A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 20000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
Un bedeau passa, qui ne la vit
mme point, colle l'intrieur de cette grille. Elle apercevait
toujours la jupe de la pnitente dbordant du confessionnal. Ses yeux
s'habituaient au demi-jour, se fixaient machinalement sur les
inscriptions, dont elle finit par dchiffrer les caractres. Des noms la
frappaient, veillaient en elle les lgendes du chteau d'Hautecoeur,
Jean V le Grand, Raoul III, Herv VII. Elle en rencontra deux autres,
ceux de Laurette et de Balbine, qui l'murent aux larmes, dans son
trouble.

C'taient ceux des Mortes heureuses, Laurette tombe d'un rayon de lune
en allant rejoindre son fianc, Balbine foudroye de joie par le retour
de son mari qu'elle croyait tu la guerre, toutes les deux revenant la
nuit, enveloppant le chteau du vol blanc de leur robe immense. Ne les
avait-elle pas vues, le jour de sa visite aux ruines, flotter au-dessus
des tours, parmi la cendre ple du crpuscule? Ah! qu'elle serait morte
volontiers comme elles, seize ans, dans le bonheur de son rve
ralis!

Un bruit norme, rpercut sous les votes, la fit tressaillir.

C'tait le prtre qui sortait du confessionnal de la chapelle Saint
Joseph, et qui en refermait la porte. Elle eut une surprise, en ne
retrouvant pas la pnitente, disparue dj. Puis, quand le prtre, son
tour, s'en fut all par la sacristie, elle se sentit absolument seule,
dans la vaste solitude de l'glise. ce bruit de tonnerre du vieux
confessionnal craquant sur ses ferrures rouilles, elle avait cru que
Monseigneur approchait. Elle l'attendait depuis une demi-heure bientt,
et elle n'en avait point conscience, son motion emportait les minutes.

Mais un nouveau nom arrtait ses yeux, Flicien III, celui qui s'tait
rendu en Palestine, un cierge au poing, pour remplir un voeu de Philippe
le Bel. Et son coeur battit, elle voyait se lever la tte jeune de
Flicien VII, leur descendant tous, le blond seigneur qu'elle adorait,
dont elle tait adore. Elle en demeurait perdue d'orgueil et de
crainte. tait-ce possible qu'elle ft l, pour l'accomplissement du
prodige? Devant elle, il y avait une plaque de marbre, plus rcente,
datant du sicle dernier, o elle lisait couramment, en lettres noires:
Norbert, Louis, Ogier, marquis d'Hautecoeur, prince de Mirande et de
Rouvres, comte de Ferrires, de Montgu, de Saint-Marc, et aussi de
Villemareuil, baron de Combeville, seigneur de Morainvilliers, chevalier
des quatre ordres du roi, lieutenant de ses armes, gouverneur de
Normandie, pourvu de la charge de capitaine gnral de la vnerie et de
l'quipage du sanglier.

C'taient les titres du grand-pre de Flicien, elle tait venue, si
simple, avec sa robe d'ouvrire, ses doigts abms par l'aiguille, pour
pouser le petit-fils de ce mort.

Il y eut un lger bruit, peine un frlement sur les dalles.

Elle se retourna, et vit Monseigneur, et resta saisie de cette approche
silencieuse, sans le coup de foudre qu'elle attendait. Il tait entr
dans la chapelle, trs grand, trs noble, avec sa face ple au nez un
peu fort, aux yeux superbes, rests jeunes.

D'abord, il ne l'aperut pas, contre cette grille noire. Puis, comme il
s'inclinait vers l'autel, il la trouva devant lui, ses pieds. Les
jambes flchissantes, anantie de respect et d'effroi, Anglique tait
tombe sur les deux genoux. Il lui apparaissait comme Dieu le Pre,
terrible, matre absolu de sa destine. Mais elle avait le coeur
courageux, elle parla tout de suite.

-- Monseigneur, je suis venue....

Lui, s'tait redress. Il se souvenait d'elle: la jeune fille remarque
sa fentre, le jour de la procession, retrouve dans l'glise, debout
sur une chaise, cette petite brodeuse dont son fils tait fou. Il n'eut
pas une parole, pas un geste. Il attendait, haut, rigide.--
Monseigneur, je suis venue, pour que vous puissiez me voir.... Vous
m'avez refuse, seulement vous ne me connaissiez pas. Et me voil,
regardez-moi, avant de me repousser encore.... Je suis celle qui aime et
qui est aime, et rien autre, rien en dehors de cet amour, rien qu'une
enfant pauvre, recueillie la porte de cette glise.... Vous me voyez
vos pieds, combien je suis petite, faible et humble. Cela vous sera
facile de m'carter, si je vous gne. Vous n'avez qu' lever un doigt,
pour me dtruire.... Mais, que de larmes! Il faut savoir ce qu'on
souffre. Alors, on est pitoyable.... J'ai voulu, mon tour, dfendre ma
cause, Monseigneur. Je suis une ignorante, je sais uniquement que j'aime
et que je suis aime.... Cela ne suffit-il point? Aimer, aimer et le
dire!

Et elle continuait en phrases, coupes et soupires, elle se confessait
toute, dans un lan de navet, de passion croissante.

C'tait l'amour qui avoue. Elle osait ainsi, parce qu'elle tait chaste.
Peu peu, elle avait relev la tte.

--Nous nous aimons, Monseigneur. Lui, sans doute, vous a expliqu
comment cette chose a pu se faire. Moi, souvent, je me le suis demand,
sans parvenir me rpondre.... Nous nous aimons, et si c'est un crime,
pardonnez-le, car il est venu de loin, des arbres et des pierres mmes
qui nous entouraient.

