait tomb. Une voix, celle
de Cabasse, bgaya, trangle: les cordes, les cordes! tandis
que Ducat passait Sambuc le paquet de cordes dont ils avaient eu
la prcaution de se pourvoir. Alors, ce fut une opration sauvage,
faite coups de pied, coups de poing, les jambes attaches
d'abord, puis les bras lis aux flancs, puis le corps tout entier
ficel ttons, au hasard des soubresauts, avec un tel luxe de
tours et de noeuds, que l'homme tait comme pris en un filet dont
les mailles lui entraient dans la chair. Il continuait de crier,
la voix de Ducat rptait: ferme donc ta gueule! les cris
cessrent, Cabasse avait nou brutalement sur la bouche un vieux
mouchoir bleu. Enfin, ils soufflrent, ils l'emportrent ainsi
qu'un paquet dans la cuisine, o ils l'allongrent sur la grande
table, ct de la chandelle.

-- Ah! le salop de Prussien, jura Sambuc en s'pongeant le front,
nous a-t-il donn du mal!... Dites, Silvine, allumez donc une
seconde chandelle, pour qu'on le voie en plein, ce nom de Dieu de
cochon-L!

Les yeux largis dans sa face ple, Silvine s'tait leve. Elle ne
pronona pas une parole, elle alluma une chandelle, qu'elle vint
poser de l'autre ct de la tte de Goliath, qui apparut, vivement
claire, comme entre deux cierges. Et leurs regards, ce moment,
se rencontrrent: il la suppliait, perdu, envahi par la peur;
mais elle ne parut pas comprendre, elle se recula jusqu'au buffet,
resta l debout, de son air ttu et glac.

-- Le bougre m'a mang la moiti d'un doigt, gronda Cabasse dont
la main saignait. Faut que je lui casse quelque chose!

Dj, il levait le revolver qu'il avait ramass, lorsque Sambuc le
dsarma.

-- Non, non! Pas de btises!... Nous ne sommes pas des brigands,
nous autres, nous sommes des juges... Entends-tu, salop de
Prussien, nous allons te juger; et n'aie pas peur, nous respectons
les droits de la dfense... Ce n'est pas toi qui te dfendras,
parce que toi, si nous t'enlevions ta muselire, tu nous casserais
les oreilles. Mais, tout l'heure, je te donnerai un avocat, et
un fameux!

Il alla chercher trois chaises, les aligna, composa ce qu'il
appelait le tribunal, lui au milieu, flanqu droite et gauche
de ses deux lieutenants. Tous trois s'assirent, et il se releva,
parla avec une lenteur goguenarde, qui peu peu s'largit,
s'enfla d'une colre vengeresse.

-- Moi, je suis la fois le prsident et l'accusateur public. Ce
n'est pas trs correct, mais nous ne sommes pas assez de monde...
Donc, je t'accuse d'tre venu nous moucharder en France, payant
ainsi par la plus sale trahison le pain mang nos tables. Car
c'est toi la cause premire du dsastre, toi le tratre qui, aprs
le combat de Nouart, as conduit les Bavarois jusqu' Beaumont,
pendant la nuit, au travers des bois de Dieulet. Il fallait un
homme qui et longtemps habit le pays, pour connatre ainsi les
moindres sentiers; et notre conviction est faite, on t'a rencontr
guidant l'artillerie par les chemins abominables, changs en
fleuves de boue, o l'on a d atteler huit chevaux chaque pice.
Quand on revoit ces chemins, c'est ne pas croire, on se demande
comment un corps d'arme a pu passer par l... Sans toi, sans ton
crime de t'tre goberg chez nous et de nous avoir vendus, la
surprise de Beaumont n'aurait pas eu lieu, nous ne serions pas
alls Sedan, peut-tre aurions-nous fini par vous rosser! Et je
ne parle pas du mtier dgotant que tu continues faire, du
toupet avec lequel tu as reparu ici, triomphant, dnonant et
faisant trembler le pauvre monde... Tu es la plus ignoble des
canailles, je demande la peine de mort.

