A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 20000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
Les portes, dj branlantes, dataient de Louis XIV. Des
lames de l'ancien parquet achevaient de se pourrir, parmi les feuillets
plus rcents, remis un un, chaque trou. Il y avait prs de cent ans
que la peinture jaune des murs tenait, dteinte en haut, raille dans
le bas, tache de salptre. Toutes les annes, on parlait de faire
repeindre, sans pouvoir s'y dcider, par haine du changement.

Hubertine, assise devant le mtier o tait tendue la chasuble, leva la
tte en disant:

--Tu sais que, si nous la livrons dimanche, je t'ai promis une bourriche
de penses pour ton jardin.

Gaiement, Anglique s'exclama:

--C'est vrai.... Oh! je vais m'y mettre!... Mais o donc est mon
doigtier? Les outils s'envolent, quand on ne travaille plus.

Elle glissa le vieux doigtier d'ivoire la seconde phalange de son
petit doigt, et elle s'assit de l'autre ct du mtier, en face de la
fentre.

Depuis le milieu du dernier sicle, pas une modification ne s'tait
produite dans l'amnagement de l'atelier!... Les modes changeaient, l'art
du brodeur se transformait, mais on retrouvait encore l, scelle au
mur, la chanlatte, la pice de bois, o s'appuie le mtier, qu'un
trteau mobile porte, l'autre bout.

Dans les coins, dormaient des outils antiques: un diligent, avec son
engrenage et ses brochettes, pour mettre en broche l'or des bobines,
sans y toucher; un rouet main, une sorte de poulie, tordant les fils,
qu'on fixait au mur; des tambours de toutes grandeurs, garnis de leur
taffetas et de leur clisse, servant broder au crochet. Sur une
planche, tait range une vieille collection d'emporte-pice pour les
paillettes; et l'on y voyait aussi une pave, un tatignon de cuivre, le
large chandelier classique des anciens brodeurs. Aux boucles d'un
rtelier, fait d'une courroie cloue, s'accrochaient des poinons, des
maillets, des marteaux, des fers dcouper le vlin, des menne-lourd,
bauchoirs de buis pour modeler les fils, mesure qu'on les emploie.
Sous la table de tilleul o l'on dcoupait, il y avait un grand
dvidoir, dont les deux tourrettes d'osier, mobiles, tendaient un
cheveau de laine rouge. Des colliers de bobines aux soies vives,
enfils dans une corde, pendaient prs du bahut. Par terre, une
corbeille tait pleine de bobines vides. Une pelote de ficelle venait de
tomber d'une chaise, droule.

--Ah! le beau temps, le beau temps! reprit Anglique. Cela fait plaisir
de vivre.

Et, avant de se pencher sur son travail, elle s'oubliait encore un
instant, devant la fentre ouverte, par laquelle entrait la radieuse
matine de mai. Un coin de soleil glissait du comble de la cathdrale,
une odeur frache de lilas montait du jardin de l'vch. Elle souriait,
blouie, baigne de printemps.

Puis, dans un sursaut, comme si elle se ft rendormie:

--Pre, je n'ai pas d'or passer.

Hubert, qui achevait de piquer le dcalque d'un dessin de chape, alla
chercher au fond du bahut un cheveau, le coupa, effila les deux bouts
en gratignant l'or qui recouvrait la soie; et il apporta l'cheveau,
enferm dans une torche de parchemin.

--C'est bien tout?

--Oui, oui. D'un coup d'oeil, elle s'tait assure que rien ne manquait
plus: les broches charges des ors diffrents, le rouge, le vert, le
bleu; les bobines de soies de tous les tons; les paillettes, les
cannetilles, bouillon ou frisure, dans le pt, un fond de chapeau
servant de boire; les longues aiguills fines, les pinces d'acier, les
ds, les ciseaux, la pelote de cire. Tout cela trottait sur le mtier
mme, sur l'toffe tendue que protgeait un fort papier gris.

Elle avait enfil une aiguille d'or passer. Mais, ds le premier
point, il cassa, et elle dut effiler de nouveau, en gratignant un peu
de l'or, qu'elle jeta dans le bourriquet, le carton aux dchets, qui
tranait galement sur le mtier.

--Ah! enfin! dit-elle, quand elle eut piqu son aiguille.

Un grand silence rgna. Hubert s'tait mis tendre un mtier. Il avait
pos les deux ensubles sur la chanlatte et sur le trteau, bien en face,
de faon placer de droit fil la soie cramoisie de la chape,
qu'Hubertine venait de coudre aux coutisses. Et il introduisait les
lattes dans les mortaises des ensubles, o il les fixait, l'aide de
quatre clous. Puis, aprs avoir trliss droite et gauche, il acheva
de tendre en reculant les clous. On l'entendit taper du bout des doigts
sur l'toff, qui rsonnait comme un tambour. Anglique tait devenue
une brodeuse rare, d'une adresse et d'un got dont s'merveillaient les
Hubert. En dehors de ce qu'ils lui avaient appris, elle apportait sa
passion, qui donnait de la vie aux fleurs, de la foi aux symboles. Sous
ses mains, la soie et l'or s'animaient, une envole mystique lanait.
les moindres ornements, elle s'y livrait toute, avec son imagination en
continuel veil, sa croyance au monde de l'invisible.

Certaines de ses broderies avaient tellement remu le diocse de
Beaumont, qu'un prtre, archologue, et un autre, amateur de tableaux,
taient venus la voir, en s'extasiant devant ses Vierges, qu'ils
comparaient aux naves figures des primitifs.