Quand j'ai su que je l'aimais, il tait trop tard pour ne plus
l'aimer.... Maintenant, est-ce possible de vouloir cela? Vous pouvez le
garder chez vous, le marier ailleurs, mais vous n'arriverez pas faire
qu'il ne m'aime point. Il mourra sans moi, comme je mourrai sans lui.
Lorsqu'il n'est pas l, mon ct, je sens bien qu'il y est encore, que
nous ne nous sparons plus, que l'un emporte le coeur de l'autre. Je
n'ai qu' fermer les yeux, je le revois, il est en moi.... Et vous nous
arracheriez de cette union? Monseigneur, cela est divin, ne nous
empchez pas de nous aimer.

Il la regardait, si frache, si simple, d'une odeur de bouquet, dans sa
petite robe d'ouvrire. Il l'coutait dire le cantique de son amour,
d'une voix pntrante de charme, peu peu raffermie. Mais le chapeau de
jardin glissa sur ses paules, ses cheveux de lumire lui nimbrent le
visage d'or fin; et elle lui apparut comme une de ces vierges
lgendaires des anciens missels, avec quelque chose de frle, de
primitif, d'lanc dans la passion, de passionnment pur.

--Soyez bon, Monseigneur.... Vous tes le matre, faites que nous soyons
heureux. Elle l'implorait, elle courbait de nouveau le front, en le
voyant si froid, toujours sans une parole, sans un geste. Ah! cette
enfant perdue ses pieds, cette odeur de jeunesse qui s'exhalait de sa
nuque ploye devant lui! L, il retrouvait les petits cheveux blonds, si
follement baiss autrefois. Celle dont le souvenir le torturait aprs
vingt ans de pnitence, avait cette jeunesse odorante, ce col d'une
fiert et d'une grce de lis. Elle renaissait, c'tait elle-mme qui
sanglotait, qui le suppliait d'tre doux la passion.

Les larmes taient venues, Anglique continuait pourtant, voulait tout
dire.

--Et, Monseigneur, ce n'est pas seulement lui que j'aime, j'aime encore
la noblesse de son nom, l'clat de sa royale fortune.... Oui, je sais
que, n'tant rien, n'ayant rien, j'ai l'air de le vouloir pour son
argent; et, c'est vrai, c'est aussi pour son argent que je le veux.... Je
vous dis cela, puisqu'il faut que vous me connaissiez.... Ah! devenir
riche par lui, avec lui, vivre dans la douceur et la splendeur du luxe,
lui devoir toutes les joies, tre libres de notre amour, ne plus laisser
de larmes, plus de misres, autour de nous!... Depuis qu'il m'aime, je
me vois vtue de brocart, comme dans l'ancien temps; j'ai au cou, aux
poignets, des ruissellements de pierreries et de perles; j'ai des
chevaux, des carrosses, de grands bois o je me promne pied, suivie
par des pages.... Jamais je ne pense lui, sans recommencer ce rve; et
je me dis que cela doit tre, il a rempli mon dsir d'tre reine.
Monseigneur, est-ce donc vilain, de l'aimer davantage, parce qu'il
comblera tous mes souhaits d'enfant, les pluies d'or miraculeuses des
contes de fes?

Il la trouvait fire, redresse, avec son grand air charmant de
princesse, dans sa simplicit. Et c'tait bien l'autre, la mme
dlicatesse de fleur, les mmes larmes tendres, claires comme des
sourires. Toute une ivresse manait d'elle, dont il sentait monter sa
face le frisson tide, ce mme frisson du souvenir qui le jetait, la
nuit, sanglotant son prie-Dieu, troublant de ses plaintes le silence
religieux d'vch. Jusqu' trois heures du matin, la veille, il avait
lutt encore; et cette aventure d'amour, cette passion remue ainsi,
irritait son ingurissable blessure. Mais, derrire son impassibilit,
rien n'apparaissait, ne trahissait l'effort du combat, pour dompter les
battements du coeur. S'il perdait son sang goutte goutte, personne ne
le voyait couler: il n'en tait que plus ple et plus muet.

Alors, ce grand silence obstin dsespra Anglique, qui redoubla de
supplications.--Je me remets entre vos mains, Monseigneur. Ayez piti,
dcidez de mon sort. Et il ne parlait toujours pas, il la terrifiait,
comme s'il avait grandi devant elle, d'une redoutable majest. La
cathdrale dserte, avec ses bas-cts dj sombres, ses votes hautes
o se mourait le jour, largissait encore l'angoisse de l'attente. Dans
la chapelle, on ne distinguait mme plus les pierres tombales, il ne
restait que lui, avec sa soutane noire, sa longue face blanche, qui
semblait seule avoir gard de la lumire. Elle en voyait les yeux luire,
s'attacher sur elle avec un clat croissant.

tait-ce donc de la colre qui les allumait de la sorte?

--Monseigneur, si je n'tais pas venue, je me serais ternellement
reproch d'avoir fait notre malheur tous deux, par manque de
courage.... Dites, je vous en supplie, dites que j'ai eu raison, que vous
consentez.

quoi bon discuter avec cette enfant? Il avait donn son fils les
raisons de son refus, cela suffisait. S'il ne parlait pas, c'tait qu'il
croyait n'avoir rien dire. Elle le comprit sans doute, elle voulut se
hausser jusqu' ses mains, pour les baiser. Mais il les carta
violemment en arrire; et elle s'effara, en remarquant que sa face ple
s'empourprait d'un brusque flot de sang.

--Monseigneur....



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | Next |


Keywords:
N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.