A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 20000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
Il tait trop grand, je m'imaginais que tout le monde le
voyait, qu'on allait me le voler. Oh! j'ai couru, j'ai couru! et, quand
la nuit a t noire, j'ai eu froid sous cette porte, Oh! j'ai eu froid,
croire que je n'tais plus en vie. Mais a ne fait rien, je ne l'ai
pas lch, le voil! Et, d'un brusque lan, comme les Hubert le
refermaient pour le lui rendre, elle le leur arracha. Puis, assise, elle
s'abandonna sur la table, le tenant entre ses bras et sanglotant, la
joue contre la couverture de toile rose. Une humilit affreuse abattait
son orgueil, tout son tre semblait se fondre, dans l'amertume de ces
quelques pages aux coins uss, de cette pauvre chose, qui tait son
trsor, l'unique lien qui la rattacht la vie du monde. Elle ne
pouvait vider son coeur d'un si grand dsespoir, ses larmes coulaient,
coulaient sans fin; et, sous cet crasement, elle avait retrouv sa
jolie figure de gamine blonde, l'ovale un peu allong, trs pur, ses
yeux de violette que la tendresse plissait, l'lancement dlicat de son
col qui la faisait ressembler une petite vierge de vitrail.

Tout d'un coup elle saisit la main d'Hubertine, elle y colla ses lvres
avides de caresses, elle la baisa passionnment.

Les Hubert en eurent l'me retourne, bgayant, prs de pleurer
eux-mmes.

--Chre, chre enfant!

Elle n'tait donc pas encore tout fait mauvaise? Peut-tre pourrait-on
la corriger de cette violence qui les avait effrays.

--Oh! je vous en prie, ne me reconduisez pas chez les autres,
balbutia-t-elle, ne me reconduisez pas chez les autres! Le mari et la
femme s'taient regards. Justement, depuis l'automne, ils faisaient le
projet de prendre une apprentie demeure, quelque fillette qui
gaierait la maison, si attriste de leurs regrets d'poux striles. Et
ce fut dcid tout de suite.

--Veux-tu? demanda Hubert. Hubertine rpondit sans hte, de sa voix
calme:

--Je veux bien. Immdiatement, ils s'occuprent des formalits. Le
brodeur alla conter l'aventure au juge de paix du canton nord de
Beaumont, M. Grandsire, un cousin de sa femme, le seul parent qu'elle
et revu; et celui-ci se chargea de tout, crivit l'Assistance
publique, o Anglique fut aisment reconnue, grce au numro matricule,
obtint qu'elle resterait comme apprentie chez les Hubert, qui avaient un
grand renom d'honntet. Le sous-inspecteur de l'arrondissement, en
venant rgulariser le livret, passa avec le nouveau patron le contrat,
par lequel ce dernier devait traiter l'enfant doucement, la tenir
propre, lui faire frquenter l'cole et la paroisse, avoir un lit pour
la coucher seule.

De son ct, l'Administration s'engageait lui payer les indemnits et
dlivrer les vtures, conformment la rgle.

En dix jours, ce fut fait. Anglique couchait en haut, prs du grenier,
dans la chambre du comble, sur le jardin: et elle avait dj reu ses
premires leons de brodeuse. Le dimanche matin, avant de la conduire
la messe, Hubertine ouvrit devant elle le vieux bahut de l'atelier, o
elle serrait l'or fin.

Elle tenait le livret, elle le mit au fond d'un tiroir, en disant:

--Regarde o je le place, pour que tu puisses le prendre, si tu en as
l'envie, et que tu te souviennes.

Ce matin-l, en entrant l'glise, Anglique se trouva de nouveau sous
la porte Sainte-Agns. Un faux dgel s'tait produit dans la semaine,
puis le froid avait recommenc, si rude, que la neige des sculptures,
demi fondue, venait de se figer en une floraison de grappes et
d'aiguilles. C'tait maintenant toute une glace, des robes
transparentes, aux dentelles de verre, qui habillaient les vierges.
Dorothe tenait un flambeau dont la coulure limpide lui tombait des
mains. Ccile portait une couronne d'argent d'o ruisselaient des perles
vives. Agathe, sur sa gorge mordue par les tenailles, tait cuirasse
d'une armure de cristal. Et les scnes du tympan, les petites vierges
des voussures semblaient tre ainsi, depuis des sicles, derrire les
vitres et les gemmes d'une chsse gante. Agns, elle, laissait traner
un manteau de cour, fil de lumire, brod d'toiles. Son agneau avait
une toison de diamants, sa palme tait devenue couleur de ciel.

Toute la porte resplendissait, dans la puret du grand froid.

Anglique se souvint de la nuit qu'elle avait passe l, sous la
protection des vierges. Elle leva la tte et leur sourit.




II


Beaumont est fait de deux villes compltement spares et distinctes:
Beaumont-l'glise, sur la hauteur, avec sa vieille cathdrale du
douzime sicle, son vch qui date seulement du dix-septime, ses
mille mes peine, serres, touffes au fond de ses rues troites; et
Beaumont-la-Ville, en bas du coteau, sur le bord du Ligneul, un ancien
faubourg que la prosprit de ses fabriques de dentelles et de batistes
a enrichi, largi, au point qu'il compte prs de dix mille habitants,
des places spacieuses, une jolie sous-prfecture, de got moderne.

