A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 20000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
Si le trana ainsi par tout le
march, et aprs le jeta en une fosse. Ou encore elle rptait aux
Hubert, en brodant, des lgendes plus intressantes que des contes de
fes. Elle les avait lues tant de fois, qu'elle les savait par coeur: la
lgende des Sept Dormants, qui, fuyant la perscution, murs dans une
caverne, y dormirent trois cent soixante-dix-sept ans, et dont le rveil
tonna si fort l'empereur Thodose; la lgende de saint Clment, des
aventures sans fin, imprvues et attendrissantes, toute une famille, le
pre, la mre, les trois fils, spars par de grands malheurs et
finalement runis, travers les plus beaux miracles. Ses pleurs
coulaient, elle en rvait la nuit, elle revivait plus que dans ce monde
tragique et triomphant du prodige, au pays surnaturel de toutes les
vertus, rcompenses de toutes les joies.

Lorsque Anglique fit sa premire communion, il lui sembla qu'elle
marchait comme les saintes, deux coudes de terre.

Elle tait une jeune chrtienne de la primitive glise, elle se
remettait aux mains de Dieu, ayant appris dans le livre qu'elle ne
pouvait tre, sauve sans la grce. Les Hubert pratiquaient, simplement
la messe le dimanche, la communion aux grandes ftes; et cela avec la
foi tranquille des humbles, un peu aussi par tradition et pour leur
clientle, les chasubliers ayant de pre en fils fait leurs pques.
Hubert, lui, s'interrompait parfois de tendre un mtier, pour couter
l'enfant lire ses lgendes, dont il frmissait avec elle, les cheveux
envols au lger souffle de l'invisible. Il avait de sa passion, il
pleura, lorsqu'il la vit en robe blanche. Cette journe fut comme un
songe, tous les deux revinrent de l'glise, tonns et las. Il fallut
qu'Hubertine les grondt, le soir, elle raisonnable qui condamnait
l'exagration, mme dans les bonnes choses. Ds lors, elle dut combattre
le zle d'Anglique, surtout l'emportement de charit dont celle-ci
tait prise. Franois avait la pauvret pour matresse, Julien
l'Aumnier appelait les pauvres ses seigneurs, Gervais et Protais leur
lavaient les pieds, Martin partageait avec eux son manteau. Et l'enfant,
l'exemple de Luce, voulait tout vendre pour tout donner. Elle s'tait
dpouille d'abord de ses menues affaires, ensuite elle avait commenc
piller la maison. Mais le comble devint qu'elle donnait des indignes,
sans discernement, les mains ouvertes. Un soir, le surlendemain de la
premire communion, rprimande pour avoir jet par la fentre du linge
une ivrognesse, elle retomba dans ses anciennes violences, elle eut un
accs terrible. Puis, crase de honte, malade, elle garda le lit trois
jours.

Cependant, les semaines, les mois coulaient. Deux annes s'taient
passes, Anglique avait quatorze ans et devenait femme.

Quand elle lisait la Lgende, ses oreilles bourdonnaient, le sang
battait dans les petites veines bleues de ses tempes; et, maintenant,
elle se prenait d'une tendresse fraternelle pour les vierges.

Virginit est soeur des anges, possession de tout bien, dfaite du
diable, seigneurie de foi. Elle donne la grce, elle est l'invincible
perfection. Le Saint-Esprit rend Luce si pesante, que mille hommes et
cinq paires de boeufs, sur l'ordre du proconsul, ne peuvent la traner
un mauvais lieu. Un gouverneur, qui veut embrasser Anastasie, devient
aveugle. Dans les supplices, la candeur des vierges clate, leurs chairs
trs blanches, laboures par les peignes de fer, laissent ruisseler des
fleuves de lait, au lieu de sang. dix reprises, revient l'histoire de
la jeune chrtienne, fuyant sa famille, cache sous une robe de moine,
qu'on accuse d'avoir mis mal une fille du voisinage, qui souffre la
calomnie sans se disculper, puis qui triomphe, dans la brusque
rvlation de son sexe innocent. Eugnie est ainsi amene devant un
juge, reconnat son pre, dchire sa robe et se montre. ternellement,
le combat de la chastet recommence, toujours les aiguillons
renaissent. Aussi la peur de la femme est-elle la sagesse des saints. Ce
monde est sem de piges, les ermites vont au dsert, o il n'y a pas de
femmes.

Ils luttent effroyablement, se flagellent, se jettent nus dans les
ronces et sur la neige. Un solitaire, aidant sa mre traverser un gu,
se couvre les doigts de son manteau. Un martyr, attach, tent par une
fille, coupe avec les dents sa langue, qu'il lui crache au visage.
Franois dclare qu'il n'a pas de plus grand ennemi que son corps.
Bernard crie au voleur! au voleur! pour se dfendre contre une dame, son
htesse. Une femme, qui le pape Lon donne l'hostie, le baise la
main; et il se tranche le poignet, et la Vierge Marie remet la main en
place. Tous glorifient la sparation des poux. Alexis, trs riche,
mari, instruit sa femme dans la chastet, puis s'en va. On ne s'pouse
que pour mourir. Justine, tourmente la vue de Cyprien, rsiste, le
convertit, et marche avec lui au supplice. Ccile, aime d'un ange,
rvle ce secret, le soir des noces, Valrien, son mari, qui veut bien
ne pas la toucher et recevoir le baptme, afin de voir l'ange. Il
trouva en sa chambre Ccile parlant l'ange, et l'ange tenait en sa
main deux couronnes de roses, et les bailla lune Ccile et l'autre
Valrien, et dit: Gardez ces couronnes du coeur et de corps sans
macule. La mort est plus forte que l'amour, c'est un dfi de
l'existence. Hilaire prie Dieu d'appeler au ciel sa fille Apia, pour
qu'elle ne se marie point; elle meurt, et la mre demande au pre de la
faire appeler galement; ce qui est fait. La Vierge Marie, elle-mme,
enlve aux femmes leurs fiancs. Un noble, parent du roi de Hongrie,
renonce une jeune fille d'une beaut merveilleuse, ds que Marie entre
en lutte. Soudainement apparut notre Dame lui disant: Si je suis si
belle comme tu dis, pourquoi me laisses-tu pour une autre? et il se
fiance elle.

