A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 20000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
Elle
attendait, la face rigide, absente d'elle-mme, toute dans l'ide
fixe qui la poussait depuis deux jours. Et, quand on lui demanda
un baquet, elle obit simplement, elle disparut une minute dans le
cellier voisin, puis revint avec le grand baquet o elle lavait le
linge de Charlot.

-- Tenez! Posez-le sous la table, au bord.

Elle le posa, et comme elle se relevait, ses yeux de nouveau
rencontrrent ceux de Goliath. Ce fut, dans le regard du
misrable, une supplication dernire, une rvolte aussi de l'homme
qui ne voulait pas mourir. Mais, en ce moment, il n'y avait plus
en elle rien de la femme, rien que la volont de cette mort,
attendue comme une dlivrance. Elle recula encore jusqu'au buffet,
elle resta.

Sambuc, qui avait ouvert le tiroir de la table, venait d'y prendre
un large couteau de cuisine, celui avec lequel on coupait le lard.

-- Donc, puisque tu es un cochon, je vas te saigner comme un
cochon.

Et il ne se pressa pas, discuta avec Cabasse et Ducat, pour que
l'gorgement se ft d'une manire convenable. Mme il y eut une
querelle, parce que Cabasse disait que dans son pays, en Provence,
on saignait les cochons la tte en bas, tandis que Ducat se
rcriait, indign, estimant cette mthode barbare et incommode.

-- Avancez-le bien au bord de la table, au-dessus du baquet, pour
ne pas faire des taches.

Ils l'avancrent, et Sambuc procda tranquillement, proprement.
D'un seul coup du grand couteau, il ouvrit la gorge, en travers.
Tout de suite, de la carotide tranche, le sang se mit couler
dans le baquet, avec un petit bruit de fontaine. Il avait mnag
la blessure, peine quelques gouttes jaillirent-elles, sous la
pousse du coeur. Si la mort en fut plus lente, on n'en vit mme
pas les convulsions, car les cordes taient solides, l'immobilit
du corps resta complte. Pas une secousse et pas un rle. On ne
put suivre l'agonie que sur le visage, sur ce masque labour par
l'pouvante, d'o le sang se retirait goutte goutte, la peau
dcolore, d'une blancheur de linge. Et les yeux se vidaient, eux
aussi. Ils se troublrent et s'teignirent.

-- Dites donc, Silvine, faudra tout de mme une ponge.

Mais elle ne rpondit pas, les bras ramens contre sa poitrine,
dans un geste inconscient, cloue au carreau, serre la gorge
comme par un collier de fer. Elle regardait. Puis, tout d'un coup,
elle s'aperut que Charlot tait l, pendu ses jupes. Sans
doute, il s'tait rveill, il avait pu ouvrir les portes; et
personne ne l'avait vu entrer petits pas, en enfant curieux.
Depuis combien de temps se trouvait-il ainsi, cach demi
derrire sa mre? Lui aussi regardait. De ses gros yeux bleus,
sous sa tignasse jaune, il regardait couler le sang, la petite
fontaine rouge qui emplissait le baquet peu peu. Cela l'amusait
peut-tre. N'avait-il pas compris d'abord? Fut-il ensuite effleur
par un souffle de l'horrible, eut-il une instinctive conscience de
l'abomination laquelle il assistait? Il jeta un cri brusque,
perdu.

-- Oh! Maman, oh! Maman, j'ai peur, emmne-moi!

Et Silvine en reut une secousse, dont la violence l'branla
toute. C'tait trop, un croulement se faisait en elle, l'horreur
la fin emportait cette force, cette exaltation de l'ide fixe
qui la tenait debout depuis deux jours. La femme renaissait, elle
clata en larmes, elle eut un geste fou, en soulevant Charlot, en
le serrant perdument sur son coeur. Et elle se sauva avec lui,
d'un galop terrifi, ne pouvant plus entendre, ne pouvant plus
voir, n'ayant plus que le besoin d'aller s'anantir n'importe o,
dans le premier trou cach o elle tomberait.

