A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 20000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
les amours! regardez donc! Un, pas plus haut qu'une botte, trois
ans peine, chancelant et fier sur ses petits pieds, passait si drle,
qu'elle plongea la main dans la corbeille et le couvrit d'une poigne de
fleurs. Il disparaissait, il avait des roses sur les paules, parmi les
cheveux. Et le rire tendre qu'il soulevait, gagna de proche en proche,
des fleurs plurent de chaque fentre. Dans le silence bourdonnant de la
rue, on n'entendait plus que le pitinement assourdi de la procession,
tandis que les poignes de fleurs s'abattaient sur le pav, d'un vol
silencieux. Bientt, il y en eut une jonche.

Mais, rassur sur le bon ordre des laques, l'abb Cornille
s'impatienta, inquiet de ce que le cortge s'immobilisait depuis deux
minutes, et il s'empressa de regagner la tte, tout en saluant les
Hubert d'un sourire, au passage.

--Qu'ont-ils donc ne pas marcher? dit Anglique, qu'une fivre
prenait, comme si elle et, l'autre bout, l-bas, attendu son bonheur.

Hubertine rpondit de son air calme:

--Ils n'ont pas besoin de courir.

--Quelque encombrement, peut-tre un reposoir qu'on achve, expliqua
Hubert.

Les filles de la Vierge s'taient mises chanter un cantique, et leurs
voix aigus montaient dans le plein air, avec une limpidit de cristal.
De proche en proche, le dfil s'branla. On repartit.

Maintenant, aprs les laques, le clerg commenait sortir de
l'glise, les moins dignes les premiers. Tous, en surplis, se couvraient
de la barrette, sous le porche; et chacun tenait un cierge allum, ceux
de droite, de la main droite, ceux de gauche, de la main gauche, en
dehors du rang, double range de petites flammes mouvantes, presque
teintes dans le plein jour. D'abord, ce fut le grand sminaire, les
paroisses, les glises collgiales; puis, vinrent les clercs et les
bnficiaires de la cathdrale, que suivaient les chanoines, les paules
couvertes de pluviaux blancs. Au milieu d'eux, se trouvaient les
chantres, en chapes de soie rouge, qui avaient commenc l'antienne,
pleine voix, et auxquels tout le clerg rpondait, d'un chant plus
lger. L'hymne Pange lingua s'leva trs pure, la rue tait pleine d'un
grand frissonnement de mousseline, les ailes envoles des surplis, que
les petites flammes des cierges criblaient de leurs toiles d'or pli.

--Oh! sainte Agns! murmura Anglique.

Elle souriait la sainte, que quatre clercs portaient sur un brancard
de velours bleu, orn de dentelle. Chaque anne, elle avait un
tonnement, la voir ainsi hors de l'ombre o elle veillait depuis des
sicles, tout autre sous la grande lumire, dans sa robe de longs
cheveux d'or. Elle tait si vieille et trs jeune pourtant, avec ses
petites mains, ses petits pieds fluets, son mince visage de fillette,
noirci par l'ge.

Mais Monseigneur devait la suivre. On entendait dj venir, du fond de
l'glise, le balancement des encensoirs.

Il y eut des chuchotements, Anglique rpta:

--Monseigneur.... Monseigneur....

Et, cette minute, les yeux sur la sainte qui passait, elle se
rappelait les vieilles histoires, les hauts marquis d'Hautecoeur
dlivrant Beaumont de la peste, grce l'intervention d'Agns, Jean V
et tous ceux de sa race venant s'agenouiller devant elle, dvots son
image; et elle les voyait tous, les seigneurs du miracle, dfiler un
un, comme une ligne de princes.

Un large espace tait rest vide. Puis, le chapelain charg du soin de
la crosse s'avana, la tenant droite, la partie courbe vers lui.
Ensuite, parurent deux thurifraires, qui allaient reculons et
balanaient petits coups les encensoirs, ayant chacun prs de lui un
acolyte charg de la navette. Et le grand dais de velours pourpre, garni
de crpines d'or, eut quelque peine sortir par une des baies de la
porte. Mais, vivement, l'ordre se rtablit, les autorits dsignes
prirent les btons. Dessous, entre ses diacres d'honneur, Monseigneur
marchait, tte nue, les paules couvertes de l'charpe blanche, dont les
deux bouts enveloppaient ses mains, qui portaient le Saint Sacrement
sans le toucher, trs haut.

Tout de suite, les thurifraires venaient de prendre du champ, et les
encensoirs, lancs la vole, retombrent en cadence, avec le petit
bruit argentin de leurs chanettes.

O donc Anglique avait-elle connu quelqu'un qui ressemblait
Monseigneur? Un recueillement inclinait tous les fronts. Mais elle, la
tte penche demi, le regardait. Il avait la taille haute, mince et
noble, d'une jeunesse superbe pour ses soixante ans. Ses yeux d'aigle
luisaient, son nez un peu fort accentuait l'autorit souveraine de sa
face, adoucie par sa chevelure blanche, en boucles paisses; et elle
remarqua la pleur du teint o elle crut voir monter un flot de sang.
Peut tre n'tait-ce que le reflet du grand soleil d'or, qu'il portait
de ses mains couvertes, et qui le mettait dans un rayonnement de clart
mystique.