Parmi toutes ces saintes, Anglique eut ses prfres, celles dont les
leons allaient jusqu' son coeur, qui la touchaient au point de la
corriger. Ainsi, la sage Catherine, ne dans la pourpre, l'enchantait
par la science universelle de ses dix-huit ans, lorsqu'elle dispute avec
les cinquante rhteurs et grammairiens, que lui oppose l'empereur
Maxime. Elle les confond, les rduit au silence. Ils furent bahis et
ne surent que dire, mais se turent tous. Et l'empereur les blma pour ce
qu'il se soient laissaient vaincre si laidement d'une pucelle. Les,
cinquante alors vont lui dclarer qu'ils se convertissent. Et donc
quant le tyran entendit ceci, il fut tout pris de grande forcenerie et
commanda qu'il fussent tous amens au milieu de la cit. ses yeux,
Catherine tait la savante invincible, aussi fire et clatante de
sagesse que de beaut, celle qu'elle aurait voulu tre, pour convertir
les hommes et se faire nourrir en prison par une colombe, avant d'avoir
la tte tranche. Mais surtout lisabeth, la fille du roi de Hongrie,
lui devenait un continuel enseignement. chacune des rvoltes de son
orgueil, lorsque la violence l'emportait, elle songeait ce modle de
douceur et de simplicit, pieuse cinq ans, refusant de jouer, se
couchant par terre pour rendre hommage Dieu, plus tard pouse
obissante et mortifie du landgrave de Thuringe, montrant son poux
un visage gai que des larmes inondaient toutes les nuits, enfin veuve
continente, chasse de ses tats, heureuse de mener la vie d'une
pauvresse. Sa vesture estoit si vile quelle portoit ung manteau gris
alonge de autre couleur de drap. Les manches de sa cotte estoient
rompues et ramendes d'autre couleur. Le roi, son pre, l'envoie
chercher par un comte. Et quant le comte la veit en tel habit et
fillant, il se escria de douleur et de merveilles, et dist: Oncques
fille de roy ne apparut en tel habit, ne ne fut veue filler laine. Elle
est la parfaite humilit chrtienne qui vit de pain noir avec les
mendiants, panse leurs plaies sans dgot, porte leurs vtements
grossiers, dort sur la terre dure, suit les processions pieds nus.

Elle lavoit aucunes fois les escueles et les vaisseaulx de la cuysine,
et se mussoit et cachoit que les chambrieres ne l'en dtournassent, et
disoit: Si je eusse trouve une autre vie plus despite, je leusse
prinse. De sorte qu'Anglique, raidie de colre autrefois, lorsqu'on
lui faisait laver la cuisine, s'ingniait maintenant des besognes
basses, quand elle se sentait tourmente du besoin de domination. Enfin,
plus que Catherine, plus qu'lisabeth, plus que toutes, une sainte lui
tait chre, Agns, l'enfant martyre. Son coeur tressaillait, en la
retrouvant dans la Lgende, cette vierge, vtue de sa chevelure, qui
l'avait protge sous la porte de la cathdrale. Quelle flamme de pur
amour! comme elle repousse le fils du gouverneur qui l'accoste au sortir
de l'cole! Da! hors de moy, pasteur de mort, commencement de peche et
nourrissement de felonie. Comme elle clbre l'amant! Jayme celluy
duquel la mere est Vierge et le pere ne congneut oncque femme, de la
beaulte duquel le soleil et lune sesmerveillent, par l'odeur duquel les
morts revivent. Et, quand Aspasien commande qu'on lui mette ung glayve
parmy la gorge, elle monte au paradis s'unir son espoux blanc et
vermeil. Depuis quelques mois surtout, des heures troubles, lorsque
des chaleurs de sang lui battaient les tempes, Anglique l'voquait,
l'implorait; et, tout de suite, il lui semblait tre rafrachie. Elle la
voyait continuellement son entour, elle se dsesprait de faire
souvent, de penser des choses, dont elle la sentait fche. Un soir
qu'elle se baisait les mains, ainsi qu'elle en prenait parfois encore le
plaisir, elle devint brusquement trs rouge et se tourna, confuse, bien
qu'elle ft seule, ayant compris que la sainte l'avait vue.

Agns tait la gardienne de son corps.

quinze ans, Anglique fut ainsi une adorable fille. Certes, ni la vie
clotre et travailleuse, ni l'ombre douce de la cathdrale, ni la
Lgende aux belles saintes, n'avaient fait d'elle un ange, une crature
d'absolue perfection. Toujours des fougues l'emportaient, des fautes se
dclaraient, par des chappes imprvues, dans des coins d'me qu'on
avait nglig de murer.

Mais elle se montrait si honteuse alors, elle aurait tant voulu tre
parfaite!



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | Next |


Keywords:
N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.