Un silence rgna. Il s'tait assis de nouveau, il dit enfin:

-- Je nomme d'office Ducat pour te dfendre... Il a t huissier,
il serait all trs loin, sans ses passions. Tu vois que je ne te
refuse rien et que nous sommes gentils.

Goliath, qui ne pouvait remuer un doigt, tourna les yeux vers son
dfenseur improvis. Il n'avait plus que les yeux de vivants, des
yeux de supplication ardente, sous le front livide, que trempait
une sueur d'angoisse, grosses gouttes, malgr le froid.

-- Messieurs, plaida Ducat en se levant, mon client est en effet
la plus infecte des canailles, et je n'accepterais pas de le
dfendre, si je n'avais faire remarquer, pour son excuse, qu'ils
sont tous comme a, dans son pays... Regardez-le, vous voyez bien,
ses yeux, qu'il est trs tonn. Il ne comprend pas son crime.
En France, nous ne touchons nos espions qu'avec des pincettes;
tandis que, l-bas, l'espionnage est une carrire trs honore,
une faon mritoire de servir son pays... Je me permettrai mme de
dire, messieurs, qu'ils n'ont peut-tre pas tort. Nos nobles
sentiments nous font honneur, mais le pis est qu'ils nous ont fait
battre. Si j'ose m'exprimer ainsi, _quos vult perdere Jupiter
dementat..._ Vous apprcierez, messieurs.

Et il se rassit, tandis que Sambuc reprenait:

-- Et toi, Cabasse, n'as-tu rien dire contre ou pour l'accus?

-- J'ai dire, cria le provenal, que c'est bien des histoires
pour rgler son compte ce bougre-l... J'ai eu pas mal d'ennuis
dans mon existence; mais je n'aime pas qu'on plaisante avec les
choses de la justice, a porte malheur... mort! mort!

Solennellement, Sambuc se remit debout.

-- Ainsi, tel est bien votre arrt tous les deux... La mort?

-- Oui, oui! La mort!

Les chaises furent repousses, il s'approcha de Goliath, en
disant:

-- C'est jug, tu vas mourir.

Les deux chandelles brlaient, la mche haute, comme des cierges,
droite et gauche du visage dcompos de Goliath. Il faisait,
pour crier grce, pour hurler les mots dont il touffait, un tel
effort, que le mouchoir bleu, sur sa bouche, se trempait d'cume;
et c'tait terrible, cet homme rduit au silence, muet dj comme
un cadavre, qui allait mourir avec ce flot d'explications et de
prires dans la gorge.

Cabasse armait le revolver.

-- Faut-il lui casser la gueule? demanda-t-il.

-- Ah! non, non! cria Sambuc, il serait trop content.

Et, revenant vers Goliath:

-- Tu n'es pas un soldat, tu ne mrites pas l'honneur de t'en
aller avec une balle dans la tte... Non! Tu vas crever comme un
sale cochon d'espion que tu es.

Il se retourna, il demanda poliment:

-- Silvine, sans vous commander, je voudrais bien avoir un baquet.

Pendant la scne du jugement, Silvine n'avait pas boug.



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | 42 | | 43 | | 44 | | 45 | | 46 | | 47 | | 48 | | 49 | | 50 | | 51 | | 52 | | 53 | | 54 | | 55 | | 56 | | 57 | | 58 | | 59 | | 60 | | 61 | | 62 | | 63 | | 64 | | 65 | | 66 | | 67 | | 68 | | 69 | | 70 | | 71 | | 72 | | 73 | | 74 | | 75 | | 76 | | 77 | | 78 | | 79 | | 80 | | 81 | | 82 | | 83 | | 84 | | 85 | | 86 | | 87 | | 88 | | 89 | | 90 | | 91 | | 92 | | 93 | | 94 | | 95 | | 96 | | 97 | | 98 | | 99 | | 100 | | 101 | | 102 | | 103 | | 104 | | 105 | | 106 | | 107 | | 108 | | 109 | | 110 | | 111 | | 112 | | 113 | | 114 | | 115 | | Next |


Keywords:
N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.