A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 20000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
Ils venaient donc du dehors, dans ce
rayon de soleil, aux poussires dansantes, qui semblaient apporter des
germes de vie jusque sur ce grand lit royal, blanc et froid de la mort
d'une vierge?

Monseigneur s'tait recueilli, les regards de nouveau sur Anglique,
s'assurant que le petit souffle n'avait pas cess. Il se dfendait
encore de toute motion humaine, la voir si amincie, d'une beaut
d'ange, immatrielle dj. Son pouce ne trembla pas, lorsqu'il le trempa
doucement dans les saintes huiles et qu'il commena les onctions sur les
cinq parties du corps o rsident les sens, les cinq fentres par
lesquelles le mal entre dans l'me.

D'abord, sur les yeux, sur les paupires fermes, la droite, la gauche;
et le pouce, lgrement, traait le signe de la croix.

--Fer istam sanctam unctionem, et sltam piissimam misericordiam,
indulgeattibi Dominus quidquid per visum deliquisti.

Et les pchs de la vue taient rpars, les regards lascifs, les
curiosits dshonntes, les vanits des spectacles, les mauvaises
lectures, les larmes rpandues pour des chagrins coupables. Et elle ne
connaissait d'autre livre que la Lgende, d'autre horizon que l'abside
de la cathdrale, qui lui bouchait le reste du monde. Et elle n'avait
pleur que dans la lutte de l'obissance contre la passion. L'abb
Cornille prit un des flocons d'ouate, en essuya les deux paupires, puis
l'enferma dans un des cornets de papier blanc.

Ensuite, Monseigneur oignit les oreilles, aux lobes d'une transparence
de nacre, le droit, le gauche, peine mouills du signe de la croix.

--Fer istam sanctam unctionem, et suam piissimam misericordiam,
indulgeat tibi Dominus quidquid per gustum delisquisti. Et toute
l'abomination de l'oue se trouvait rachete, toutes les paroles, toutes
les musiques qui corrompent, les mdisances, les calomnies, les
blasphmes, les propos licencieux couts avec complaisance, les
mensonges d'amour aidant la dfaite du devoir, les chants profanes
exaltant la chair, les violons des orchestres pleurant de volupt sous
les lustres. Et, dans son isolement de fille clotre, elle n'avait mme
jamais entendu le bavardage libre des voisines, le juron d'un charretier
qui fouette ses chevaux. Et elle n'avait dans les oreilles d'autres
musiques que les cantiques saints, le grondement des orgues, le
balbutiement des prires, dont la petite maison frache vibrait toute,
au flanc de la vieille glise.

L'abb, aprs avoir essuy les oreilles avec un flocon d'ouate, le mit
dans un des cornets de papier blanc.

Ensuite, Monseigneur passa aux narines, la droite, la gauche, pareilles
deux ptales de rose blanche, que son pouce purifiait du signe de la
croix.

--Fer istam sanctam unctionem, et suam piissimam misericordiam,
indulgeat tibi Dominus quidquid per odoratum deliquisti.

Et l'odorat retournait l'innocence premire, lav de toute souillure,
non seulement de la honte charnelle des parfums, de la sduction des
fleurs aux haleines trop douces, des senteurs parses de l'air qui
endorment l'me, mais encore des fautes de l'odorat intrieur, les
mauvais exemples donns autrui, la peste contagieuse du scandale. Et,
droite, pure, elle avait fini par tre un lis parmi les lis, un grand
lis dont le parfum fortifiait les faibles, gayait les forts. Et,
justement, elle tait si candidement dlicate, qu'elle n'avait jamais pu
tolrer les oeillets ardents, les lilas musqus, les jacinthes
fivreuses, seulement l'aise parmi les floraisons calmes, les
violettes et les primevres des bois.

L'abb essuya les narines, glissa le flocon d'ouate dans un autre des
cornets de papier blanc.

Ensuite, Monseigneur, descendant la bouche close, qu'entrouvrait
peine le lger souffle, barra la lvre infrieure du signe de la croix.

--Fer btam sanctam unctionem, et suam piissimam misericordiam, indulgeat
tibi Dominus quidquid per gustum deliquisti.

Et toute sa bouche n'tait plus qu'un calice d'innocence, car c'tait,
cette fois, le pardon des basses satisfactions du got, la gourmandise,
la sensualit du vin et du miel, le pardon surtout des crimes de la
langue, l'universelle coupable, la provocatrice, l'empoisonneuse, celle
qui fait les querelles, les guerres, les erreurs, les paroles fausses
dont le ciel lui-mme est obscurci. Et la gourmandise n'avait jamais t
son vice, elle en tait venue, comme Elisabeth, se nourrir, sans
distinguer les aliments. Et, si elle vivait dans l'erreur, c'tait son
rve qui l'y avait mise, l'espoir de l'au-del, la consolation de
l'invisible, tout ce monde enchant que crait son ignorance et qui
faisait d'elle une sainte.

L'abb, ayant essuy la bouche, plia le flocon d'ouate dans le quatrime
des cornets de papier blanc.

Enfin, Monseigneur, droite, puis gauche, joignant les paumes des
deux petites mains d'ivoire, renverses sur le drap, effaa leurs
pchs, du signe de la croix.

--Fer istam sanctam unctionem, et suam piissimam misericordiam,
indulgeat tibi Dominus quidquid per tactum deliquisti.

