A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 20000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
Je vais décrocher les broderies et je
mettrai la table.

L'église leur parut vide, Dieu n'étant plus là. Toutes les portes en
restaient ouvertes, comme celles d'une maison en déroute, où l'on attend
le retour du maître. Peu de monde entrait, le maître-autel seul, un
sarcophage sévère de style roman, braisillait au fond de la nef, étoilé
de cierges; et le reste du vaste vaisseau, les bas-côtés, les chapelles,
s'emplissaient de nuit, sous la tombée du crépuscule.

Lentement, Angélique et Hubertine firent le tour. En bas, l'édifice
s'écrasait, des piliers trapus portaient les pleins cintres des
collatéraux. Elles marchaient le long de chapelles noires, enterrées
comme des cryptes. Puis, lorsqu'elles traversèrent, devant la
grand-porte, sous la travée des orgues, elles eurent un sentiment de
délivrance, en levant les yeux vers les hautes fenêtres gothiques de la
nef, qui s'élançaient au-dessus de la lourde assise romane. Mais elles
continuèrent par le bas-côté méridional, l'étouffement recommença. À la
croix du transept, quatre colonnes énormes étaient aux quatre angles;
montaient d'un jet soutenir la voûte; et là régnait encore une clarté
mauve, l'adieu du jour dans les roses des façades latérales. Elles
avaient gravi les trois marches qui menaient au choeur, elles tournèrent
par le pourtour de l'abside, la partie la plus anciennement bâtie, d'un
enfouissement de sépulcre. Un instant, contre la vieille grille, très
ouvragée, qui fermait le choeur de partout, elles s'arrêtèrent pour
regarder scintiller le maître-autel, dont les petites flammes se
reflétaient dans, le vieux chêne poli des stalles, de merveilleuses
stalles fleuries de sculptures. Et elles revinrent ainsi à leur point de
départ, levant de nouveau la tête, croyant sentir le souffle de
l'envolée de la nef, tandis que les ténèbres croissantes reculaient,
élargissaient les antiques murailles, où s'évanouissaient des restes
d'or et de peinture.

--Je savais bien qu'il était trop tôt, dit Hubertine.

Angélique, sans répondre, murmura:

--Comme c'est grand!

Il lui semblait qu'elle ne connaissait pas l'église, qu'elle la voyait
pour la première fois. Ses yeux erraient sur les rangées immobiles des
chaises, allaient au fond des chapelles, où l'on ne devinait que les
pierres tombales, à un redoublement d'ombre. Mais elle rencontra la
chapelle Hautecoeur, elle reconnut le vitrail, réparé enfin, avec son
saint Georges vague comme une vision, dans le jour mourant. Et elle en
eut beaucoup de joie.

À ce moment, un branle anima la cathédrale, la grosse cloche se
remettait à sonner.

--Ah! dit-elle, les voilà, ils montent la rue Magloire.

Cette fois, c'était vrai. Un flot de foule envahit les collatéraux, et
l'on sentit croître de minute en minute l'approche de la procession.
Cela grandissait avec les volées de la cloche, avec un Souffle large qui
venait du dehors, par la grand-porte béante. Dieu rentrait. Angélique,
appuyée à l'épaule d'Hubertine, haussée sur la pointe des pieds,
regardait cette baie ouverte, dont la rondeur se découpait dans le blanc
crépuscule de la place du Cloître.

D'abord, reparut le sous-diacre portant la croix, flanqué des deux
acolytes, avec leurs chandeliers; et, derrière eux, s'empressait le
cérémoniaire, le bon abbé Comille, essoufflé, rendu de fatigue. Au seuil
de l'église, chaque nouvel arrivant se détachait une seconde, d'une
silhouette nette et vigoureuse, puis se noyait dans les ténèbres
intérieures. C'étaient les laïques, les écoles, les associations, les
confréries, dont les bannières, pareilles à des voiles, se balançaient,
tout d'un coup mangées par l'ombre. On revit le groupe pâle des filles
de la Vierge, qui entrait en chantant de leurs voix aiguës de séraphins.
La cathédrale avalait toujours, la nef s'emplissait lentement, les
hommes à droite, les femmes à gauche. Mais la nuit s'était faite, la
place au loin se piqua d'étincelles, des centaines de petites lumières
mouvantes, et ce fut le tour du clergé, les cierges allumés en dehors du
rang, un double cordon de flammes jaunes, qui passa la porte. Cela n'en
finissait plus, les cierges se succédaient, se multipliaient, le grand
séminaire, les paroisses, la cathédrale, les chantres attaquant
l'antienne, les chanoines en pluviaux blancs. Et, peu à peu, alors,
l'église s'éclaira, se peupla de ces flammes, illuminée, criblée de
centaines d'étoiles, comme un ciel d'été.

Deux chaises étaient libres, Angélique monta sur l'une d'elles.

--Descends, répétait Hubertine, c'est défendu.

Mais elle s'obstinait, tranquille.

--Pourquoi défendu? Je veux voir.... Oh! est-ce beau!

Et elle finit par décider sa mère à monter sur l'autre, chaise.

Maintenant, toute la cathédrale braisillait, ardente. Cette houle de
cierges qui la traversait, allait allumer des reflets sous les voûtes
écrasées des bas-côtés, au fond des chapelles, où brillaient la vitre
d'une châsse, l'or d'un tabernacle. Même, dans le pourtour de l'abside
jusque dans les cryptes sépulcrales, s'éveillaient des rayons. Le choeur
flambait, avec son autel incendié, ses stalles luisantes, sa vieille
grille dont les rosaces se découpaient en noir. Et l'envolée de la nef
s'accusait encore, en bas les lourds piliers trapus portant les pleins
cintres, en haut les faisceaux de colonnettes s'amincissant,
fleurissant, parmi les arcs brisés des ogives, tout un élancement de foi
et d'amour, qui était comme le rayonnement même de la lumière.

