A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 20000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
Sabine s'enfuit de la maison paternelle. Paule
abandonne ses cinq enfants et se prive de bains. Des mortifications, des
jenes les purifient. Ni froment, ni huile. Germain rpand de la cendre
sur ses aliments. Bernard ne distingue plus les mets, ne reconnat que
le got de l'eau pure. Agathon garde trois ans une pierre dans sa
bouche. Augustin se dsespre d'avoir pch, en prenant de la
distraction regarder un chien courir. La prosprit, la sant sont en
mpris, la joie commence aux privations qui tuent le corps. Et c'est
ainsi que, triomphants, ils vivent dans des jardins o les fleurs sont
des astres, o les feuilles des arbres chantent. Ils exterminent des
dragons, ils soulvent des temptes et les apaisent, ils sont ravis en
extase deux coudes du sol. Des dames veuves pourvoient leurs
besoins pendant leur vie, reoivent en rve l'avis d'aller les
ensevelir, quand ils sont morts. Des histoires extraordinaires leur
arrivent, des aventures merveilleuses, aussi belles que des romans. Et,
aprs des centaines d'annes, lorsqu'on ouvre leurs tombeaux, il s'en
chappe des odeurs suaves.

Puis, en face des saints, voici les diables, les diables innombrables.
Ils volent souvent aux environs de nous comme mouches et remplissent
l'air sans nombre. L'air est aussi plein de diables et de mauvais
esprits: comme les rayons du soleil sont pleins d'atomes, c'est poudre
menue. Et la bataille s'engage, ternelle. Toujours les saints sont
victorieux, et toujours ils doivent recommencer la victoire. Plus on
chasse de diables, plus il en revient. On en compte six mille six cent
soixante-six dans le corps d'une seule femme, que Fortunat dlivre. Ils
s'agitent, ils parlent et crient par la voix des possds, dont ils
secouent les flancs d'une tempte. Ils entrent en eux par le nez, par
les oreilles, par la bouche, et ils en sortent avec des rugissements,
aprs des jours d'effroyables luttes. chaque dtour des routes, un
possd se vautre, un saint qui passe livre bataille.

Basile, pour sauver un jeune homme, se bat corps corps.

Pendant toute une nuit, Macaire, couch parmi les tombeaux, est assailli
et se dfend. Les anges eux-mmes, au chevet des morts, en sont rduits,
pour avoir les mes, rouer les dmons de coups. D'autres fois, ce ne
sont que des assauts d'intelligence et d'esprit. On plaisante, on joue
au plus fin, l'aptre Pierre et Simon le Magicien luttent de miracles.
Satan, qui rde, revt toutes les formes, se dguise en femme, va
jusqu' prendre la ressemblance des saints. Mais, ds qu'il est vaincu,
il apparat dans sa laideur: Un chat noir, plus grand qu'un chien, les
yeux gros et flamboyants, la langue longue jusques au nombril large et
sanglante, la queue torse et leve en haut en dmontrant son derrire,
duquel il assoit l'horrible punaise. Il est l'unique proccupation, la
grande haine. On en a peur et on le raille. On n'est pas mme honnte
avec lui. Au fond, malgr l'appareil froce de ses chaudires, il reste
l'ternelle dupe. Tous les pactes qu'il passe lui sont arrachs par la
violence ou la ruse. Des femmes dbiles le terrassent, Marguerite lui
crase la tte de son pied, Julienne lui crve les flancs coups de
chane. Une srnit s'en dgage, un ddain du mal puisqu'il est
impuissant, une certitude du bien puisque la vertu est souveraine. Il
suffit de se signer, le diable ne peut rien, hurle et disparat. Quand
une vierge fait le signe de la croix, tout l'enfer croule. Alors, dans
ce combat des saints et des saintes contre Satan, se droulent les
effroyables supplices des perscutions.

Les bourreaux exposent aux mouches les martyrs enduits de miel; les font
marcher pieds nus sur du verre cass et sur des charbons ardents; les
descendent dans des fosses avec des reptiles; les flagellent coups de
fouets munis de boules de plomb; les clouent vivants dans des cercueils,
qu'ils jettent la mer; les pendent par les cheveux, puis les allument;
arrosent leurs plaies de chaux vive, de poix bouillante, de plomb
fondues assoient sur des siges de bronze chauffs blanc; leur
enfoncent autour du crne des casques rougis; leur brlent les flancs
avec des torches, rompent les cuisses sur des enclumes, arrachent les
yeux, coupent la langue, cassent les doigts l'un aprs l'autre. Et la
souffrance ne compte pas, les saints restent pleins de mpris, ont une
hte, une allgresse souffrir davantage. Un continuel miracle
d'ailleurs les protge, ils fatiguent les bourreaux. Jean boit du poison
et n'en est pas incommod. Sbastien sourit, hriss de flches.
D'autres fois, les flches restent suspendues en l'air, droite et
gauche du martyr; ou, lances par l'archer, elles reviennent sur elles
mmes et lui crvent les yeux. Ils boivent le plomb fondu comme de l'eau
glace. Des lions se prosternent et lchent leurs mains, ainsi que des
agneaux. Le gril de saint Laurent lui est d'une fracheur agrable. Il
crie: Malheur, tu as pris une partie, retourne l'autre et puis mange,
car elle est assez Rtie. Ccile, mise en un bain tout bouillant, est
toute ainsi comme en un froid lieu et ne sentit qu'un peu de sueur.