Les deux cantons, le canton nord et le canton sud, n'ont gure ainsi,
entre eux, que des rapports administratifs. Bien qu' une trentaine de
lieues de Paris, o l'on va en deux heures, Beaumont-l'glise semble
mur encore dans ses anciens remparts, dont il ne reste pourtant que
trois portes. Une population stationnaire, spciale, y vit de
l'existence que les aeux y ont mene de pre en fils, depuis cinq cents
ans.

La cathdrale explique tout, a tout enfant et conserve tout.

Elle est la mre, la reine, norme au milieu du petit tas des maisons
basses, pareilles une couve abrite frileusement sous ses ailes de
pierre. On n'y habite que pour elle et par elle; les industries ne
travaillent, les boutiques ne vendent que pour la nourrir, la vtir,
l'entretenir, elle et son clerg; et, si l'on rencontre quelques
bourgeois, c'est qu'ils y sont les derniers fidles des foules
disparues. Elle bat au centre, chaque rue est une de ses veines, la
ville n'a d'autre souffle que le sien. De l, cette me d'un autre ge,
cet engourdissement religieux dans le pass, cette cit clotre qui
l'entoure, odorante d'un vieux parfum de paix et de foi.

Et, de toute la cit mystique, la maison des Hubert, o dsormais
Anglique allait vivre, tait la plus voisine de la cathdrale, celle
qui tenait sa chair mme. L'autorisation de btir l, entre deux
contreforts, avait d tre accorde par quelque cur de jadis, dsireux
de s'attacher l'anctre de cette ligne de brodeurs, comme matre
chasublier, fournisseur de la sacristie. Du ct du midi, la masse
colossale de l'glise barrait l'troit jardin: d'abord le pourtour des
chapelles latrales dont les fentres donnaient sur les plates-bandes,
puis le corps lanc de la nef que les arcs-boutants paulaient, puis le
vaste comble couvert de feuilles de plomb. Jamais le soleil ne pntrait
au fond de ce jardin, les lierres et les buis seuls y poussaient
vigoureusement; et l'ombre ternelle y tait pourtant trs douce, tombe
de la croupe gante de l'abside, une ombre religieuse, spulcrale et
pure, qui sentait bon. Dans le demi jour verdtre, d'une calme
fracheur, les deux tours ne laissaient descendre que les sonneries de
leurs cloches. Mais la maison entire en gardait le frisson, scelle
ces vieilles pierres, fondue en elles, vivant de leur sang. Elle
tressaillait aux moindres crmonies; les grand-messes, le grondement
des orgues, la voix des chantres, jusqu'au soupir oppress des fidles,
bourdonnaient dans chacune de ses pices, la beraient d'un souffle
sacr, venu de l'invisible; et, travers le mur attidi, parfois mme
semblaient fumer des vapeurs d'encens.

Anglique, pendant cinq annes, grandit l, comme dans un clotre, loin
du monde. Elle ne sortait que le dimanche, pour aller entendre la messe
de sept heures, Hubertine ayant obtenu de ne pas l'envoyer l'cole, o
elle craignait les mauvaises frquentations. Cette demeure antique et si
resserre, au jardin d'une paix morte, fut son univers. Elle occupait,
sous le toit, une chambre passe la chaux; elle descendait, le matin,
djeuner la cuisine; elle remontait l'atelier du premier tage, pour
travailler; et c'taient avec l'escalier de pierre tournant dans sa
tourelle, les seuls coins o elle vct, justement les coins vnrables,
conservs d'ge en ge, car elle n'entrait jamais dans la chambre des
Hubert, et ne faisait gure que traverser le salon du bas, les deux
pices rajeunies au got de l'poque. Dans le salon, on avait pltr les
solives; une corniche palmettes, accompagne d'une rosace centrale,
ornait le plafond; le papier grandes fleurs jaunes datait du Premier
Empire, de mme que la chemine de marbre blanc et que le meuble
d'acajou, un guridon, un canap, quatre fauteuils, recouverts de
velours d'Utrecht. Les rares fois qu'elle y venait renouveler
l'talage, quelques bandes de broderies pendues devant la fentre, si
elle jetait un coup d'oeil dehors, elle voyait la mme chappe
immuable, la rue butant contre la porte Sainte Agns: une dvote
poussait le vantail qui se refermait sans bruit, les boutiques de
l'orfvre et du cirier, en face, alignant leurs saints ciboires et leurs
gros cierges, semblaient toujours vides.

Et la paix claustrale de tout Beaumont-l'glise, de la rue Magloire,
derrire l'vch, de la Grand-Rue o aboutit la rue des Orfvres, de la
place du Clotre o se dressent les deux tours, se sentait dans l'air
assoupi, tombait lentement avec le jour ple sur le pav dsert.

Hubertine s'tait charge de complter l'instruction d'Anglique.
D'ailleurs, elle pratiquait cette opinion ancienne qu'une femme en sait
assez long, quand elle met l'orthographe et qu'elle connat les quatre
rgles. Mais elle eut lutter contre le mauvais vouloir de l'enfant,
qui se dissipait regarder par les fentres, quoique la rcration ft
mdiocre, celles-ci ouvrant sur le jardin. Anglique ne se passionna
gure que pour la lecture; malgr les dictes, tires d'un choix
classique, elle n'arriva jamais orthographier correctement une page;
et elle avait pourtant une jolie criture, lance et ferme, une de ces
critures irrgulires des grandes dames d'autrefois.



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | Next |


Keywords:
N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.