Mais, dans le roulement des pieds et le remuement des chaises, on
entendit de nouveau retomber les chaînettes claires des encensoirs. Et
les orgues, aussitôt, chantèrent une phrase énorme qui déborda, emplit
les voûtes d'un grondement de foudre. C'était Monseigneur, encore sur la
place, Sainte Agnès, à ce moment, gagnait l'abside, toujours portée par
les clercs, la face comme apaisée aux lueurs des cierges, heureuse de
retourner à ses songeries de quatre siècles. Enfin, précédé de la
crosse, suivi de la mitre, Monseigneur rentra, tenant le Saint Sacrement
du même geste, de ses deux mains couvertes de l'écharpe. Le dais, qui
filait au milieu de la nef, s'arrêta devant la grille du choeur. Là, il
y eut un peu de confusion, l'évêque fut un moment rapproché des
personnes de sa suite.

Depuis que Félicien avait reparu, derrière la mitre, Angélique ne le
quittait pas des yeux. Or, il arriva qu'il se trouva porté sur la droite
du dais; et, à cet instant, elle vit, dans le même regard, la tête
blanche de Monseigneur et la tête blonde du jeune homme. Un flamboiement
avait passé sur ses paupières, elle joignit les mains, elle parla tout
haut:

--Oh! Monseigneur, le fils de Monseigneur!

Son secret lui échappait. C'était un cri involontaire, la certitude
enfin qui se faisait, dans la brusque clarté de leur ressemblance.
Peut-être, au fond d'elle, le savait-elle déjà, mais elle n'aurait point
osé se le dire; tandis que, maintenant, cela éclatait, l'éblouissait. De
toutes parts, d'elle-même et des choses, des souvenirs remontaient,
répétaient son cri.

Hubertine, saisie, murmura:

--Le fils de Monseigneur, ce garçon?

Autour d'elles deux, des gens s'étaient poussés. On les connaissait, on
les admirait, la mère adorable encore dans sa toilette de simple toile,
la fille d'une grâce d'archange, avec sa robe de foulard blanc. Elles
étaient si belles et si en vue, ainsi montées sur des chaises, que des
regards se levaient, s'oubliaient.

--Mais oui, ma bonne dame, dit la mère Lemballeuse, qui se trouvait dans
le groupe, mais oui, le fils de Monseigneur!

Comment, vous ne saviez pas?... Et un beau jeune homme, et riche, ah!
riche à acheter la ville, s'il voulait. Des millions, des millions!

Toute pâle, Hubertine écoutait.

--Vous avez bien entendu conter l'histoire? continua la vieille
mendiante. Sa mère est morte en le mettant au monde, et c'est alors que
Monseigneur s'est fait prêtre. Aujourd'hui, il se décide à l'appeler
près de lui.... Félicien VII d'Hautecoeur, comme qui dirait un vrai
prince! Alors, Hubertine eut un grand geste de chagrin. Et Angélique
rayonna, devant son rêve qui se réalisait. Elle ne s'étonnait toujours
pas, elle savait bien qu'il devait être le plus riche, le plus beau, le
plus noble; mais sa joie était immense, parfaite, sans souci des
obstacles, qu'elle ne prévoyait point. Enfin, il se faisait connaître,
il se donnait à son tour. L'or ruisselait avec les petites flammes des
cierges, les orgues chantaient la pompe de leurs fiançailles, la lignée
des Hautecoeur défilait royalement, du fond de la légende: Norbert Ie,
Jean V, Félicien III, Jean XII; puis, le dernier, Félicien VII, qui
tournait vers elle sa tête blonde. Il était le descendant des cousins de
la Vierge, le maître, le Jésus superbe, se révélant dans sa gloire, près
de son père.

Justement, Félicien lui souriait, et elle ne remarqua pas le regard
fâché de Monseigneur, qui venait de l'apercevoir debout sur la chaise,
au-dessus de la foule, le sang au visage, en orgueilleuse et en
passionnée.

--Ah! ma pauvre enfant, soupira Hubertine avec désespoir.

Mais les chapelains et les acolytes s'étaient rangés à droite et à
gauche, et le premier diacre, ayant pris le Saint Sacrement des mains de
Monseigneur, le posa sur l'autel. C'était la bénédiction finale, le
Tantum ergo mugi parles chantres, l'encens des navettes fumant dans les
encensoirs, le grand silence brusque de l'oraison. Et, au milieu de
l'église ardente, débordante du clergé et de peuple, sous les voûtes
élancées, Monseigneur remonta à l'autel, reprit des deux mains le grand
soleil d'or, que par trois fois il agita en l'air, d'un lent signe de
croix.




IX


Le soir même, en rentrant de l'église, Angélique pensait: «Je le verrai
tout à l'heure: il sera dans le Clos-Marie, et je descendrai le
retrouver.» Leurs yeux s'étaient donné ce rendez-vous. On ne dîna qu'à
huit heures, dans la cuisine, selon l'habitude. Hubert parlait seul,
excité par cette journée de fête.

Sérieuse, Hubertine répondait à peine, ne quittant pas du regard la
jeune fille, qui mangeait d'un gros appétit, mais inconsciente, sans
paraître savoir qu'elle portait la fourchette à sa bouche, toute à son
rêve.



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | Next |


Keywords:
N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.