A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 20000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
D'un effort, elle se reprenait, elle se retrouvait,
l'aiguille la main, brodait quand mme avec son application
accoutume, dans un rve. Peut tre couvait-elle quelque grande maladie.
Un soir, en se couchant, elle fut saisie d'un frisson; elle crut qu'elle
ne se relverait pas. Son coeur battait se rompre, ses oreilles
s'emplissaient d'un bourdonnement de cloche. Aimait-elle ou allait-elle
mourir? Et elle souriait paisiblement Hubertine, qui, en train de
cirer son fil, l'examinait, inquite.

D'ailleurs, Anglique avait fait le serment de ne jamais revoir
Flicien. Elle ne se risquait plus parmi les herbes folles du Clos
Marie, elle ne visitait mme plus ses pauvres. Sa peur tait qu'il ne se
passt quelque chose d'effrayant, le jour o ils se retrouveraient face
face. Dans sa rsolution, entrait en outre une ide de pnitence, pour
se punir du pch qu'elle avait pu commettre. Aussi, les matins de
rigidit, se condamnait-elle ne pas jeter un seul coup d'oeil par la
fentre, de crainte d'apercevoir, au bord de la Chevrotte, celui qu'elle
redoutait. Et si, tente, elle regardait, et qu'il ne ft pas l, elle
en tait toute triste, jusqu'au lendemain. Or, un matin, Hubert
ordonnait une dalmatique, lorsqu'un coup de sonnette le fit descendre.
Ce devait tre un client, quelque commande sans doute, car Hubertine et
Anglique entendaient le bourdonnement des voix, par la porte de
l'escalier reste ouverte. Puis, elles levrent la tte, trs surprises:
des pas montaient, le brodeur amenait le client, ce qui n'arrivait
jamais. Et la jeune fille demeura saisie, en reconnaissant Flicien. Il
tait mis simplement, en ouvrier d'art, dont les mains sont blanches.
Puisqu'elle n'allait plus lui, il venait elle, aprs des journes
d'attente vaine et d'incertitude anxieuse, passes se dire qu'elle ne
l'aimait donc pas.

--Tiens! mon enfant, voici qui te regarde, expliqua Hubert.

Monsieur vient nous commander un travail exceptionnel: Et, ma foi! pour
en causer tranquillement, j'ai prfr le recevoir ici....

C'est ma fille, monsieur, qu'il faut montrer votre dessin.

Ni lui ni Hubertine n'avaient le moindre soupon. Ils s'approchrent
seulement avec curiosit, pour voir. Mais Flicien tait, comme
Anglique, trangl d'motion. Ses mains tremblaient, lorsqu'il droula
le dessin; et il dut parler lentement, afin de cacher le trouble de sa
voix.--C'est une mitre pour Monseigneur.... Oui, ces dames de la ville,
qui veulent lui faire ce cadeau, m'ont charg d'en dessiner les pices
et d'en surveiller l'excution. Je suis peintre verrier, mais je
m'occupe beaucoup aussi d'art ancien.... Vous voyez, je n'ai fait que
reconstituer une mitre gothique....

Anglique, penche sur la grande feuille qu'il posait devant elle, eut
une exclamation lgre.

--Oh! sainte Agns!

C'tait, en effet, la martyre de treize ans, la vierge nue et vtue de
ses cheveux, d'o ne sortaient que ses petits pieds et ses petites
mains, telle qu'elle tait sur son pilier, une des portes de la
cathdrale, telle surtout qu'on la retrouvait l'intrieur, dans une
vieille statue de bois, anciennement peinte, aujourd'hui d'un blond
fauve, toute dore par l'ge. Elle occupait la face entire de la mitre,
debout, ravie au ciel, emporte par deux anges; et, au-dessous d'elle,
un paysage trs lointain, trs fin, s'tendait. Le revers et les barbes
taient enrichis d'ornements lancols, d'un beau style.

--Ces dames, reprit Flicien, font le cadeau pour la procession du
Miracle, et j'ai naturellement cru devoir choisir sainte Agns....

--L'ide est excellente, interrompit Hubert.

Hubertine dit son tour:

--Monseigneur sera trs touch. La procession du Miracle, qui se
faisait chaque anne le 28 juillet, datait de Jean V d'Hautecoeur, en
remerciement du pouvoir miraculeux de gurir, que Dieu lui avait envoy,
lui et sa race, pour sauver Beaumont de la peste. La lgende contait
que les Hautecoeur devaient ce pouvoir l'intervention de sainte Agns,
dont ils taient fort dvots; et de l l'usage antique, la date
anniversaire, de sortir la vieille statue de la sainte, que l'on
promenait solennellement au travers des rues de la ville, dans la pieuse
croyance qu'elle continuait en carter tous les maux.

--Pour la procession du Miracle, murmura enfin Anglique les yeux sur le
dessin, mais c'est dans vingt jours, jamais nous n'aurons le temps.

Les Hubert hochrent la tte. En effet, un pareil travail demandait des
soins infinis. Hubertine, cependant, se tourna vers la jeune fille.

--Je pourrais t'aider, je me chargerais des ornements, et tu n'aurais
faire que la figure.

Anglique examinait toujours la sainte, dans son trouble.

Non, non! elle refusait, elle se dfendait contre la douceur d'accepter.
Ce serait trs mal, d'tre complice; car, srement, Flicien mentait,
elle sentait bien qu'il n'tait pas pauvre, qu'il se cachait sous ce
vtement d'ouvrier; et cette simplicit joue; toute cette histoire pour
pntrer jusqu' elle, la mettait en garde, amuse et heureuse au fond,
le transfigurant, voyant le royal prince qu'il devait tre, dans
l'absolue certitude o elle vivait de la ralisation entire de son
rve.

