A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 20000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
Puis, elle rpondit de son
air d'allgresse confiante:

--Mais c'est Jsus que je veux!




IV


Malgr sa gaiet vivace, Anglique aimait la solitude; et c'tait avec
la joie d'une vritable rcration qu'elle se retrouvait seule dans sa
chambre, le matin et le soir: elle s'y abandonnait, elle y gotait
l'escapade de ses songeries. Parfois mme, au cours de la journe,
lorsqu'elle pouvait y courir un instant, elle en tait heureuse comme
d'une fuite, en pleine libert. La chambre, trs vaste, tenait toute
une moiti du comble, dont le grenier occupait le reste. Elle tait
entirement blanchie la chaux, les murs, les solives, jusqu'aux
chevrons apparents des parties mansardes; et, dans cette nudit
blanche, les vieux meubles de chne semblaient noirs. Lors des
embellissements du salon et de la chambre coucher, en bas, o avait
mont l l'antique mobilier, datant de toutes les poques: un coffre de
la Renaissance, une table et des chaises Louis XIII, un norme lit Louis
XIV, une trs belle armoire Louis XV.

Seuls, le pole, en faence blanche, et la table de toilette, une petite
table recouverte de toile cire, juraient, au milieu de ces vieilleries
vnrables. Drap dans une ancienne Perse rose, bouquets de bruyres,
si plie qu'elle tait devenue d'un rose teint, souponn peine,
l'norme lit surtout gardait la majest de son grand ge. Mais ce qui
plaisait Anglique, c'tait le balcon. Des deux portes-fentres
d'autrefois, l'une, celle de gauche, avait t condamne, simplement
l'aide de clous; et le balcon, qui jadis rgnait sur la largeur de
l'tage, n'existait plus que devant la fentre de droite. Comme les
solives, dessous, taient encore bonnes, on avait remis un parquet et
viss dessus une rampe de fer, la place de l'ancienne balustrade
pourrie. C'tait l un coin charmant, une sorte de niche, sous la pointe
du pignon, que fermaient des voliges, remplaces au commencement de ce
sicle. Lorsqu'on se penchait, on voyait toute la faade sur le jardin,
trs caduque celle-ci, avec son soubassement de petites pierres
tailles, ses pans de bois garnis de briques apparentes, ses larges
baies, aujourd'hui rduites. En bas, la porte de la cuisine tait
surmonte d'un auvent, recouvert de zinc. Et, en haut, les dernires
sablires, qui avanaient d'un mtre, ainsi que le fatage du comble, se
trouvaient consolides par de grandes consoles, dont le pied s'appuyait
au bandeau du rez-de-chausse. Cela mettait le balcon dans toute une
vgtation de charpentes, au fond d'une fort de vieux bois, que
verdissaient des girofles et des mousses.

Depuis qu'elle occupait la chambre, Anglique avait pass l bien des
heures, accoude la rampe, regardant. D'abord, sous elle, s'enfonait
le jardin, que de grands buis assombrissaient de leur ternelle verdure;
dans un angle, contre l'glise, un bouquet de maigres lilas entourait un
vieux banc de granit; tandis que, dans l'autre angle, moiti cache
par un lierre dont le manteau couvrait tout le mur du fond, se trouvait
une petite porte dbouchant sur le Clos-Marie, vaste terrain laiss
inculte. Ce Clos-Marie tait l'ancien verger des moines. Un ruisseau
d'eau vive le traversait, la Chevrote, o les mnagres des maisons
voisines avaient l'autorisation de laver leur linge; des familles de
pauvres se terraient dans les ruines d'un ancien moulin croul; et
personne autre n'habitait le champ, que la ruelle des Guerdaches reliait
seule la rue Magloire, entre les hautes murailles de l'vch et
celles de l'htel Voincourt. En t, les ormes centenaires des deux
parcs barraient de leurs cimes de feuillage l'horizon troit, qui tait
ferm au midi par la croupe gante de l'glise. Ainsi enclav de toutes
parts, le Clos-Marie dormait dans la paix de son abandon, envahi
d'herbes folles, plant de peupliers et de saules que le vent avait
sems. Parmi les cailloux, la Chevrote bondissait, chantante, d'une
musique continue de cristal.

Jamais Anglique ne se lassait, en face de ce coin perdu.

Et, pendant sept annes pourtant, elle n'y avait retrouv chaque matin
que le spectacle dj regard la veille. Les arbres de l'htel
Voincourt, dont la faade donnait sur la Grand Rue, taient si touffus,
que, l'hiver seulement, elle distinguait la fille de la comtesse,
Claire, une enfant de son ge. Dans le jardin de l'vch, c'tait une
paisseur de branches plus profonde encore, elle avait tent en vain de
reconnatre la soutane de Monseigneur; et la vieille grille garnie de
volets, qui s'ouvrait sur le clos, devait tre condamne depuis
longtemps car elle ne se souvenait pas de l'avoir vue entrebille une
seule fois, mme pour livrer passage un jardinier. En dehors des
mnagres battant leur linge, elle n'apercevait toujours l que les
mmes petits pauvres en guenilles, couchs dans les herbes.

Le printemps, cette anne, fut d'une douceur exquise. Elle avait seize
ans, et jusqu' ce jour, ses regards seuls s'taient plu voir reverdir
le Clos-Marie, sous les soleils d'avril. Il a pousse des feuilles
tendres, la transparence des soires chaudes, tout le renouveau odorant
de la terre, simplement, l'amusait.