cette minute, Jean se dcidait ouvrir doucement sa porte. Bien
qu'il ne s'inquitt jamais des bruits de la ferme, il finissait
par tre surpris des alles et venues, des clats de voix qu'il
entendait. Et ce fut chez lui, dans sa chambre calme, que Silvine
vint s'abattre, chevele, sanglotante, secoue d'une telle crise
de dtresse, qu'il ne put saisir d'abord ses paroles bgayes,
coupes entre ses dents. Toujours elle rptait le mme geste,
comme pour carter l'atroce vision. Enfin, il comprit, il vit
son tour le guet-apens, l'gorgement, la mre debout, le petit
dans ses jupes, en face du pre saign la gorge, dont le sang
coulait; et il en restait glac, son coeur de paysan et de soldat
chavir d'angoisse. Ah! la guerre, l'abominable guerre qui
changeait tout ce pauvre monde en btes froces, qui semait ces
haines affreuses, le fils clabouss par le sang du pre,
perptuant la querelle des races, grandissant plus tard dans
l'excration de cette famille paternelle, qu'il irait peut-tre un
jour exterminer! Des semences sclrates pour d'effroyables
moissons!

Tombe sur une chaise, couvrant de baisers gars Charlot qui
pleurait son cou, Silvine rptait l'infini la mme phrase, le
cri de son coeur saignant.

-- Ah! mon pauvre petit, on ne dira plus que tu es un Prussien!...
Ah! mon pauvre petit, on ne dira plus que tu es un Prussien!

Dans la cuisine, le pre Fouchard venait d'arriver. Il avait tap
en matre, on s'tait dcid lui ouvrir. Et, en vrit, il avait
eu une peu agrable surprise, en trouvant ce mort sur sa table,
avec le baquet plein de sang dessous. Naturellement, d'une nature
peu endurante, il s'tait fch.

-- Dites donc, espces de salops que vous tes, est-ce que vous
n'auriez pas pu faire vos salets dehors? Hein! Vous prenez donc
ma maison pour un fumier, que vous venez y gter les meubles, avec
des coups pareils?

Puis, comme Sambuc s'excusait, expliquait les choses, le vieux
continua, gagn par la peur, s'irritant davantage:

-- Et qu'est-ce que vous voulez que j'en foute, moi, de votre
mort? Croyez-vous que c'est gentil, de coller comme a un mort
chez quelqu'un, sans se demander ce qu'il en fera? ... Une
supposition qu'une patrouille entre, je serais propre! Vous vous
en fichez, vous autres, vous ne vous tes pas demand si je n'y
laisserais pas la peau... Eh bien! Nom de Dieu, vous aurez affaire
moi, si vous n'emportez pas votre mort tout de suite! Vous
entendez, prenez-le par la tte, par les pattes, par ce que vous
voudrez, mais que a ne trane pas et qu'il n'en reste pas
seulement un cheveu dans trois minutes d'ici!

Enfin, Sambuc obtint du pre Fouchard un sac, bien que le coeur de
ce dernier saignt de donner encore quelque chose. Il le choisit
parmi les plus mauvais, en disant qu'un sac trou, c'tait trop
bon pour un Prussien. Mais Cabasse et Ducat eurent toutes les
peines du monde faire entrer Goliath dans ce sac: le corps tait
trop gros, trop long, et les pieds dpassrent. Puis, on le
sortit, on le chargea sur la brouette qui servait charrier le
pain.

-- Je vous donne ma parole d'honneur, dclara Sambuc, que nous
allons le foutre la Meuse!

-- Surtout, insista Fouchard, collez-lui deux bons cailloux aux
pattes, que le bougre ne remonte pas!

Et, dans la nuit trs noire, sur la neige ple, le petit cortge
s'en alla, disparut, sans autre bruit qu'un lger cri plaintif de
la brouette.