--Non, rpta-t-elle demi-voix, nous n'aurions pas le temps.

Et, sans lever les yeux, elle continua, comme se parlant elle-mme:

--Pour la sainte, on ne peut employer ni le pass, ni la guipure. Ce
serait indigne.... Il faut une broderie en or nu.

--Justement, dit Flicien, je songeais cette broderie, je savais que
mademoiselle en avait retrouv le secret.... On en voit encore un assez
beau fragment la sacristie.

Hubert se passionna.--Oui, oui, il est du quinzime sicle, il a t
brod par une de mes arrire-grand-mres.... De l'or nu, ah! il n'y
avait pas de plus beau travail, monsieur. Mais il demandait trop de
temps, il cotait trop cher, puis il exigeait de vraies artistes. Voici
deux cents ans que ce travail ne se fait plus.... Et si ma fille refuse,
vous pouvez y renoncer, car elle seule aujourd'hui est capable de
l'entreprendre, et je n'en connais pas d'autre ayant la finesse
ncessaire de l'oeil et de la main.

Hubertine, depuis qu'on parlait de l'or nu, tait devenue respectueuse.
Elle ajouta, convaincue:

--En vingt jours, en effet, c'est impossible.... Il y faut une patience
de fe. Mais regarder fixement la sainte, Anglique venait de faire
une dcouverte qui noyait de joie son coeur. Agns lui ressemblait. En
dessinant l'antique statue, Flicien certainement songeait elle; et
cette pense qu'elle tait ainsi toujours prsente, qu'il la revoyait
partout, amollissait sa rsolution de l'loigner. Elle leva le front
enfin, elle l'aperut tremblant, les yeux mouills d'une supplication si
ardente, qu'elle fut vaincue. Seulement, par cette malice, cette science
naturelle qui vient aux filles, mme quand elles ignorent tout, elle ne
voulut pas avoir l'air de consentir.

--C'est impossible, rpta-t-elle, en rendant le dessin. Je ne le ferais
pour personne.

Flicien eut un geste de vritable dsespoir. C'tait lui qu'elle
refusait, il croyait le comprendre. Il partait, il dit encore Hubert:

--Quant l'argent, tout ce que vous auriez demand.... Ces dames
mettraient jusqu' deux mille francs....

Certes, le mnage n'tait pas intress. En pourtant ce gros chiffre
l'motionna. Le mari avait regard la femme. tait-ce fcheux de laisser
aller une commande si avantageuse!

--Deux mille francs, reprit Anglique de sa voix douce, deux mille
francs, monsieur....

Et elle, pour qui l'argent ne comptait pas, retenait un sourire, un
taquin sourire qui pinait peine les coins de sa bouche, s'gayant de
ne point paratre cder au plaisir de le voir, et de lui donner d'elle
une opinion fausse.

--Oh! deux mille francs, monsieur, j'accepte.... Je ne le ferais pour
personne, mais du moment qu'on est dcid payer.. S'il le faut, je
passerai les nuits.

Hubert et Hubertine, alors, voulurent refuser leur tour, de crainte
qu'elle ne se fatigut trop.

--Non, non, on ne peut pas renvoyer l'argent qui vient....

Comptez sur moi. Votre mitre sera prte, la veille de la procession.
Flicien laissa le dessin et se retira, le coeur navr, sans trouver le
courage de donner des explications nouvelles, pour s'attarder encore.
Elle ne l'aimait certainement pas, elle avait affect de ne point le
reconnatre et de le traiter en client ordinaire, dont l'argent seul est
bon prendre. D'abord, il s'emporta, il l'accusa d'avoir l'me basse.
Tant mieux! c'tait fini, il ne penserait plus elle. Puis, comme il y
pensait toujours, il finit par l'excuser: ne vivait-elle pas de son
travail, ne devait-elle pas gagner son pain? Deux jours aprs, il fut
trs malheureux, il se remit rder, malade de ne point la voir. Elle
ne sortait plus, elle ne paraissait mme plus aux fentres. Et il en
tait se dire que, si elle ne l'aimait pas, si elle n'aimait que le
gain, lui chaque jour l'aimait davantage, comme on aime l'amour vingt
ans, sans raison, au hasard du coeur, pour la joie et la douleur
d'aimer. Un soir, il l'avait vue, et c'en tait fait: maintenant,
c'tait celle-ci, et non une autre; quelle qu'elle ft, mauvaise ou
bonne, laide ou jolie, pauvre ou riche, il allait en mourir, s'il ne
l'avait point. Le troisime jour, sa souffrance devint telle, que,
malgr son serment d'oublier, il retourna chez les Hubert.

En bas, quand il eut sonn, il fut encore reu par le brodeur, qui,
devant l'obscurit de ses explications, se dcida le faire monter de
nouveau.

--Ma fille, monsieur dsire t'expliquer des choses que je ne comprends
pas trs bien.

Alors, Flicien balbutia:

--Si a ne gne pas trop mademoiselle, j'aimerais me rendre compte....
Ces dames m'ont recommand de suivre en personne le travail.... moins
pourtant que je ne drange....

Anglique, en le voyant paratre, avait senti son coeur battre
violemment, jusque dans sa gorge. Il l'touffait. Mais elle l'apaisa
d'un effort; le sang n'en monta mme pas ses joues; et ce fut trs
calme, l'air indiffrent, qu'elle rpondit:

--Oh!



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | Next |


Keywords: client, statue, personne, toujours, jamais, miracle, quelque, impossible, explications, chaque
N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.