A B C D E F
G H I J K L M 

Total read books on site:
more than 20000

You can read its for free!


Text on one page: Few Medium Many
l'intrieur, on retrouvait une partie des
btiments, la chapelle, la salle de justice, des chambres; et cela
semblait avoir t bti par des gants, les marches des escaliers, les
allges des fentres, les bancs des terrasses, une chelle dmesure
pour les gnrations d'aujourd'hui. C'tait toute une ville forte, cinq
cents hommes de guerre pouvaient y soutenir un sige de trente mois,
sans manquer de munitions ni de vivres. Depuis deux sicles, les
glantiers disjoignaient les briques des pices basses, les lilas et les
cytises fleurissaient les dcombres des plafonds effondrs, un platane
avait grandi dans la chemine de la salle des gardes. Mais, quand, au
soleil couchant, la carcasse du donjon allongeait son ombre sur trois
lieues de cultures, et que le chteau entier semblait se reconstruire,
colossal dans les brumes du soir, on en sentait encore l'ancienne
souverainet, la force rude qui en avait fait l'imprenable forteresse
dont tremblaient jusqu'aux rois de France.

--Et j'en suis sre, continua Anglique, c'est habit par des mes qui
reviennent, la nuit. On entend toutes sortes de voix, il y a des btes
partout qui vous regardent, et j'ai bien vu, en me retournant, lorsque
nous sommes partis, de grandes figures blanches flotter au-dessus des
murs.... N'est-ce pas, mre, vous qui savez l'histoire du chteau?

Hubertine eut un sourire placide.

--Oh! des revenants, je n'en ai jamais vu, moi. Mais, en effet, elle
savait l'histoire, lue dans un livre, et elle dut la raconter de
nouveau, sur les questions pressantes de la jeune fille.

Le territoire appartenait au sige de Reims, depuis saint Remi, qui le
tenait de Clovis. Un archevque, Sverin, dans les premires annes du
dixime sicle, fit lever Hautecoeur une forteresse, pour dfendre le
pays contre les Normands, qui remontaient l'Oise, o se dverse le
Ligneul. Au sicle suivant, un successeur de Sverin le donna en fief
Norbert, cadet de la maison de Normandie, moyennant un ceps annuel de
soixante sous et la condition que la ville de Beaumont et son glise
resteraient franches. Ce fut ainsi que Norbert Ier devint le chef des
marquis d'Hautecoeur, dont la fameuse ligne, ds lors, emplit
l'histoire. Herv IV, excommuni deux fois pour ses vols de biens
ecclsiastiques, bandit de grandes routes qui gorgea de sa main trente
bourgeois d'un coup, eut sa tour rase par Louis le Gros, auquel il
avait os faire la guerre. Raoul Ier, qui s'tait crois avec Philippe
Auguste, prit devant Saint-Jean d'Acre, d'un coup de lance au coeur.
Mais le plus illustre fut Jean V le Grand, qui, en 1225, rebtit la
forteresse, leva en moins de cinq annes ce redoutable chteau
d'Hautecoeur, l'abri duquel il rva un moment le trne de France; et,
aprs avoir chapp aux massacres de vingt batailles, il mourut dans son
lit, beau-frre du roi d'cosse. Puis, ce furent Flicien III, qui alla
pieds nus Jrusalem, Herv VII qui revendiqua ses droits au trne
d'cosse, d'autres encore, puissants et nobles au travers des sicles,
jusqu' Jean IX, qui, sous Mazarin, eut la douleur d'assister au
dmantlement du chteau.

Aprs un dernier sige, on fit sauter la mine les votes des tours et
du donjon, on incendia les btiments, o Charles VI tait venu distraire
sa folie, et que, prs de deux cents ans plus tard, Henri IV avait
habit huit jours avec Gabrielle d'Estres.

Tous ces royaux souvenirs, maintenant, dormaient dans l'herbe.