Christine dconcerte les supplices: son pre la fait battre par douze
hommes qui succombent de fatigue; un autre bourreau lui succde,
l'attache sur une roue, allume du feu dessous, et la flamme s'tend,
dvore quinze cents personnes; il la jette la mer, une pierre au col,
mais les anges la soutiennent, Jsus vient la baptiser en personne, puis
la confie saint Michel pour qu'il la ramne terre; un autre bourreau
enfin l'enferme avec des vipres qui s'enroulent d'une caresse sa
gorge, la laisse cinq jours dans un four, o elle chante, sans prouver
aucun mal. Vincent, qui en subit plus encore, ne parvient pas
souffrir: on lui rompt les membres; on lui dchire les ctes avec des
peignes de fer jusqu' ce que les entrailles sortent; on le larde
d'aiguilles; on le jette sur un brasier que ses plaies inondent de sang;
on le remet en prison, les pieds clous contre un poteau; et, dpec,
rti, le ventre ouvert, il vit toujours; et ses tortures sont changes
en suavit de fleurs, une grande lumire emplit le cachot; des anges
chantent avec lui, sur une couche de roses. Le doux son du chant et la
suave odeur des fleurs s'entendirent par dehors, et quand les gardes
eurent vus, ils se convertirent la foi, et quand Dacien entendit cette
chose, il fut tout pris et dis: Que lui ferons nous plus, nous sommes
vaincus. Tel est le cri des tourmenteurs, cela ne peut finir que par
leur conversion ou par leur mort. Leurs mains sont frappes de
paralysie. Ils prissent violemment, des artes de poisson les
tranglent, des coups de foudre les crasent, leurs chars se brisent. Et
les cachots des saints resplendissent tous, Marie et les aptres y
pntrent l'aise, au travers des murs.

Des secours continuels, des apparitions descendent du ciel ouvert, o
Dieu se montre, tenant une couronne de pierreries.

Aussi la mort est-elle joyeuse, ils la dfient, les parents se
rjouissent, lorsqu'un des leurs succombe. Sur le mont Ararat, dix mille
crucifis expirent. Prs de Cologne, les onze mille vierges se font
massacrer par les Huns. Dans les cirques, les os craquent sous la dent
des btes. trois ans, Quirique, que le Saint-Esprit fait parler comme
un homme, souffre le martyre. Des enfants la mamelle injurient les
bourreaux. Un ddain, un dgot de la chair, de la loque humaine,
aiguise la douleur d'une volupt cleste. Qu'on la dchire, qu'on la
broie, qu'on la brle, cela est bon; encore et encore, jamais elle
n'agonisera assez; et ils appellent tous le fer, l'pe dans la gorge,
qui seule les tue. Eulalie, sur son bcher, au milieu d'une populace
aveugle qui l'outrage, aspire la flamme pour mourir plus vite. Dieu
l'exauce, une colombe blanche sort de sa bouche et monte au ciel. ces
lectures, Anglique s'merveillait. Tant d'abominations et cette joie
triomphale la ravissaient d'aise, au-dessus du rel. Mais d'autres coins
de la Lgende, plus doux, l'amusaient aussi, les btes par exemple,
toute l'arche qui s'y agite.

Elle s'intressait aux corbeaux et aux aigles chargs de nourrir les
ermites. Puis, que de belles histoires sur les lions! le lion serviable
qui creuse la fosse de Marie l'gyptienne; le lion flamboyant qui garde
la porte des vilaines maisons, lorsque les proconsuls y font conduire
les vierges; et encore le lion de Jrme, qui l'on a confi un ne,
qui le laisse voler, puis qui le ramne.

Il y avait aussi le loup, frapp de contrition, rapportant un pourceau
drob. Bernard excommunie les mouches, lesquelles tombent mortes. Remi
et Blaise nourrissent les oiseaux leur table, les bnissent et leur
rendent la sant. Franois, plein de trs grande simplesse columbine,
les prche, les exhorte aimer Dieu. Un oiseau qui se nomme cigale
tait en un figuier, et Franois tendit sa main et appela lui
l'oiseau, et tantt il obt et vint sur sa main. Et il lui dit: Chante,
ma soeur, et loue notre Seigneur. Et donc chanta incontinent, et ne s'en
alla devant quelle eut cong. C'tait l, pour Anglique, un continuel
sujet de rcration, qui lui donnait l'ide d'appeler les hirondelles,
curieuse de voir si elles viendraient. Ensuite, il y avait des histoires
qu'elle ne pouvait relire sans tre malade, tant elle riait. Christophe,
le bon gant, qui porta Jsus, l'gayait aux larmes. Elle touffait,
la msaventure du gouverneur avec les trois chambrires d'Anastasie,
quand il va les trouver dans la cuisine et qu'il baise les poles et
les chaudrons, en croyant les embrasser. Il s'assit dehors trs noir et
trs laid et ses vtements dfaits. Et quant ses serviteurs qui
l'attendaient dehors le virent ainsi tourn, si se pensrent qu'il tait
tourn en diable. Lors le battirent de verges et s'enfuirent et le
laissrent tout seul. Mais o le fou rire la prenait, c'tait lorsqu'on
tapait sur le diable, Julienne surtout, qui, tente par lui dans son
cachot, lui administra une si extraordinaire racle avec sa chane.
Alors commanda le Prvost que Julienne fut amene, et quand elle
s'assit elle tranait le diable aprs elle, et il pria disant: Ma dame
Julienne, ne me faites plus de mal.



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | Next |


Keywords: grande, toujours, bourreaux, fleurs, mouches, histoires, flancs, dehors, d'autres, bouche
N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.