Sambuc jura toujours sur la tte de son pre qu'il avait bien mis
les deux bons cailloux aux pattes. Pourtant, le corps remonta, les
Prussiens le dcouvrirent trois jours plus tard, Pont-Maugis,
dans de grandes herbes; et leur fureur fut extrme, lorsqu'ils
eurent tir du sac ce mort, saign au cou comme un pourceau. Il y
eut des menaces terribles, des vexations, des perquisitions. Sans
doute, quelques habitants durent trop causer, car on vint un soir
arrter le maire de Remilly et le pre Fouchard, coupables
d'entretenir de bons rapports avec les francs-tireurs, qu'on
accusait d'avoir fait le coup. Et le pre Fouchard, dans cette
circonstance extrme, fut vraiment trs beau, avec son
impassibilit de vieux paysan qui connaissait la force invincible
du calme et du silence. Il marcha, sans s'effarer, sans mme
demander d'explications. On allait bien voir. Dans le pays, on
disait tout bas qu'il avait dj tir des Prussiens une grosse
fortune, des sacs d'cus enfouis quelque part, un un, mesure
qu'il les gagnait.

Henriette, quand elle connut toutes ces histoires, fut
terriblement inquite. De nouveau, redoutant de compromettre ses
htes, Jean voulait partir, bien que le docteur le trouvt trop
faible encore; et elle tenait ce qu'il attendt une quinzaine de
jours, envahie elle-mme d'un redoublement de tristesse, devant la
ncessit prochaine de la sparation. Lors de l'arrestation du
pre Fouchard, Jean avait pu s'chapper, en se cachant au fond de
la grange; mais ne restait-il pas en danger d'tre pris et emmen
d'une heure l'autre, dans le cas possible de nouvelles
recherches? D'ailleurs, elle tremblait aussi sur le sort de
l'oncle. Elle rsolut donc d'aller un matin, Sedan, voir les
Delaherche, qui logeaient chez eux, affirmait-on, un officier
Prussien trs puissant.

-- Silvine, dit-elle en partant, soignez bien notre malade,
donnez-lui son bouillon midi et sa potion quatre heures.

La servante, toute ses besognes accoutumes, tait redevenue la
fille courageuse et soumise, dirigeant la ferme maintenant, en
l'absence du matre, pendant que Charlot sautait et riait autour
d'elle.

-- N'ayez pas peur, madame, il ne lui manquera rien... Je suis l
pour le dorloter.




VI


Sedan, rue Maqua, chez les Delaherche, la vie avait repris,
aprs les terribles secousses de la bataille et de la
capitulation; et, depuis bientt quatre mois, les jours suivaient
les jours, sous le morne crasement de l'occupation Prussienne.

Mais un coin des vastes btiments de la fabrique, surtout, restait
clos, comme inhabit: c'tait sur la rue, l'extrmit des
appartements de matre, la chambre que le colonel De Vineuil
habitait toujours. Tandis que les autres fentres s'ouvraient,
laissaient passer tout un va-et-vient, tout un bruit de vie,
celles de cette pice semblaient mortes, avec leurs persiennes
obstinment fermes. Le colonel s'tait plaint de ses yeux, dont
la grande lumire avivait les souffrances, disait-il; et l'on ne
savait s'il mentait, on entretenait prs de lui une lampe, nuit et
jour, pour le contenter.



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | 42 | | 43 | | 44 | | 45 | | 46 | | 47 | | 48 | | 49 | | 50 | | 51 | | 52 | | 53 | | 54 | | 55 | | 56 | | 57 | | 58 | | 59 | | 60 | | 61 | | 62 | | 63 | | 64 | | 65 | | 66 | | 67 | | 68 | | 69 | | 70 | | 71 | | 72 | | 73 | | 74 | | 75 | | 76 | | 77 | | 78 | | 79 | | 80 | | 81 | | 82 | | 83 | | 84 | | 85 | | 86 | | 87 | | 88 | | 89 | | 90 | | 91 | | 92 | | 93 | | 94 | | 95 | | 96 | | 97 | | 98 | | 99 | | 100 | | 101 | | 102 | | 103 | | 104 | | 105 | | 106 | | 107 | | 108 | | 109 | | 110 | | 111 | | 112 | | 113 | | 114 | | 115 | | Next |


Keywords:
N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.