Anglique, sans arrter son aiguille, coutait passionnment, comme si
la vision de ces grandeurs mortes s'tait leve de son mtier, mesure
que la rose y naissait, dans la vie tendre des couleurs. Son ignorance
de l'histoire largissait les faits, les reculait au fond d'une
prodigieuse lgende.

Elle en tremblait de foi ravie, le chteau se reconstruisait, montait
jusqu'aux portes du ciel, les Hautecoeur taient les cousins de la
Vierge.

--Et, demanda-t-elle, notre nouvel vque, Monseigneur d'Hautecoeur, est
alors un descendant de cette famille?

Hubertine rpondit que Monseigneur devait tre d'une branche cadette, la
branche ane se trouvant depuis longtemps teinte. C'tait mme un
singulier retour, car pendant des sicles les marquis d'Hautecoeur et le
clerg de Beaumont avaient vcu en guerre. Vers 1150, un abb entreprit
la construction de l'glise, avec les seules ressources de son ordre;
aussi l'argent manqua-t-il bientt, l'difice n'tait qu' la hauteur
des votes des chapelles latrales, et l'on dut se contenter de couvrir
la nef d'une toiture en bois. Quatre-vingts ans s'croulrent, Jean V
venait de rebtir le chteau, lorsqu'il donna trois cent mille livres,
qui jointes d'autres sommes, permirent de continuer l'glise. On
acheva d'lever la nef. Les deux tours et la grande faade ne furent
termines que beaucoup plus tard, vers 1430, en plein quinzime sicle.
Pour rcompenser Jean V de sa largesse, le clerg lui avait accord le
droit de spulture, lui et ses descendants, dans une chapelle de
l'abside, consacre saint Georges, et qui, depuis lors, se nommait la
chapelle Hautecoeur. Mais les bons rapports ne pouvaient gure durer, le
chteau mettait en continuel pril les franchises de Beaumont, sans
cesse des hostilits clataient sur des questions de tribut et de
prsance. Une surtout, le droit de page dont les seigneurs
prtendaient frapper la navigation du Ligneul, ternisa les querelles,
lorsque se dclara la grande prosprit de la ville basse, avec ses
fabriques de toiles fines.

Ds cette poque, la fortune de Beaumont s'accrut de jour en jour,
tandis que celle d'Hautecoeur baissait, jusqu'au moment o, le chteau
dmantel, l'glise triompha. Louis XIV en fit une cathdrale, un
vch fut bti dans l'ancien clos des moines; et le hasard voulait,
aujourd'hui, que justement un Hautecoeur revnt, comme vque, commander
ce clerg, toujours debout, qui avait vaincu ses anctres, aprs
quatre cents ans de lutte.

--Mais, dit Anglique, Monseigneur a t mari. Il a un grand fils de
vingt ans, n'est-ce pas?

Hubertine avait pris les ciseaux, pour corriger un des coupons de vlin.

--Oui, c'est l'abb Cornille qui m'a cont a. Oh! une histoire bien
triste.... Monseigneur a t capitaine vingt et un ans, sous Charles X.
vingt-quatre ans, en 1830, il donna sa dmission, et l'on prtend que,
jusqu' la quarantaine, il mena une vie dissipe, des voyages, des
aventures, des duels. Puis, un soir, chez des amis, la campagne, il
rencontra la fille du comte de Valenay, Paule, trs riche,
miraculeusement belle, qui avait peine dix-neuf ans, vingt-deux de
moins que lui. Il l'aima en tre fou, et elle l'adora, on dut hter le
mariage.

Ce fut alors qu'il racheta les ruines d'Hautecoeur pour une misre, dix
mille francs je crois, dans l'intention de rparer le chteau, o il
rvait de s'installer avec sa femme. Pendant neuf mois, ils avaient vcu
cachs au fond d'une vieille proprit de l'Anjou, refusant de voir
personne, trouvant les heures trop courtes.... Paule eut un fils et
mourut.

Hubert, en train de tamponner le dessin avec une poncette charge de
blanc, avait lev la tte, trs ple.

--Ah! le malheureux, murmura-t-il.