Et le corps entier tait blanc, lav de ses dernires macules, celles du
toucher, les plus salissantes, les rapines, les batteries, les meurtres,
sans compter les pchs des autres parties omises, la poitrine, les
reins et les pieds, que cette onction rachetait aussi, tout ce qui brle
et rugit dans la chair, nos colres, nos dsirs, nos passions drgles,
les charniers o nous courons, les joies dfendues dont crient nos
membres. Et, depuis qu'elle tait l, mourante de sa victoire, elle
avait abattu sa violence, son orgueil et sa passion, comme si elle n'et
apport le mal originel que pour la gloire d'en triompher. Et elle ne
savait mme pas qu'elle avait eu des dsirs, que sa chair avait gmi
d'amour, que le grand frisson de ses nuits pouvait tre coupable,
tellement elle tait cuirasse d'ignorance, l'me blanche, toute
blanche.

L'abb essuya les mains, fit disparatre le flocon d'ouate dans le
dernier cornet de papier blanc, et brla les cinq cornets, au fond du
pole.

La crmonie tait termine, Monseigneur se lavait les doigts, avant de
dire l'oraison finale. Il n'avait plus qu' exhorter encore la mourante,
en lui mettant au poing le cierge symbolique, pour chasser les dmons et
montrer qu'elle venait de recouvrer l'innocence baptismale. Mais elle
tait reste rigide, les yeux ferms, morte. Les saintes huiles avaient
purifi son corps, les signes de croix laissaient leurs traces aux cinq
fentres de l'me, sans faire remonter aux joues une onde de vie.
Implor, espr, le prodige ne s'tait pas produit. Hubert et Hubertine,
toujours agenouills cte cte, ne priaient plus, regardaient de leurs
yeux fixes, si ardemment qu'on les aurait dits tous les deux immobiliss
jamais, ainsi que ces figures de donataires qui attendent la
rsurrection, dans un coin d'ancien vitrail. Flicien s'tait tran sur
les genoux, maintenant la porte mme, ayant cess de sangloter, la
tte droite, lui aussi, pour voir, enrag de la surdit de Dieu.

Une dernire fois, Monseigneur s'approcha du lit, suivi de l'abb
Cornille, qui tenait, tout allum, le cierge qu'on devait mettre dans la
main de la malade. Et l'vque, s'enttant aller jusqu'au bout du
rite, afin de laisser Dieu le temps d'agir, pronona la formule:

--Accipe lampadem ardentem, custodi unctionem tuam, ut cum Dominus ad
judicandum venerit, possis occurrere ei cum omnibus sanctis, et vivas in
soecula soeculorum.

--Amen, rpandit l'abb.

Mais, quand ils essayrent d'ouvrir la main d'Anglique et de la serrer
autour du cierge, la main inerte retomba sur la poitrine.

Alors, Monseigneur fut saisi d'un grand tremblement.

C'tait l'motion, longtemps combattue, qui dbordait en lui, emportant
les dernires rigidits du sacerdoce. Il l'avait aime, cette enfant, du
jour o elle tait venue sangloter ses genoux. cette heure, elle
tait pitoyable, avec cette pleur du tombeau, d'une beaut si
douloureuse, qu'il ne tournait plus les regards vers le lit, sans que
son coeur, secrtement, ft noy de chagrin. Il cessait de se contenir,
deux grosses larmes gonflrent ses paupires, coulrent sur ses joues.
Elle ne pouvait pas mourir ainsi, il tait vaincu par son charme dans la
mort.

Et Monseigneur, se rappelant les miracles de sa race, ce pouvoir que le
Ciel leur avait donn de gurir, songea que Dieu sans doute attendait
son consentement de pre. Il invoqua sainte Agns, devant laquelle tous
les siens avaient fait leurs dvotions, et comme Jean V. d'Hautecoeur
allant prier au chevet des pestifrs et les baiser, il pria, il baisa
Anglique sur la bouche.

--Si Dieu veut, je veux.

Tout de suite, Anglique ouvrit les paupires. Elle le regardait sans
surprise, veille de son long vanouissement; et ses lvres, tides du
baiser, souriaient. C'taient des choses qui devaient se raliser,
peut-tre sortait-elle de les rver une fois encore, trouvant trs
simple que Monseigneur ft l, pour la fiancer son fils, puisque
l'heure tait arrive enfin.

D'elle-mme elle se mit sur son sant, au milieu du grand lit royal.

L'vque, ayant dans les yeux la clart du prodige, rpta la formule:

--Accipe lampadem ardentem....

--Amen, rpondit l'abb.

Anglique avait pris le cierge allum, et d'une main ferme, elle le
tenait droit. La vie tait revenue, la flamme brlait trs claire,
chassant les esprits de la nuit.

Un grand cri traversa la chambre, Flicien tait debout, comme soulev
par le vent du miracle; tandis que les Hubert, renverss sous le mme
souffle, restaient genoux, les yeux bants, la face ravie, devant ce
qu'ils venaient de voir. Le lit leur avait paru envelopp d'une vive
lumire, des blancheurs montaient encore dans le rayon de soleil,
pareilles des plumes blanches; et les murs blancs, toute la chambre
blanche gardait un clat de neige. Au milieu, ainsi qu'un lis rafrachi
et redress sur sa tige, Anglique dgageait cette clart. Ses cheveux
d'or fin la nimbaient d'une aurole, les yeux couleur de violette
luisaient divinement, toute une splendeur de vie rayonnait de son visage
pur.



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | Next |


Keywords:
N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.