C'tait la mme sincrit, le mme sentiment de l'au-del, comme cercl
dans une perfection minutieuse des dtails.

Elle avait le don du dessin, un vrai miracle qui, sans professeur, rien
qu'avec ses tudes du soir, la lampe, lui permettait souvent de
corriger ses modles, de s'en carter, d'aller sa fantaisie, crant de
la pointe de son aiguille. Aussi les Hubert, qui dclaraient la science
du dessin ncessaire une bonne brodeuse, s'effaaient-ils devant elle,
malgr leur anciennet dans la partie. Et il s'en arrivaient modestement
n'tre plus que ses aides, la charger de tous les travaux de grand
luxe, dont ils lui prparaient les dessous.

D'un bout de l'anne l'autre, que de merveilles, clatantes et
saintes, lui passaient par les mains! Elle n'tait que dans la soie, le
satin, le velours, les draps d'or et d'argent. Elle brodait des
chasubles, des toles, des manipules, des chapes, des dalmatiques, des
mitres, des bannires, des voiles de calice et de ciboire. Mais,
surtout, les chasubles revenaient, continuelles, avec leurs cinq
couleurs: le blanc pour les confesseurs et les vierges, le rouge pour
les aptres et les martyrs, le noir pour les morts et les jours de
jene, le violet pour les innocents, le vert pour toutes les ftes; et
l'or aussi, d'un frquent usage, pouvant remplacer le blanc, le rouge et
le vert. Au centre de la croix, c'taient toujours les mmes symboles,
les chiffres de Jsus et de Marie, le triangle entour de rayons,
l'agneau, le plican, la colombe, un calice, un ostensoir, un coeur
saignant sous les pines; tandis que, dans le montant et dans les bras,
couraient des ornements ou des fleurs, toute l'ornementation des vieux
styles, toute la flore des fleurs larges, les anmones, les tulipes, les
pivoines, les grenades, les hortensias. Il ne s'coulait pas de saison
qu'elle ne refit les pis et les raisins symboliques, en argent sur le
noir, en or sur le rouge. Pour les chasubles trs fiches, elle nuanait
des tableaux, des ttes de saints, un cadre central, l'Annonciation, la
Crche, le Calvaire.

Tantt les orfrois taient brods sur le fond mme, tantt elle
rapportait les bandes, soie ou satin, sur du brocart d'or ou du
velours. Et cette floraison de splendeurs sacres, une une, naissait
de ses doigts minces.

En ce moment, la chasuble laquelle travaillait Anglique tait une
chasuble de satin blanc, dont la croix se trouvait faite d'une gerbe de
lis d'or, entrelace de roses vives, en soie nuance. Au centre, dans
une couronne de petites roses d'or mat, le chiffre de Marie rayonnait,
en or rouge et vert, d'une grande richesse d'ornements.

Depuis une heure qu'elle achevait, au pass, les feuilles des petites
roses d'or, pas une parole n'avait troubl le silence. Mais l'aiguille
cassa de nouveau, elle la renfila ttons, sous le mtier, en ouvrire
adroite. Puis, comme elle avait lev la tte, elle parut boire dans une
longue aspiration tout le printemps qui entrait.

--Ah! murmura-t-elle, faisait-il beau, hier!... Que c'est bon, le
soleil!

Hubertine, en train de cirer son fil, hocha la tte.

--Moi, je suis moulue, je ne sens plus mes bras: C'est que je n'ai pas
tes seize ans, et lorsqu'on sort si peu! Tout de suite, pourtant, elle
se remit au travail. Elle prpart les lis, en cousant des coupons de
vlin, aux repres indiqus, pour donner du relief.

--Et puis, ces premiers soleils vous cassent la tte, ajouta Hubert,
qui, son mtier tendu, s'apprtait poncer sur la soie la bande de la
chape.

Anglique tait reste les yeux vagues, perdus dans le rayon qui tombait
d'un arc-boutant de l'glise. Et, doucement:

--Non, non, moi, a m'a rafrachie, a m'a dlasse, toute cette journe
de grand air.

Elle avait termin le petit feuillage d'or, elle se mit une des larges
roses, tenant prtes autant d'aiguilles enfiles que de nuances de soie,
brodant points fendus et rentrants, dans le sens mme du mouvement des
ptales: Et, malgr la dlicatesse de ce travail, les souvenirs de la
veille qu'elle revivait, tout l'heure, dans le silence, dbordaient
maintenant de ses lvres, s'chappaient si nombreux, qu'elle ne
tarissait plus. Elle disait le dpart, la vaste campagne, le djeuner
l-bas, dans les ruines d'Hautecoeur, sur le dallage d'une salle dont
les murs crouls dominaient le Ligneul, coulant en dessous parmi les
saules, cinquante mtres. Elle en tait pleine, de ces ruines, de ces
ossements pars sous les ronces, qui attestent l'normit du colosse,
lorsque, debout, il commandait les deux valles. Le donjon restait, haut
de soixante mtres, dcouronn, fendu, solide malgr tout sur ses
fondations de quinze pieds d'paisseur. Deux tours avaient galement
rsist, la tour de Charlemagne et la tour de David, relies par une
courtine presque intacte. l'intrieur, on retrouvait une partie des
btiments, la chapelle, la salle de justice, des chambres; et cela
semblait avoir t bti par des gants, les marches des escaliers, les
allges des fentres, les bancs des terrasses, une chelle dmesure
pour les gnrations d'aujourd'hui.



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | Next |


Keywords:
N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.