--On raconte qu'il faillit en mourir, continua Hubertine. Une semaine
plus tard, il entrait dans les ordres. Il y a vingt ans de cela, et il
est vque aujourd'hui.... Mais ce qu'on ajoute, c'est que, pendant vingt
ans, il a refus de voir son fils, cet enfant qui avait cot la vie
sa mre. Il s'en tait dbarrass, en le plaant chez un oncle de
celle-ci, un vieil abb, ne voulant pas mme en recevoir des nouvelles,
tchant d'oublier son existence.

Un jour qu'on lui envoyait un portrait du petit, il crut revoir sa chre
morte, on le trouva sur le plancher, raidi, comme abattu d'un coup de
marteau.... Et puis, l'ge, la prire, ont d apaiser ce grand chagrin,
car le bon cur Comille me disait hier que Monseigneur venait enfin
d'appeler son fils prs de lui.

Anglique, ayant termin la rose, si frache que l'odeur semblait s'en
exhaler du satin, regardait de nouveau par la fentre ensoleille, les
yeux noys d'une rverie. Elle rpta voix basse:

--Le fils de Monseigneur....

Hubertine achevait son histoire.

--Un jeune homme beau comme un dieu, parat-il. Son pre dsirait en
faire un prtre. Mais le vieil abb n'a pas voulu, le petit manquant
tout fait de vocation.... Et des millions! cinquante ce qu'on
raconte! Oui, sa mre lui aurait laiss cinq millions, qui, placs en
achat de terrains, Paris, en reprsenteraient plus de cinquante
maintenant. Enfin, riche comme un roi!--Riche comme un roi, beau comme
un dieu, rpta inconsciemment Anglique, de sa voix de songe.

Et, d'une main machinale, elle prit sur le mtier une broche charge de
fil d'or, pour se mettre la broderie en guipure d'un grand lis. Aprs
avoir dpass la fil du bec de la broche, elle en fixa le bout avec un
point de soie, au bord mme du vlin, qui faisait paisseur. Puis,
travaillant, elle dit encore, sans achever sa pense, perdue dans le
vague de son dsir:

--Oh! moi, ce que je voudrais, ce que je voudrais....

Le silence retomba, profond, troubl seulement par un chant affaibli qui
venait de l'glise. Hubert ordonnait son dessin, en repassant, avec un
pinceau, toutes les lignes pointilles de la ponure; et les ornements
de la chape apparaissaient ainsi, en blanc, sur la soie rouge. Ce fut
lui qui, de nouveau, parla.

--Ces temps anciens, c'tait si magnifique! Les seigneurs portaient des
vtements tout raides de broderies. Lyon, on en vendait l'toffe
jusqu' six cents livres l'aune. Il faut lire les statuts et ordonnances
des matres brodeurs, o il est dit que les brodeurs du roi ont le droit
de rquisitionner par la force arme les ouvrires des autres matres....
Et nous avions des armoiries: d'azur, la fasce diapre d'or,
accompagne de trois fleurs de lis de mme, deux en chef, une en
pointe.... Ah! c'tait beau, il y a longtemps!

Il se tut, tapa de l'ongle sur le mtier, pour en dtacher les
poussires. Puis, il reprit:

-- Beaumont, on raconte encore sur les Hautecoeur une lgende que ma
mre me rptait souvent, quand j'tais petit....



Pages: | Prev | | 1 | | 2 | | 3 | | 4 | | 5 | | 6 | | 7 | | 8 | | 9 | | 10 | | 11 | | 12 | | 13 | | 14 | | 15 | | 16 | | 17 | | 18 | | 19 | | 20 | | 21 | | 22 | | 23 | | 24 | | 25 | | 26 | | 27 | | 28 | | 29 | | 30 | | 31 | | 32 | | 33 | | 34 | | 35 | | 36 | | 37 | | 38 | | 39 | | 40 | | 41 | | Next |


Keywords:
N O P Q R S T
U V W X Y Z 

Your last read book:

You dont read books at this site.