Mais cette anne, au premier bourgeon, son coeur venait de battre. Il y
avait, en elle, un moi grandissant; depuis que montaient les herbes, et
que le vent lui apportait l'odeur plus forte des verdures. Des angoisses
brusques, sans cause, la serraient la gorge. Un soir, elle se jeta
dans les bras d'Hubertine, pleurant, n'ayant aucun sujet de chagrin,
bien heureuse au contraire.

La nuit, surtout, elle faisait des rves dlicieux, elle voyait passer
des ombres, elle dfaillait en des ravissements, qu'elle n'osait se
rappeler au rveil, confuse de ce bonheur que lui donnaient les anges.
Parfois, au fond de son grand lit, elle s'veillait en sursaut, les deux
mains jointes, serres contre sa poitrine; et il lui fallait sauter
pieds nus sur le carreau de sa chambre, tant elle touffait; et elle
courait ouvrir la fentre, elle restait l, frissonnante, perdue, dans
ce bain d'air frais qui la calmait.

C'tait un merveillement continuel, une surprise de ne pas se
reconnatre, de se sentir comme agrandie de joies et de douleurs qu'elle
ignorait, toute la floraison enchante de la femme.

Eh! quoi, vraiment, les lilas et les cytises invisibles de l'vch
avaient une odeur si douce, qu'elle ne la respirait plus, sans qu'un
flot rose lui montt aux joues? Jamais encore elle ne s'tait aperue de
cette tideur des parfums, qui, maintenant, l'effleuraient d'une haleine
vivante. Et, aussi, comment n'avait-elle pas remarqu, les annes
prcdentes, un grand paulownia en fleur, dont l'norme bouquet violtre
apparaissait entre deux ormes du jardin des Voincourt? Cette anne, ds
qu'elle le regardait, une motion troublait ses yeux, tellement ce
violet ple lui allait au coeur. De mme, elle ne se souvenait point
d'avoir entendu la Chevrote causer si haut sur les cailloux, parmi les
joncs de ses rives. Le ruisseau parlait srement, elle l'coutait dire
des mots vagues, toujours rpts, qui l'emplissaient de trouble,
N'tait-ce donc plus le champ d'autrefois, que tout l'y tonnait et y
prenait de la sorte des sens nouveaux? ou bien tait-ce elle, plutt,
qui changeait, pour y sentir, y voir et y entendre germer la vie?...

Mais la cathdrale, sa droite, la masse norme qui bouchait le ciel,
la surprenait plus encore. Chaque matin, elle s'imaginait la voir pour
la premire fois, mue de sa dcouverte, comprenant que ces vieilles
pierres aimaient et pensaient comme elle. Cela n'tait point raisonn,
elle n'avait aucune science, elle s'abandonnait l'envole mystique de
la gante, dont l'enfantement avait dur trois sicles et o se
superposaient les croyances des gnrations. En bas, elle tait
agenouille, crase par la prire, avec les chapelles romanes du
pourtour, aux fentres plein cintre, nues, ornes seulement de minces
colonnettes, sous les archivoltes. Puis, elle se sentait souleve, la
face et les mains au ciel, avec les fentres ogivales de la nef,
construites quatre-vingts ans plus tard, de hautes fentres lgres,
divises par des meneaux qui portaient des arcs briss et des roses.
Puis, elle quittait le sol, ravie, toute droite, avec les contreforts et
les arcs-boutants du choeur, repris et ornements deux sicles aprs, en
plein flamboiement du gothique, chargs de clochetons, d'aiguilles et de
pinacles:

Des gargouilles, au pied des arcs-boutants, dversaient les eaux des
toitures. On avait ajout une balustrade garnie de trfles, bordant la
terrasse, sur les chapelles absidales. Le comble, galement, tait orn
de fleurons. Et tout l'difice fleurissait, mesure qu'il se
rapprochait du ciel, dans un lancement continu, dlivr de l'antique
terreur sacerdotale, allant se perdre au sein d'un Dieu de pardon et
d'amour. Elle en avait la sensation physique, elle en tait allge et
heureuse, comme d'un cantique qu'elle aurait chant, trs pur, trs fin,
se perdant trs haut.

D'ailleurs, la cathdrale vivait. Des hirondelles, par centaines,
avaient maonn leurs nids sous les ceintures de trfles, jusque dans
les creux des clochetons et des pinacles; et, continuellement, leurs
vols effleuraient les arcs-boutants et les contreforts, qu'ils
peuplaient. C'taient aussi les ramiers des ormes de l'vch, qui se
rengorgeaient au bord des terrasses, allant petits pas, ainsi que des
promeneurs. Parfois, perdu dans le bleu, peine gros comme une mouche,
encore beau se lissait les plumes, la pointe d'une aiguille. Des
plantes, toute une flore, les lichens, les gramines qui poussent aux
fentes des murailles, animaient les vieilles pierres du sourd travail de
leurs racines. Les jours de grandes pluies, l'abside entire
s'veillait et grondait, dans le ronflement de l'averse battant les
feuilles de plomb du comble, se dversant par les rigoles des galeries,
roulant d'tage en tage avec la clameur d'un torrent dbord. Mme les
coups de vent terribles d'octobre et de mars lui donnaient une me, une
voix de colre et de plainte, quand ils soufflaient au travers de sa
fort de pignons et d'arcatures, de colonnettes et de roses.



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | Next |


Keywords: voincourt, heureuse, chevrote, droite, depuis, arcs-boutants, pierres, avaient, balcon, parfois
N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.