Certainement, un visage cette ressemblance s'voquait, au fond d'elle.
Ds les premiers pas, Monseigneur avait commenc les versets d'un
psaume, qu'il rcitait voix basse, avec ses diacres; alternativement.
Et elle trembla, quand elle le vit tourner les yeux vers la fentre o
elle tait, tellement il lui apparut svre, d'une froideur hautaine,
condamnant la vanit de toute passion. Ses regards taient alls aux
trois broderies anciennes, Marie visite par l'Ange, Marie au pied de la
Croix, Marie montant aux cieux. Ils se rjouirent, puis ils
s'abaissrent, se fixrent sur elle, sans que, dans son trouble, elle
pt comprendre s'ils plissaient de duret ou de douceur. Dj, ils
taient revenus au Saint Sacrement, immobiles, luisants dans le reflet
du grand soleil d'or. Les encensoirs partaient la vole, retombaient
avec le bruit argentin des chanettes, pendant qu'un petit nuage, une
fume d'encens, montait dans l'air.

Mais le coeur d'Anglique battit se rompre. Derrire le dais, elle
venait d'apercevoir la mitre, sainte Agns ravie par deux anges,
l'oeuvre brode fil fil de son amour, qu'un chapelain, les doigts
envelopps d'un voile, portait dvotement, comme une chose sainte. Et
l, parmi les laques qui suivaient, dans le flot des fonctionnaires,
des officiers, des magistrats, elle reconnaissait Flicien, au premier
rang, mince et blond, en habit, avec ses cheveux boucls, son nez
droit, un peu fort, ses yeux noirs, d'une douceur hautaine. Elle
l'attendait, elle n'tait pas surprise de le voir enfin se changer en
prince. Au regard anxieux qu'il lui jeta, implorant le pardon de son
mensonge, elle rpondit par un clair sourire.

--Tiens! murmura Hubertine stupfaite, n'est-ce point ce jeune homme?

Elle aussi l'avait reconnu, et elle s'inquita, lorsque, se tournant,
elle vit sa fille transfigure.

--Il nous a donc menti?... Pourquoi? le sais-tu?... Sais-tu qui est ce
jeune homme?

Oui, peut-tre le savait-elle. Une voix rpondait en elle des
questions rcentes. Mais elle n'osait, elle ne voulait plus
s'interroger. La certitude se ferait, lorsqu'il en serait temps.

Elle en sentait l'approche, dans un gonflement d'orgueil et de passion.

--Qu'y a-t-il donc? demanda Hubert, en se penchant derrire sa femme.
Jamais il n'tait la minute prsente. Et, quand elle lui eut dsign
le jeune homme, il douta.

--Quelle ide! ce n'est pas lui.

Alors, Hubertine affecta de s'tre trompe. C'tait le plus sage, elle
se renseignerait. Mais la procession qui venait de s'arrter de nouveau,
pendant que Monseigneur, l'angle de la rue, encensait le Saint
Sacrement, parmi les verdures du reposoir, allait repartir; et
Anglique, dont la main s'tait oublie au fond de la corbeille, tenant
une dernire poigne de feuilles de rose, eut un geste trop prompt, jeta
les fleurs, dans son trouble enchant. Justement, Flicien se remettait
en marche.

Les fleurs pleuvaient, deux ptales, balancs lentement, volrent, se
posrent sur ses cheveux. C'tait la fin. Le dais avait disparu au coin
de la Grand-Rue, la queue du cortge s'coulait, laissant le pav
dsert, recueilli, comme assoupi de foi rveuse, dans l'exhalaison un
peu pre des roses foules. Et l'on entendait encore, au loin, de plus
en plus faible, le bruit argentin des chanettes, retombant chaque
vole des encensoirs.

--Oh! veux-tu, mre? s'cria Anglique, nous irons dans l'glise les
voir rentrer. Le premier mouvement d'Hubertine fut de refuser. Puis,
elle prouvait elle-mme un si grand dsir d'avoir une certitude,
qu'elle consentit.

--Oui, tout l'heure, puisque cela te fait plaisir.

Mais il fallait patienter. Anglique, qui tait monte mettre un
chapeau, ne tenait pas en place. Elle revenait chaque minute devant la
fentre, interrogeait le bout de la rue, levait les yeux comme pour
interroger l'espace lui-mme; et elle parlait tout haut, elle suivait la
procession, pas pas.

--Ils descendent la rue Basse.... Ah! les voil qui doivent dboucher sur
la place, devant la Sous-Prfecture.... a n'en finit plus, les grandes
voies de Beaumont-la-Ville. Et pour le plaisir qu'ils ont voir sainte
Agns, ces marchands de toile!

Un fin nuage rose, coup dlicatement d'un treillis d'or, planait au
ciel. Cela se sentait, dans l'immobilit de l'air, que toute la vie
civile tait suspendue, que Dieu avait quitt sa maison, o chacun
attendait qu'on le rament, pour reprendre les occupations quotidiennes.
En face, les draperies bleues de l'orfvre, les rideaux rouges du
cirier, barraient toujours leurs boutiques.

Les rues semblaient dormir, il n'y avait plus, de l'une l'autre, que
le lent passage du clerg, dont le cheminement se devinait de tous les
points de la ville.

--Mre, mre, je t'assure qu'ils sont l'entre de l rue Magloire. Ils
vont remonter la pente.

Elle mentait, il n'tait que six heures et demie, et jamais la
procession ne rentrait avant sept heures un quart. Elle savait bien que
le dais devait longer ce moment le bas port du Ligneul. Mais elle
avait une telle hte!...

--Mre, dpchons, nous n'aurons pas de plac.

--Allons, viens! finit par dire Hubertine, en souriant malgr elle.

--Moi, je reste, dclara Hubert.



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | Next |


Keywords:
N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.